Archives de catégorie : Techniques de l’Ayurvéda

Le Vaidya Adwait Tripathi à Paris du 23 au 26 juin 2017

J’ai à nouveau le plaisir de partager avec vous la venue du Vaidya Adwait Tripathi à Paris les 23, 24, 25 et 26 Juin prochains.  En plus d’animer une conférence le vendredi soir, il organisera un atelier la journée du samedi sur le thème des « Home Remedies » et des consultations individuelles d’Ayurvéda les dimanche et lundi suivants.

Continuer la lecture

La science découvre les vertus prometteuses du fenugrec

Graines de fenugrec

Graines de fenugrec

Petite plante  dont on mange les pousses en salade et on utilise les graines comme épice, le fenugrec est cultivé depuis la nuit des temps en Inde où il est connu sous le nom de mehti. On le cultive également en Chine ainsi que dans le bassin méditerranéen, notamment en Afrique du Nord. Connue aussi sous les noms de « trigonelle fenugrec » (Trigonella foenum-graecum) ou « sénégrain », cette plante herbacée peut atteindre 60 cm de hauteur. Elle appartient à la famille des « fabaceae ». Utilisée comme fourrage en Inde, elle l’est aussi sous nos contrées dans la viticulture et dans l’agriculture biologique où elle est considérée comme un engrais vert. Elle est semée de mars à septembre. Ses feuilles se composent de trois folioles ovales rappelant le trèfle. Le fenugrec donne des fleurs d’un blanc légèrement jaunâtre. Ses fruits  se présentent sous forme de gousses renfermant dix à vingt graines au goût amer et aux formes anguleuses. De couleur brun clair, elles dégagent une forte odeur caractéristique lorsqu’elles sont écrasées. Elles sont utilisées en cuisine mais surtout en médecine. Les graines de fenugrec sont inscrites au codex pharmaceutique en France depuis le XVIIème siècle. Le fenugrec est une épice très riche. En effet, elle contient entre autre du phosphore, du fer, du magnésium, du calcium, du soufre, de l’acide nicotinique, des alcaloïdes, des saponines ainsi que des vitamines (A, B1, C).

Continuer la lecture

C’est le bon moment pour commencer une cure de jus de grenade

La saison de la grenade commence

La saison de la grenade commence

Fruit du grenadier, la grenade, Punica granatum en latin, appartient à la famille des lythracées. L’Ayurvéda a toujours accordé une grande importance à ce fruit peu commode à consommer[1], mais dont les vertus ont été louées dans toutes les traditions de santé de la planète. Beaucoup en Occident n’en connaissent le goût qu’au travers de sirops intégrant tant d’additifs que les vertus de ce fruit exceptionnel en sont totalement absentes. La grenade est cultivée dans des pays comme l’Inde, mais aussi l’Iran, l’Afghanistan, l‘Espagne, la Tunisie, le Maroc, Israël ou encore la Turquie. En forme de pomme de couleur rouge orangé, elle peut atteindre jusqu’à 15 centimètres de diamètre. Elle se compose de nombreuses parois délimitant des loges contenant de nombreuses graines triangulaires. Ces dernières, qui peuvent mesurer jusqu’à 15 millimètres, sont entourées d’une enveloppe translucide rougeâtre. Une grenade peut en contenir jusqu’à 400. Elle contient de nombreuses fibres alimentaires ainsi que de la folate et de la vitamine C. Il existe en fait plus d’un millier de variétés de grenades dont certaines ne sont pas comestibles. La partie généralement consommée est l’enveloppe charnue rouge qui entoure la graine[2]. En Ayurvéda, on utilise également la peau ainsi que les fleurs du grenadier. La grenade se consomme naturellement, si possible à jeun. On peut faire du jus avec les graines et la peau. On trouve dans le commerce de l’huile de graines de grenade, utilisée en cosmétique.

Continuer la lecture

Rajeunir et vivre plus longtemps grâce aux Rasayanas

Lire

 

Vous pouvez écouter le podcast directement sur le blog en cliquant sur la flèche grise.Vous pouvez aussi les télécharger sur votre ordinateur par un click droit. Désolé pour la qualité de l’enregistrement, nous avons fait de notre mieux.

ADWAIT2

Cet article reprend les points principaux de la conférence donnée par le Vaydia Adwait Tripathi à Paris le 24 juin dernier au Centre Dharma Sang. Vous pouvez écouter la conférence sur les deux podcasts insérés juste en dessous . Adwait y donne de nombreux détails sur l’utilisation des Rasayanas ne figurant pas dans ce texte général.

Vivre jeune, plus longtemps et en bonne santé est le souhait de chaque être humain sur cette Terre. Seulement voilà, le phénomène naturel des changements amène son lot inéluctable d’influences dégénératives. Aussi, rajeunir les systèmes qui constituent la physiologie pour une meilleure harmonie avec l’esprit et l’âme est absolument nécessaire dès le début de la vie. L’Ayurvéda aide à lutter contre le vieillissement et ses effets néfastes au moyen d’approches  incluant la thérapie Rasayana. Son but ? Faire obstacle aux processus de vieillissement et retarder les processus dégénératifs grâce à l’usage d’herbes spéciales, de fruits et de préparations connues pour promouvoir la santé et la longévité. Le terme Rasayana est formé de Rasa et Ayana. Rasa est le premier tissu du corps (Rasadhatu). Il nourrit tous les autres tissus. Ayana est un terme qui signifie circulation. L’Ayurveda considère que si Rasadhatu est optimal en qualité et en quantité, alors naturellement tous les tissus du corps seront nourris correctement. Rasayana est donc un terme technique qui désigne littéralement les moyens d’obtenir une nourriture optimale à tous les tissus. La thérapie Rasayana est donc une forme de traitement dans laquelle tous les tissus sont nourris et améliorés. Nourrir les tissus vitaux contribue donc à stopper la vieillesse.

Continuer la lecture