Archives par étiquette : Ayurvéda Maharishi

Les sons védiques de l’Ayurvéda Maharishi : des effets mesurables!

Lire
Groupe de Pandits Védiques Maharishi

Groupe de Pandits Védiques Maharishi

Menacées de disparition, les connaissances et les technologies ancestrales basées sur les sons védiques (http://la-voie-de-l-ayurveda.com/les-sons-vediques-au-service-de-la-sante) ont été remises à l’honneur dans l’Ayurvéda Maharishi. Elles s’appuient sur le fait que le Véda est une connaissance universelle, accessible à tous et présente en chacun de nous. L’expression sanscrite ‘Vedoham’, « je suis le Véda », s’applique en effet à chaque être humain puisqu’au niveau le plus fondamental des lois de la nature, la physiologie n’est faite que des sons du Véda. Parmi les technologies propres à cette lignée de connaissances, le rééquilibrage de désordres par les sons védiques, approche plus connue sous le nom de Maharishi Vedic Vibration Technology (MVVT), a été littéralement sauvée de l’oubli. Pratiquée au sein de familles indiennes qui ont maintenu son usage au cours des âges, elle donne des résultats surprenants bien qu’elle ne convienne pas à toutes les déséquilibres. L’écoute de récitations védiques influence elle aussi notre cerveau et améliore notre santé comme le montrent de toutes récentes études. Rappelons aussi que la méditation transcendantale, fondement de l’Ayurvéda Maharishi, ainsi que les techniques avancées de méditation qui jalonnent le parcours des méditants, utilisent des mantras également issus du Véda (voir à ce sujet http://la-voie-de-l-ayurveda.com/meditez-il-ny-a-rien-de-mieux-pour-votre-sante-physique-et-mentale/). Ainsi que l’explique le professeur Philippe Gallois, « il est un nouvel acquis scientifique indubitable : le corps humain est fait de sons, de ces sons primordiaux qui constituent les mantras du Véda. »

Continuer la lecture

Une routine quotidienne adaptée aux plus de 50 ans 

La période Vata de la vie

La période Vata de la vie

La routine quotidienne conseillée aux personnes jeunes et en activité doit être infléchie lorsqu’arrive la cinquantaine, notamment au moment de la retraite, période de la vie gouvernée par le dosha Vata. Cet article s’adresse à vous tous, soit parce vous êtes bientôt ou déjà dans cette tranche d’âge, soit parce que vous avez l’un de vos proches qui l’est. La bonne nouvelle est que, malgré l’âge calendaire, l’Ayurvéda Maharishi permet de rester biologiquement jeune et dynamique jusqu’à un âge très avancé, moyennant bien sûr d’adapter sa routine de vie en conséquence. Peu avant de prendre votre retraite, planifiez la façon dont vous allez passer progressivement d’une activité normale, voire intense, à une activité plus réduite, cela vous évitera la dépression ressentie par ceux qui se trouvent soudainement inactifs, sans but et sans rôle social précis. C’est le moment de revoir vos priorités. Après la cinquantaine, si ce n’est pas déjà le cas, la priorité doit aller à la vie spirituelle. C’est là que se posent toutes les questions existentielles qui taraudent l’humanité depuis la nuit des temps. Les pratiques spirituelles censées vous aider dans ce cheminement doivent être intégrées à votre nouvelle routine. Leur but ? Atteindre l’état d’éveil intérieur, appelé différemment dans chaque tradition, nirvana selon la tradition bouddhiste et moksha (libération) selon la tradition védique. Les termes diffèrent, mais pas le but. En termes scientifiques, on parle de conscience d’unité. Le travail spirituel consiste alors à développer le cerveau par la méditation jusqu’à ce qu’il fonctionne de manière globale. Les EEG de toutes les parties du cerveau dans toutes les gammes d’ondes doivent être alors en cohérence totale (voir à ce sujet http://la-voie-de-l-ayurveda.com/quest-ce-qui-se-passe-dans-le-cerveau-pendant-la-pratique-de-la-meditation-transcendantale/).

Continuer la lecture

Une nouvelle ère pour l’Ayurvéda, le Véda et l’Inde

Rétablir l'Inde Védique

Rétablir l’Inde Védique : séance inaugurale

Une étape majeure vient d’être franchie pour le Véda et pour l’Ayurvéda, conférant à l’Inde le rôle de « Lumière des nations pour la paix dans le monde », un rôle qui fut déjà le sien en des temps très reculés. Si j’ai voulu partager avec vous les événements qui fondent cette étape, c’est d’abord parce que vous ne trouverez pas grand chose dans la presse les concernant. Les médias occidentaux, ignorant tout de ces questions, n’y ont pas consacré la moindre ligne. Pourtant, ces événements constituent un véritable « saut quantique » pour toute l’humanité. Le premier concerne le Véda ou, plus exactement, la Science Védique. Le second concerne l’Ayurvéda. Peu de gens, y compris en Inde, ont conscience que le Véda a failli disparaître, ce qui aurait été une perte immense pour toute l’humanité. Peu après son indépendance, au sortir de nombreuses invasions qui ont érodé son héritage au cours des derniers siècles, l’Inde a adopté dans une large mesure les valeurs de l’occident. Ainsi, primauté fut donnée à la médecine moderne, au détriment de la médecine ayurvédique. Aux yeux de bien des indiens, l’Ayurvéda a été reléguée au rang de médecine des pauvres et des campagnes. Elle aurait fini par être considérée comme une simple médecine naturelle, comme il en existe tant dans le monde, sans les efforts incessants du Sage indien Maharishi Mahesh Yogi pour que le Véda et l’Ayurvéda soient compris à leur juste valeur. Ses efforts ont fini par trouver écho, d’abord en Occident. Pas étonnant quand on sait que Maharishi s’est appuyé sur les ressources de la science moderne, seul moyen à ses yeux de physicien pour que ces connaissances retrouvent leur statut de science avant de retourner à leur berceau naturel, l’Inde.

Continuer la lecture

Ce que dit l’Ayurvéda Maharishi au sujet du cannabis  

 

Une substance récréative?

Une substance récréative? (Crédit : Lise Gauthier)

Substance récréative pour les uns, drogue thérapeutique pour les autres, le cannabis[1] suscite un énorme engouement dans nos sociétés où, en à peine quelques années, il a pris une place prépondérante alors que sa consommation est toujours illégale dans la plupart des pays occidentaux. Légaliser sa consommation comme celle du tabac ou de l’alcool ? Autoriser sous contrôle médical son usage thérapeutique dans les hôpitaux? Quels sont les effets à court et à long terme sur le consommateur occasionnel ? Qu’en est-il alors du consommateur régulier ? Des jeunes ? Alors que la classe politique reste largement divisée sur toutes ces questions, beaucoup de parents s’interrogent sur la position à adopter car il est question de la santé de leurs enfants. Bien triste record, les Français seraient à l’âge de 16 ans les premiers consommateurs de cannabis en Europe. Les jeunes sont confrontés au cannabis alors qu’ils fréquentent encore le collège ou le lycée. Le phénomène a pris de l’ampleur. Aujourd’hui, il représente 80% de la consommation de l’ensemble des drogues. On estime entre quatre et cinq millions le nombre de consommateurs dans l’hexagone. Plus d’un million seraient de consommateurs réguliers. Les jeunes adultes, de 15 et 34 ans, sont particulièrement concernés.

Continuer la lecture