Soupçonnez-vous l’impact de la télévision sur votre bien être mental ?

Les français regardent la télé 4 heures par jour

Les français regardent la télévision en moyenne quatre heures par jour!

Les français passent tous les jours une moyenne de quatre heures devant leur poste de télévision si l’on en croit les études de l’institut Médiamétrie. Cette (sur)exposition à des millions d’images qui bombardent le cerveau est loin d’être neutre. Beaucoup de spécialistes du sujet estiment qu’elle « formate notre pensée ». Jusqu’où est-ce le cas? A force de voir des films policiers de plus en plus violents, des films véhiculant des valeurs négatives, des journaux télévisés ne parlant que de guerres, de terrorisme, de catastrophes, de crises économiques, de grèves, de fermetures d’usines ou de faits divers sanglants, le mental finit par croire que le monde extérieur n’est gouverné que par des valeurs destructrices. De plus en plus de téléspectateurs en arrivent à croire qu’il y a de plus en plus de guerres, de plus en plus de pauvres, etc., bref, que le monde devient chaotique. Vous les entendrez parfois même affirmer que « le monde n’a plus de sens » ! Cette affirmation est loin de la réalité. C’est un peu comme si une personne qui ne consomme que l’écorce affirme que l’orange est amère. Le fonctionnement de la télévision ne reflète que l’écorce de la réalité. Elle traite de manière superficielle des sujets qui ne sont pas choisis au hasard. Les trains qui arrivent à l’heure ne l’intéressent pas. Pire, elle se méfie comme de la peste de tout ce qui est positif. L’évènement qui donne lieu à un traitement est rapidement chassé par un autre. La télévision ne prend quasiment jamais de recul. Elle ne traite les sujets d’actualité en profondeur qu’en de très rares occasions (l’effondrement du bloc communiste et du mur de Berlin en 1989 par exemple).

L’Ayurvéda nous aide à comprendre l’impact de ces millions d’images sur le cerveau humain. Elle considère que le monde que nous percevons est le reflet de ce que nous sommes. Et, aussi étrange que cela puisse paraître, ce que nous sommes est le reflet de ce que nous voyons, de ce que nous entendons, de ce que nous sentons, de ce que nous touchons et de ce que nous goûtons. Nous sommes à la fois le fruit de notre métabolisme digestif et du métabolisme de toutes nos expériences sensorielles. C’est pourquoi l’Ayurvéda recommande de choisir tout ce que nous voyons avec autant de vigilance que ce que nous mangeons. Cette invitation vaut pour les films, les séries ou les autres types d’informations, la télévision véhiculant à son insu une image déformée prétendant refléter toute la réalité. C’est par le mécanisme de répétition qu’elle prend le contrôle des croyances d’une grande partie de la population. Publicité ou non, la télévision « formate les esprits » de nos concitoyens en les poussant à penser d’une certaine manière, en leur dictant presque ce qu’ils doivent manger, boire, porter, écouter, penser, etc. Même les enfants répètent à brûle des messages comme « il faut manger cinq fruits et légumes par jour » ! Cela donne une idée de la puissance du mécanisme de répétition sur notre mental. C’est ainsi que l’idée selon laquelle l’alcool ne serait pas nocif pour la santé à condition d’en boire avec modération est distillée en permanence. En continuant à regarder la télévision, les français continuent donc de nourrir cette interprétation tronquée de réalité qui déséquilibre en outre le sous dosha Prana de Vata qui gouverne l’activité mentale ainsi que le dosha Kapha qui gouverne l’apathie.

Certaines images perturbent Vata, Pitta et Kapha

Certaines images perturbent Vata, Pitta et Kapha

La science moderne nous apprend de son côté que ce type de pensées est également renforcé par la  surconsommation de sucre et de caféine ainsi que par la qualité de ce que nous mangeons et de ce que nous buvons. Ainsi, la piètre qualité de l’eau traitée au fluor qui coule de nos robinets est reconnue pour calcifier la glande pinéale, notre « troisième œil », en relation avec l’intuition. On le sait, l’alcool détruit les interconnexions neuronales et favorise la dégénérescence du cerveau. Les aliments cultivés à l’aide d’engrais chimiques et de pesticides entrent aussi en ligne de compte. Bref, la qualité de ce que nous mangeons et buvons détermine aussi notre taux vibratoire et, in fine, la qualité de nos pensées. Les médias font le reste du travail et la boucle est bouclée. Radio, magazine, journal ou télévision, la presse renforce dans une large mesure les croyances qui règnent dans nos sociétés. Elle pousse chacun à perdre le contact avec le Soi intérieur, notre nature cosmique la plus profonde. L’Ayurvéda identifie cette perte de contact comme l’une des causes principales de la dépression (voir à ce sujet http://la-voie-de-l-ayurveda.com/le-regard-de-layurveda-sur-la-depression/). C’est pourquoi elle conseille de rester éloigné de la télévision ou de films policiers qui banalisent le crime, considéré comme « inhérent à la nature humaine ». Le plus important pour garder ce contact avec le Soi intérieur est de méditer. La méditation est bénéfique pour le bien être mental, la santé physique et toute la chimie du cerveau. Elle donne le recul nécessaire pour voir le monde à partir de notre propre expérience intérieure, alors que trois à quatre heures passées devant le petit écran – la moyenne en France – ne feraient que détériorer notre santé et notre bien être. Afin de construire une autre réalité prenant en compte des tendances positives majeures, voici quelques données à « méditer ». Elles font rarement la Une des journaux. Elles confirment, qu’au-delà des apparences, le monde évolue dans une direction tout à fait positive.

Méditer permet de garder le contact avec le Soi

Méditer permet de garder le contact avec le Soi

Ainsi, le nombre de conflits armés a diminué de 40% dans le monde depuis la fin de la guerre froide. Ceux qui persistent font nettement moins de victimes affirme un rapport sur la « sécurité humaine ». Financé par le Canada, le Royaume-Uni, la Suède, la Norvège et la Suisse, ce rapport a été publié par l’université canadienne de Colombie-Britannique sous l’égide du professeur Andrew Mack, ancien membre de l’ONU. Le nombre moyen de morts par conflit serait également en forte baisse, passant de 37.000 en 1950, au cœur de la guerre de Corée, à moins d’un millier en 2002. Cette tendance est indéniable. Finie donc l’époque des grandes guerres, engageant de grandes armées avec des armes lourdes. « Les guerres d’aujourd’hui sont des combats de faible intensité avec  des armes légères, … Les combats sont souvent extrêmement brutaux, mais ils ne tuent pas beaucoup de gens » précisait Andrew Mack lors de la conférence de presse présentant son étude. Si les attentats sont à la hausse dans ce rapport, le terrorisme international ne ferait qu’un nombre « minime » de victimes chaque année en comparaison du nombre de morts par faits de guerre. Autre donnée à retenir, malgré le génocide rwandais de 1994, les massacres de Srebrenica l’année suivante et les attaques contre des civils au Soudan, le nombre de génocides et autres conflits du même genre a chuté de 80% entre 1988 et 2001. De là à penser que la paix dans le monde est toute proche, il n’y a pas loin.

Narendra Desai, premier ministre indien

Narendra Desai, premier ministre indien

Autre évolution positive majeure : le recul de la pauvreté, attesté par un rapport de l’ONU publié en 2011. Il précise que les pays les plus pauvres ont fait des progrès impressionnants dans la lutte contre la pauvreté. Certes, les pays les moins avancés tardent encore à améliorer leur niveau de vie. Cependant, le Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies affirme que le Burundi, le Rwanda, Samoa, Sao Tomé-et-Principe, le Togo et la Tanzanie ont atteint ou sont en passe d’atteindre l’objectif l’éducation primaire universelle, l’une des cibles visées par le programme des Nations Unies. Des progrès considérables ont également été réalisés au Bénin, au Bhoutan, au Burkina Faso, en Ethiopie, en Guinée, au Mali, au Mozambique et au Niger, où les taux nets de scolarisation dans le primaire ont augmenté de plus de 25% entre 1999 et 2009. L’Afrique sub-saharienne est la région qui obtient le meilleur score à ce sujet. La crise de 2008 a-t-elle modifié la donne ? Malgré les revers qui ont plongé nombre de pays dans la récession entre 2008 et 2009, et malgré les prix plus élevés des denrées alimentaires et de l’énergie, le monde est toujours sur la bonne voie pour atteindre les Objectifs de Développement du Millénaire affirme encore le rapport. Certes, des disparités dans les progrès entre les zones urbaines et rurales persistent. L’ONU estime toutefois que 1,1 milliard de personnes dans les zones urbaines et 723 millions de personnes dans les zones rurales ont eu accès à une source d’eau potable entre 1990 et 2008. Ce recul de la pauvreté va sa poursuivre : les projections mises à jour récemment par la Banque mondiale estiment que le taux global de pauvreté devrait descendre en dessous de 15% d’ici 2015.

Bras de fer avec Monsanto

Bras de fer avec Monsanto

Au chapitre de cette sélection de bonnes nouvelles, le domaine alimentaire tient une place importante compte tenu de son lien évident avec la santé. Nous ne reviendrons pas sur la montée du « bio », phénomène mondial constaté par toutes les études de marchés. Cette montée accompagne la baisse de consommation de produits reconnus pour leur toxicité. Ainsi, la demande et les ventes de soda sont en chute, les consommateurs ayant pris conscience que  l’aspartame – principal édulcorant pour soda – est l’un des ingrédients les plus dangereux utilisés dans l’alimentation. Selon Time Magazine, la baisse des ventes de sodas aux Etats-Unis résulte d’une prise de conscience croissante de l’épidémie d’obésité qui touche le pays et des problèmes de santé liés à la consommation de ces boissons. Plusieurs études scientifiques le confirment.  Exemple parmi d’autres, une nouvelle étude réalisée auprès de 60.000 femmes suivies pendant 10 ans a montré que celles qui buvaient deux ou plusieurs sodas par jour avaient un risque de maladies cardiovasculaires[1] beaucoup plus élevé. Résultat ? Les fondements même de l’industrie agro-alimentaire sont menacés ainsi qu’en témoigne le bras de fer qui oppose les « anti-OGM » et la figure de proue des manipulations génétiques du vivant, le groupe américain Monsanto. De nombreux pays commencent à refuser l’usage de graines OGM sur leur sol, parmi lesquels la Russie, la Chine, le Canada, l’Italie, etc. L’agriculture et l’industrie agro-alimentaire sont clairement dans la tourmente. Aucun journal n’en a pourtant fait sa Une. Peu de médias ont relayé la nouvelle invitation de l’ONU, en date de juin 2014, invitant les pays membres à adopter un régime végétarien afin de nourrir la population mondiale dans de meilleures conditions. L’invitation rappelle qu’il est anormal que 70% des terres cultivables de la planète servent à produire de l’aliment pour bétail afin qu’une minorité de la population mondiale puisse manger de la viande !

Séance publique de Yoga à Time Square

Séance publique de Yoga à Time Square

Peu d’articles ou de reportages sont diffusés sur ces sujets dans les médias classiques. D’ailleurs, le public se détourne de plus en plus de ces médias à cause de leur manque d’objectivité, leur parti pris et parfois leur connivence avec certains intérêts financiers. Les médias alternatifs prennent la relève alors que des réseaux sociaux comme Twitter coupent l’herbe sous les pieds d’agences de presse traditionnelles. Un vent de liberté souffle sur un monde sans frontières où l’on peut échanger avec n’importe qui à l’autre bout de la terre ou acheter n’importe quel produit en Thaïlande ou au Chili par un simple click. Médias classiques et gouvernements n’ont plus le pouvoir réel pour restreindre la montée en puissance de ces tendances de fond. Leur ascension met à mal la notion de souveraineté nationale qui devra évoluer par la force des choses. Tout comme la nature cherche à se libérer progressivement de ce qui l’intoxique, l’homme cherche à se libérer de tout ce qui conditionne ses comportements. Un nouveau monde est en gestation avec des valeurs élevées comme la solidarité, la générosité, la bienveillance, le respect du vivant, etc. La spiritualité y occupera une place centrale. Les techniques de méditation se démocratisent tout comme la pratique du Yoga. Autre signe de ces temps nouveaux : le nouveau premier ministre indien, Narendra Modi, a appelé le mois dernier à une journée internationale du Yoga. Cinquante pays ont relayé son appel dans le cadre de l’ONU. La journée pressentie est le 21 juin. Alors, n’y a-t-il pas lieu de se réjouir ?

 

Jo Cohen



– Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander à vos amis en cliquant sur le logo de votre réseau social préféré (Facebook, Linkedin, Twitter, Google +).

– Vous pouvez aussi recommander l’ensemble du site à vos proches sur la page La Voie de l’Ayurvéda de Facebook afin de les faire bénéficier de cette précieuse connaissance. Je vous en remercie par avance.

– Vous pouvez laisser un commentaire.

– En vous inscrivant sur la liste La Voie de l’Ayurvéda, vous serez averti par email chaque fois qu’un nouvel article sera publié. En outre, vous recevrez en cadeau un livret de 40 pages expliquant les différentes étapes de la « Minicure Ayurvédique à domicile ».

 

[1]                               Attaques cardiaques ou AVC

14 réflexions au sujet de « Soupçonnez-vous l’impact de la télévision sur votre bien être mental ? »

  1. ziter

    Vous avez parfaitement raison. Je n’ecoute presque pas les informations. je les lis de temps en temps sur l’internet et ca me suffit. Assez de destructions, d’attentats, de meurtres, etc… Je lis des sites qui m’interessent ou j’ecoute de la musique. C’est bon pour le moral…

    Répondre
  2. Ludovic

    Excellent article, qui va je l‘espère éveillé les consciences. On va bientôt assisté à la fin de la société de consommation qui est le royaume de l‘égo ;). Un autre objet de conditionnement dont on ne peut y échapper, c‘est l‘école… Elle détruit l‘esprit critique et la créativité des élèves. Pour les sceptiques, faites quelque recherche sur internet, il y à un très beau poème qui résume mes dires.

    Répondre
    1. Jo COHEN

      Bonsoir Ludovic

      Tu as raison, l’école est un autre chantier à examiner de près.
      Mais, rassurons-nous, la nature commence par le plus urgent de son point de vue.
      En cherchant sur Internet, tu trouvera de nombreuses initiatives pour enseigner la méditation dans les écoles.
      Mélanie Griffith et David Lynch ont des fondations qui travaillent dans ce sens.
      J’ai lu sur le site de la Fondation David Lynch que plus de 500.000 enfants avaient appris à méditer.
      Le positif n’intéresse pas les journaux…mais nous savons où le trouver à présent.

      Bonsoir
      Jo

      Répondre
  3. Gisèle

    Bonjour Jo,
    Encore un nouvel article bien pensé, bien écrit et suffisamment riche pour le lire jusqu’au bout avec un réel plaisir. Continuez de nous éveiller.
    Bien cordialement et merci.
    Gisèle

    Répondre
  4. JACQUELINE

    Bonjour JO,
    Je me suis imprégnée totalement de cet article très intéressant qui redonne espoir en un monde plus positif, meilleur. Ces données positives ne sont relatées en effet nulle part en tout cas pas à la TV peut être sur les réseaux, dans des articles de magazines spécifiques.
    Depuis que j’ai découvert l’Ayurveda, je ne regarde plus les infos, je préfère les reportages, ou émissions sur Arte ou la 5 qui nous font découvrir la nature, les hommes, les animaux d’une autre façon.
    Espérons que les gens prendront conscience que tous ces médias nous inondent d’infos toujours plus extraordinaires dans les chiffres, dans le malheur, dans la négativité.
    Quant à la méditation, on ne peut pas en parler à tout le monde car on nous prend pour des « illuminés » des personnes qui n’ont pas grand chose à faire. Mais je ne perds pas mon énergie pour ces personnes là.

    J’ai une question pour Ludovic : quel est ce poème dont tu parles ?

    Merci encore JO pour ce partage toujours très enrichissant
    amicalement
    Jacqueline

    Répondre
    1. Jo COHEN

      Bonsoir Jacqueline

      Même la méditation trouve son chemin dans la société française…malgré des intérêts financiers qui tentent de la discréditer car dérangeant leur « business ».
      Il y a eu en septembre un grand dossier sur la pleine conscience dans l’Express. Le Point a publié un numéro Spécial entier sur les différentes méditations et leurs origines.
      A noter aussi un reportage la semaine dernière sur Google, où plus de 2000 salariés méditent.
      On ne peut pas arrêter les vagues de la nature. Laissons les « opposants » s’épuiser dans leurs vaines tentatives.
      Soyons juste un peu patients….
      Cordialement
      Jo

      Répondre
  5. Ludovic

    Bonjour,
    on est ce que l’on mange, mais aussi ce que l’on regarde, ce que l’on écoute… Donc, si une personne se met, par exemple, à écouter régulièrement les discours du général de Gaulle, verra-t-elle son éloquence s’améliorer ?
    Cordialement,
    Ludovic.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *