Initiez vos enfants aux bienfaits de l’Ayurvéda

 

Source : Phtography for beginners

L’Ayurvéda apporte de la joie (Source : Phtography for beginners)

Le plus beau cadeau que vous puissiez faire à vos enfants, c’est de les initier à l’Ayurvéda. Cette connaissance les accompagnera tout au long de leur vie et leur apportera plus de santé, de joie et de plénitude. Dans les familles indiennes qui pratiquent l’Ayurvéda, les enfants sont élevés et initiés très tôt dans cette tradition. Les parents connaissent vite la constitution de naissance de leur enfant, prakriti en sanscrit, ce qui leur permet de donner des conseils avisés selon que l’enfant est de constitution Vata, Pitta-Vata ou Kapha. Connaitre la prakriti d’un enfant permet aux parents de mieux comprendre ses réactions et de l’aider à exceller dans ce pourquoi il est doué. C’est le cas par exemple au moment du choix d’une activité sportive. Plus d’un enfant sur deux connaît ses premiers échecs à l’école, parfois jusqu’à l’humiliation, à cause d’une activité sportive inappropriée. Un enfant de constitution Kapha ne sera pas à sa place dans les postes avant d’une équipe de football car ils nécessitent rapidité et combativité. Il n’excellera pas non plus dans les sports de vitesse. Signe révélateur, les enfants qui veulent être dispensés d’EPS[1] pour de telles raisons sont légion. L’Ayurvéda permet de remédier à cela. Son but ultime est de faire de la prévention personnalisée en termes de santé. Initier un enfant à cette connaissance est donc un inestimable cadeau.

Mais, comment transmettre une telle connaissance à votre enfant? Simplement, par l’exemple. L’enfant répète les attitudes de ses parents comme si ses structures neuronales prenaient une image exacte de ce que font ses parents. Ainsi, s’ils ont tendance à se plaindre, leur corps exprimera inconsciemment cette attitude que l’enfant répliquera malgré lui. Si les parents voient toujours des opportunités derrière tout obstacle, l’enfant fera de même. Ses structures neuronales répliqueront exactement les schémas éducatifs parentaux. Ceux-ci ne pourront être modifiés qu’avec la pratique d’une technique de méditation ou des techniques issues du Véda et de l’Ayurvéda. Cette influence parentale peut remonter aussi loin qu’au moment de la conception. Ainsi, si la maman a médité régulièrement pendant sa grossesse, cette pratique habitue le futur bébé à alterner calme intérieur et activité. C’est en s’appuyant sur de tels mécanismes que l’on peut donner de bonnes habitudes à l’enfant, même s’il n’a pas encore la maitrise du langage. C’est ainsi qu’en Inde les enfants apprennent tôt à respecter les parents, à dire du bien des autres, à partager ou encore à pardonner. La connaissance intellectuelle de l’Ayurvéda leur est transmise plus tard, au fur et à mesure de leur développement.

Le Yoga peut être pratiqué par les enfants

Le Yoga peut être pratiqué par les enfants

La première étape pour les parents sera de déterminer la constitution de leur enfant. S’il est en âge, il peut le faire au travers du questionnaire qui est le même que pour un adulte (voir à ce sujet http://la-voie-de-l-ayurveda.com/decouvrez-votre-constitution-ayurvedique/). S’il est encore trop petit, les parents, et notamment la maman, peuvent détecter les traits saillants en rapport avec sa constitution. Un enfant Vata aura un poids inférieur à la normale pour son âge et donnera l’impression d’une certaine légèreté. Il aura du mal à rester focalisé et sera parfois agité. L’irrégularité sera son lot. Il aura facilement froid et aura du mal à s’endormir. Un enfant Pitta donnera l’impression d’être bien proportionné. Il aura tendance à avoir des rougeurs sur la peau et parfois de la diarrhée. Il digèrera plus rapidement et sera impatient en cas de faim. Il aura facilement chaud et se montrera parfois irritable, voire de mauvaise humeur. Il n’aura aucun mal à rester focalisé. Rapidement, il cherchera à se mesurer aux autres. Á tendance potelée, l’enfant Kapha aura une peau plutôt grasse. Sa digestion sera lente. Il attrapera plus facilement les maladies de la sphère ORL. Par moments il se montrera apathique et possessif. Il recherchera le contact physique et aura tendance à trop dormir. « C’est tout ? » me direz-vous ! Cela peut sembler succinct, en effet, mais, je vous rassure, les médecins ayurvédiques reconnaissent avoir du mal à lire le pouls d’un enfant avec plus de précision. Vous avez donc là suffisamment de traits pour savoir quelle direction adopter avec votre enfant.

L'activité physique est importante

L’activité physique est importante

Deux points sont essentiels pour un développement harmonieux de tout enfant : l’activité physique et la musique. Ils doivent être intégrés le plus rapidement possible dans l’agenda de l’enfant. L’activité physique[2] doit être régulière et modérée, axée sur le plaisir et non sur le résultat, ce qui est facilité par l’apprentissage de la respiration nasale que les petits apprennent vite. L’activité doit être adaptée à la constitution de l’enfant (voir à ce sujet http://la-voie-de-l-ayurveda.com/choisir-un-exercice-physique-adapte-a-votre-constitution/). Outre de lui redonner confiance, l’activité physique favorisera le développement de son cerveau en termes de croissance neuronale et de taille. Pareil en ce qui concerne les fonctions cognitives majeures comme la mémoire. Elles l’aideront grandement dans sa scolarité. Cerise sur le gâteau, la respiration nasale augmentera l’amplitude des ondes alpha pendant l’exercice, ce qui aidera l’enfant à agir à partir d’un état de relaxation. Si l’enfant est agité, quelques postures de Yoga[3] l’aideront à retrouver le calme. La musique sera aussi une aide précieuse pour un meilleur fonctionnement du cerveau de l’enfant. Plusieurs études ont noté une relation entre la musique et la réussite scolaire[4]. Une solide formation en musique semble même être la clé du succès dans d’autres domaines. Beaucoup de bons élèves expliquent que la musique ouvre les voies de la pensée créatrice et favorise l’esprit de collaboration, la concentration et la capacité d’écoute. Une récente étude publiée dans la revue Brain and Cognition montre que la musique aide l’enfant à utiliser davantage les hémisphères droit et gauche du cerveau par rapport à la moyenne de la population. L’activité du cortex préfrontal est en outre plus marquée, signe d’un QI plus élevé. Autant de bénéfices sont un vrai passeport pour l’avenir de l’enfant. Ne tardez donc pas à l’inscrire au plus vite dans un cours adapté à son âge et à ses goûts (chant, instrument, etc.).

La musique aide au développement du cerveau

La musique aide au développement du cerveau

Selon l’Ayurveda, la santé de l’enfant nécessite un environnement sain qui le nourrisse physiologiquement et psychologiquement. Une maison sans stress sera donc un facteur essentiel à la protection de son système nerveux. L’enfant doit se sentir en sécurité. C’est ainsi que la prévention pourra donner les meilleurs résultats face aux maladies de l’enfance, voire aux problèmes plus graves qui touchent désormais les jeunes comme la prise de poids, l’asthme, l’allergie, le mal au ventre ou le déficit d’attention. Bien sûr, connaître la constitution de l’enfant aide à mieux cibler les soins lorsqu’il tombe malade. Chaque enfant doit être soigné différemment, car chaque constitution va exprimer à sa manière un rhume ou une gr