19 réflexions sur « Les vertus du jeûne selon la tradition védique et la science moderne »

  1. JACQUELINE

    Bonjour JO
    Ravie de te retrouver à travers cet article sur le jeune
    je vais essayer de pratiquer car il est bon pour la santé
    je te souhaite de belles fêtes de fin d’année
    amitié
    Jacqueline

    Répondre
  2. fouquemberg danielle

    merci pour tous vos conseils, j’ai vraiment envie de m’y remettre au jeune car j’en connais la valeur,j’avais arrêté à la suite d’une incompréhension familiale, mais quand on est à l’écoute intérieure , on sait ce que l’on a besoin. Merci Jo bonnes fêtes de fin d’années
    Danielle

    Répondre
  3. Joël

    Bonjour à tous, et que les « fêtes » de fin d’année soient l’occasion rêvées pour ceux qui se le souhaitent de vivre l’inverse de l’indigestion: la frugalité heureuse chère à Pierre Rahbi, le jeûne intermittent, etc… et leurs bienfaits, physiques (santé et pas seulement absence de maladie, longévité du corps et de l’esprit en état optimal de fonctionnement). Mais, rien de nouveau sous le soleil, selon les Taoïste. Et Salomon, dit la même chose sous la plume de « l’Ecclésiaste ».
    C’était encore la même notion du bonheur possible qui était prônée par Epicure (lire sa « Lettre sur le bonheur »), et plus vastement dans la Grèce antique (le « Rien de trop » inscrit au fronton du temple de Delphes)…
    Alors, hésiterons-nous encore longtemps? Je nous souhaite un engagement à la mesure de l’enjeu: vivre enfin et encore; pas seulement survivre!
    Je voudrais encore vous conseiller de lire cet opuscule formidable d’ouverture et d’optimisme réaliste à la portée de tous: « Le jeûne, une nouvelle thérapie? » écrit par Thierry de Lestrade, et issu d’une enquête destinée à l’émission de même intitulé et diffusée sur Arte. Une mine de connaissances à la portée de tous. Et un régal, que dis-je: un festin pour le corps, l’esprit, et l’âme aussi sans doute.
    Que 2018 nous permette de sortir de la fausse opulence, du faux luxe et de la fausse plénitude. Je le souhaite à tous ceux qui en voudront. 2017 est morte, vive 2018!
    Je

    Répondre
    1. Ludovic

      Bonjour Joël,
      Vous écrivez « Que 2018 nous permette de sortir de la fausse opulence, du faux luxe et de la fausse plénitude « .
      Est-ce réalisable ? Le désir d’accumulation étant lié à l’instinct reproducteur, l’Homme cherche à accumuler le plus de richesses possible afin d’accroître ses chances de transmettre ses gènes — vous pouvez lire à ce sujet l’excellent ouvrage : pourquoi les femmes des riches sont belles —, allons-nous (enfin) arrêter de suivre la trace de nos aïeux ? Je ne pense pas…
      De plus, les religions et/ou philosophes ont cherché à nous transmettre ce message depuis des siècles. Or, le tournant que nous avons pris, disons depuis les trente glorieuses, n’a finalement fait que plonger la population — pour une grande partie — dans un hédonisme exacerbé… Donc, en fin de compte, je ne pense qu’un changement majeur, de cette ampleur, puisse avoir lieu en 2018 ; mais je peux me tromper…
      Cordialement,
      Ludovic.
      PS Ce n’est pas une critique, juste des pistes de réflexion pour éventuellement discuter sur le sujet.

      Répondre
      1. Joël

        Bonjour Ludovic.
        Je me suis sans doute mal exprimé: loin de moi l’idée d’un changement des comportements (le consumérisme, spécialement) qui serait universel. Je pense être d’un optimisme réaliste. Je ne m’adressais pas aux 7,5 milliards d’humains qui peuplent la Terre, seulement au petit nombre de ceux qui se sentent concernés, comme je le suis moi-même. Notamment ceux qui accordent de l’importance à cette lettre. Le prosélitisme, l’embrigadement, je les ai en horreur. Par contre, j’observe que le nombre des êtres qui croient en leurs possibilités d’éveil est grandissant (peut-être pas en proportion, qui elle ne paraît guère changer, mais en nombre absolu). Ceux-là ne resteront pas au bord du chemin, mais sont déjà en marche. Que ceux-là, du moins, brillent au firmament de la voie d’individuation. Ils s’y épanouiront, mais aussi ils éveilleront d’autres consciences. En pensant et disant ces choses-là, suis-je sur la planète Utopia? Je ne le crois pas.

        Répondre
  4. Ludovic

    Bonjour,
    Le jeûne de treize est assez intéressant et facile à mettre en place. Il est possible d’aller plus loin en sautant le petit déjeuner, ce qui permet de réaliser un jeûne de 16 heures sans que cela soit inconfortable. Toutefois, je trouve qu’un jeûne pratiqué de cette manière s’avère dans les faits —je parle au nom de ma propre expérience — peu efficace. Un jeûne de vingt-quatre heures donne de meilleurs résultats.
    Concernant Ekadashi, j’avoue être très intéressé. Deux questions s’élèvent dans mon esprit: le calendrier est-il facilement trouvable sur internet, d’une part ? Le fait de jeûner pendant ekadashi est-il plus bénéfique que de jeûner pendant un jour quelconque ?
    En vous souhaitant de passer de bonnes fêtes de fin d’année,
    Ludovic.

    Répondre
  5. Cisneros

    Hari Om Jo,
    Excellent article!
    Cela fait déjà un an que le pratique tel quel ce jeûne. Je pratique aussi Shankaprakshalana 2 fois par an en fin d’été et au printemps; mais, toujours un peu de problèmes des émonctoires… Peut-être devrais-je pratiquer des jeûnes plus longs? Je mange seulement 2 fois par jour, à 11H et à 18H.
    Que 2018 t’apporte bonheur, lumière et le meilleur pour toi et ta famille!
    Carmen

    Répondre
  6. Hélène

    Bonjour,

    Merci pour cet article enthousiasmant.
    L’ayurvéda recommande-t-il des protocoles d’entrée et de sortie de jeûne? Si oui quels sont-ils?
    D’autre part est-ce que vous avez déjà entendu que le jeûne peut avoir des effets bénéfiques sur la dépression?

    Belle fin d ‘année à vous,

    Hélène

    Répondre
    1. Jo COHEN Auteur de l’article

      Bonsoir Hélène

      Les procedures d’entrée et sortie ne concernent que les jeûnes longs, pas les jeûnes intermittents ou la journée liquide.

      Je nai pas entendu parler d’effet sur la dépression. Mieux vaut consulter un professionnel.

      Cordialement

      Jo

      Répondre
  7. Guignard Margarete

    Bonjour
    Je cherche un médicin que utilisé l ayuveda à Paris.
    Pouvez.vous m indiquer quelques adresses.
    Merci
    Margarete Guignard

    Répondre
    1. Jo COHEN Auteur de l’article

      Bonjour Margarete

      Il n’y a pas à ma connaissance de médecin pratiquant l’ayurvéda en Ile de France.
      il nn’y a que des praticiens comme Vincent Maréchal de l’association PREMA.
      Cordialement
      Jo

      Répondre
      1. Andre

        BONJOUR,

        Au centre Ahimsa,à Verrière le Buisson, un vaydia vient deux à trois fois par an donner des consultations.

        bien à vous.

        Marylène

        Répondre
  8. ANNE-CLAIRE

    Bonjour et merci pour cet article très intéressant. J ai moi-même commencé un jeûne de 4j ,j en suis au 3e j, et tous les bienfaits décrits dans votre article m incitent à appliquer le jeûne nocturne au quotidien et à reprogrammer des jeûnes ponctuels au printemps et à l automne !

    Le jeûne me paraissait très difficile à suivre, mais finalement pas tant que ça. La 1e journée a été la plus éprouvante avec des maux de tête et un malause general, mais sans sensation de faim bizarrement.
    Ce qui d après ce que j ai lu dans vos articles confirmerait le fait que j ai une grande accumulation d’ama.
    C est votre article sur les allergies qui m a incitée à entreprendre ce jeûne et je suis ravie de la dynamique que cela m amène, et de cette nouvelle motivation à suivre les principes de l ayurveda pour une vie plus saine.
    Merci pour tous ces partages tres enrichissant et eclairant.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.