Gérer son taux de cholestérol grâce à l’Ayurvéda Maharishi

Le cholestérol est un énorme marché

Le cholestérol est un énorme marché

Il est peu de dire que l’hypercholestérolémie est devenue une obsession dans la plupart des pays occidentaux tant ses implications économiques sont énormes : médicaments anti-cholestérol et produits alimentaires riches en stérols végétaux représentent un important marché puisque plus de sept millions de français prennent un traitement à vie et suivent un régime. Limiter son taux de cholestérol est, de l’avis des autorités de santé, une panacée. Le « dogme » de la nocivité supposée du cholestérol est pourtant en train de voler en éclat. Plusieurs études lui portent le coup de grâce. Celles du cardiologue Michel de Lorgeril, chercheur au CNRS, en font partie. Il est l’une des figures de proue du mouvement dénonçant le mauvais procès fait au cholestérol[1]. Ses récentes mises en garde contre les dangers des médicaments anti-cholestérol ont crée une vive polémique dans le monde médical.

Expliquée dans une interview au Point, sa thèse est simple : le cholestérol est indispensable au bon fonctionnement des cellules, des muscles, des neurones, du cœur, du cerveau et de la digestion. Sans lui, aucune communication entre les cellules n’est possible. Il est à l’origine des hormones sexuelles, de celles du stress, de la reproduction, ainsi que de la vitamine D. Le perturber avec des médicaments serait jouer à l’apprenti sorcier. Il n’y a pas de bon ou mauvais cholestérol. Ce qui est mesuré, ce n’est pas le cholestérol, mais ses transporteurs : les lipoprotéines ou LDL (dit « mauvais cholestérol ») transportent le cholestérol du foie, où il est fabriqué, vers les tissus qui en ont besoin, et les HDL rapportent les excédents des tissus vers le foie. Le chercheur français affirme que l’infarctus du myocarde, qui résulte de la formation d’un caillot de sang, n’a rien à voir avec le cholestérol ! Prendre une statine, la principale classe d’anti-cholestérol, n’améliore l’espérance de vie de personne. Pourtant, 90 % des statines sont prescrites à des personnes n’ayant jamais eu d’infarctus !

Michel de Lorgeril

Michel de Lorgeril

Aujourd’hui, les recommandations officielles, fondées sur de vieilles études, sont dépassées. On prescrit toujours des statines après un infarctus alors que les études récentes, soumises à des critères plus exigeants, n’ont jamais validé cette hypothèse explique encore le chercheur français. Il serait urgent selon lui de rediscuter ces recommandations officielles. Malheureusement, elles résultent de réunions de consensus financées par l’industrie pharmaceutique…et que nul n’a intérêt à dénoncer. La raison du marché l’emporte ainsi sur l’intérêt des malades, situation d’autant plus regrettable qu’un faible taux de cholestérol a d’autres effets néfastes sur la santé. Des recherches conduites à l’Inserm montrent qu’il est associé aux pertes de mémoire et à la maladie d’Alzheimer.   Une étude de cinq ans sur 3500 fonctionnaires a conclu que les personnes ayant un niveau réduit de cholestérol HDL avaient 53 % de risque supplémentaire de souffrir de pertes de mémoire! Une équipe de l’université de Columbia a trouvé que les personnes âgées avec des taux élevés de cholestérol HDL et de cholestérol total avaient un risque plus faible d’Alzheimer. Un faible taux de cholestérol augmente en outre le risque de dépression, multiplie par six le risque de suicide, suscite un comportement violent et agressif et augmente le risque de cancer et de maladie de Parkinson.

Conclusion de Michel de Lorgeril: un taux élevé de cholestérol n’est pas une maladie mais le signe d’une réaction à un problème de cellules endommagées par un stress émotionnel, le tabac, l’excès de sucre raffiné, le manque d’exercice ou encore l’excès de nourriture. Plus il y a de cellules endommagées, plus le corps produit de cholestérol, ce qui signifie que les cellules sont en train d’être réparées.

Le livre de Michel de Lorgerie

Le livre de Michel de Lorgerie

L’Ayurvéda Maharishi ne se préoccupe pas de traiter un symptôme tel qu’un taux élevé de cholestérol de manière isolée, surtout quand il est prouvé que 80% du cholestérol est produit par le foie. Les symptômes d’un excès de cholestérol – bien connus dans la Caraka Samhita même si le terme « cholestérol » lui est inconnu – sont attribués à un régime trop gras, au fait de trop manger, à des habitudes sédentaires ainsi qu’à un excès de sommeil. Prendre soin de son foie et du métabolisme de la graisse est un premier pas pour réguler le taux de cholestérol. L’Ayurvéda Maharishi va donc chercher à améliorer les mécanismes homéostatiques du corps de façon à ce qu’il soit capable de réguler par lui-même le taux de cholestérol. « Essayer de réguler le cholestérol sans tenir compte de la constitution de la personne et de ses déséquilibres ne ferait qu’aggraver le problème » explique Chris Clark, médecin ayurvédique à la clinique The Raj d’Ayurvéda Maharishi à Fairfield (Iowa, Etats-Unis). La gestion du cholestérol nécessite donc une approche holistique adaptée aux tendances et aux besoins de chaque individu.

La méditation réduit le taux de cholestérol

La méditation réduit le taux de cholestérol

L’approche holistique pour réguler le taux de cholestérol inclut en premier la méditation transcendantale et le panchakarma, reconnus tous deux pour équilibrer le cholestérol. Une étude publiée dans le Journal of the Israeli Medical Association[2] a montré une baisse significative du taux global de cholestérol chez les personnes pratiquant la méditation transcendantale. L’impact positif de la conscience est universel puisqu’une étude sur les effets d’un régime riche en graisses sur des groupes de lapins a montré une hausse du cholestérol sauf pour un groupe de lapins. Après enquête, il est apparu que le technicien chargé de nourrir ce groupe prenait les lapins dans ses bras et les caressait avant de leur donner leur nourriture ! Au sujet de la cure de Panchakarma, elle a également donné des résultats positifs lors d’une étude conduite par le Dr. Hari Sharma[3].  L’ama et les toxines accumulés dans le tissu graisseux, à l’origine du déséquilibre du cholestérol, est nettoyé pendant le panchakarma.

L’Ayurvéda Maharishi conseille en outre de pratiquer un exercice physique modéré sur une base régulière et du Yoga et aussi de prendre de l’Amrit Kalash Maharishi, Rasayana reconnu pour diminuer l’agrégation plaquettaire à l’origine de l’infarctus et du Lipomap[4], préparation à base de plantes régulant le métabolisme de la graisse, protégeant le fonctionnement du foie et équilibrant la production de bile. Le point important concernant l’exercice physique est d’accroître graduellement l’endurance en pratiquant tous les jours. En matière de Yoga, la posture en 12 étapes du Suryanamaskara, la Salutation au Soleil, est appropriée, de même que le pranayama, exercice de respiration qui favorise la digestion. Autre point concernant le mode de vie, il est déconseillé de dormir durant la journée.

Le Panchakarma nettoie la physiologie

Le Panchakarma nettoie la physiologie

Au niveau de l’alimentation, l’Ayurvéda Maharishi conseille de manger à heure régulière, d’augmenter les portions de fruits frais et de légumes, d’éviter les aliments qui contiennent des produits chimiques, des conservateurs, des additifs, des arômes et des colorants artificiels, lesquels interférent avec le travail du foie. Limitez les matières grasses sans les supprimer complètement. Supprimez surtout les graisses saturées (beurre) ainsi que les huiles hydrogénées ou partiellement hydrogénées (margarine). Préférez le ghee et l’huile d’olive biologique. Assaisonnez vos repas avec du curcuma (puissant antioxydant), du cumin, de la coriandre, du fenouil et des clous de girofle, épices favorables au métabolisme de la graisse.

Le Panchakarma

Le Panchakarma

Évitez les restes et les aliments lourds tels que la viande rouge et les fritures. Favoriser une alimentation riche en fibres et en acides gras oméga 3 peut aider à réguler les niveaux de triglycérides et soutenir la santé du cœur. Les principales sources naturelles d’oméga 3 sont les graines de lin, l’huile de graines de lin, les noix et l’huile de soja. Buvez régulièrement de l’eau chaude au cours de la journée pour aider à éliminer l’ama. Évitez l’excès de sel dans votre alimentation.

Jo Cohen

– Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander à vos amis en cliquant sur le logo de votre réseau social préféré (Facebook, Linkedin, Twitter, Google +).

– Vous pouvez aussi recommander l’ensemble du site à vos proches sur la page La Voie de l’Ayurvéda de Facebook afin de les faire bénéficier de cette précieuse connaissance. Je vous en remercie par avance.

– Vous pouvez laisser un commentaire.

– En vous inscrivant sur la liste La Voie de l’Ayurvéda, vous serez averti par email chaque fois qu’un nouvel article sera publié. En outre, vous recevrez en cadeau un livret de 40 pages expliquant les différentes étapes de la « Minicure Ayurvédique à domicile ».

 

 



[1] Michel de Lorgeril est entre autre l’auteur de ‘Cholestérol, mensonges et propagande’ et de ‘Prévenir l’infarctus et l’AVC’ (Éd. Thierry Souccar).

[2]                       Cooper M. J. and Aygen M. M. Effect of Transcendental Meditation on serum cholesterol and blood pressure. Harefuah, Journal of the Israel Medical Association 95(1): 1-2, 1978. Une seconde étude a confirmé ce résultat : Cooper M. J., et al. Transcendental Meditation in the management of hypercholesterolemia. Journal of Human Stress 5(4): 24–27, 1979.

 

[3]                       Sharma HM, Midich SI, Sands D, SmithDE: Improvement in cardiovascular risk factors through Panchakarma purification procedures. J Res Educ Indian Med, 1993; 12(4); 2-13.

 

[4]                               Ce produit est également vendu sous la référence MA 1596.

3 réflexions au sujet de « Gérer son taux de cholestérol grâce à l’Ayurvéda Maharishi »

  1. Christiane Soucy

    Bonjour monsieur,
    Je suis de Saint-Jérôme au Québec et depuis peu, je m’intéresse beaucoup à la sagesse de l’Ayurvéda. Surtout depuis que j’écoute une émission de télévision hebdomadaire portant sur ce sujet et qui met en vedette Yogi Cameron, un Yogi santé. je prends désormais du beurre ghee et des épices et aussi j’aime beaucoup lire les messages que vous m’envoyez, c’est une motivation de plus. Surtout l’article sur le cholestérol car j’en fais ainsi que la couperose sur les joues. je vous remercie pour vos articles et je vais vous lire encore longtemps car je trouve que l’Ayurvéda est une façon de vivre tellement simple.
    Christiane…

    Répondre
    1. Jo COHEN Auteur de l’article

      Bonsoir Christiane,

      La sagesse de l’Ayurvéda est universelle. Elle enseigne des principes simples pour vivre en accord avec les lois de nature. C’est en violant les lois de la nature que la maladie prend racine en nous.

      Je suis ravi de savoir que mes cousins québécois s’intéressent à cette connaissance millénaire qui n’attend que d’être diffusée à tous les publics. Merci en tous cas pour votre intérêt pour mon blog.

      Cordialement.
      Jo

      Répondre
  2. CLAIRE

    Merci pour os articles pertinents et riche de bon sens. Une amie m’a recommendé votre site, je l’ai adopté et j’en suis ravie. Intuitivement je pratique ce que vous préconisé; il me reste à me mettre à la méditation. Des membres de ma fratrie, je suis la seule à ne pas connaître leurs désagréments de santé.
    J’aimerais recevoir ce livret de 40 pages dont il est question lorsqu’on s’inscrit!
    Merci pour vos éclairage sur l’amélioration du bien- être!
    CLAIRE

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *