Qu’est-ce qui se passe dans le cerveau pendant la pratique de la méditation transcendantale ?

 

Les EEG reflètent l'activité du cerveau

Les EEG reflètent l’activité du cerveau

En tant qu’organe, le cerveau humain comporte environ 200 milliards de cellules, dont 10% de neurones, 4 millions de km d’axones et un milliard de milliards de synapses. Son rôle est d’unifier la diversité du monde extérieur qui le bombarde en permanence de milliards d’informations au travers des cinq sens. Les neurosciences expliquent que le siège de la conscience est dans l’activité non matérielle du cerveau matériel, un peu comme un poste radio qui recevrait ses programmes via les ondes électromagnétiques. Lors du fonctionnement du cerveau, plusieurs gammes d’ondes ont été mises en évidence par la technique des EEG[1] : les ondes delta en dessous de 3,5 Hz, les ondes thêta entre 4 et 8 Hz, les ondes alpha entre 8 et 12 Hz, les ondes bêta de 12 à 25 Hz et enfin les ondes gamma au-dessus de 25 Hz. Ces EEG témoignent d’activités spécifiques dans le reste de la physiologie : les ondes delta sont généralement associées au sommeil profond sans rêves, les ondes thêta à un état de relaxation profonde avec éveil, les ondes alpha caractérisent un état de relaxation, les ondes bêta sont celles de l’activité normale et enfin les ondes gamma témoignent d’une intense activité, souvent associée à la créativité. En d’autres termes, les ondes alpha caractérisent l’observateur, les ondes béta le processus d’observation et les ondes gamma l’objet observé.

Cet organe vital peut être divisé en quatre grandes parties : la zone avant du cortex préfrontal, la zone arrière du cortex pariétal et occipital ainsi que, de chaque côté des deux hémisphères, un lobe temporal. La zone occipitale gouverne la vision, la zone pariétale est en relation avec l’espace-temps, la zone temporale gauche gouverne la mémoire alors que le cortex préfrontal est lié à l’ensemble des fonctions touchant à l’identité et à la personnalité du sujet. Schématiquement, l’avant du cerveau est en relation avec le monde intérieur alors que l’arrière est en rapport avec notre représentation du monde extérieur (vision, ouïe, toucher, etc.). Le cortex préfrontal du cerveau humain, qui se trouve juste derrière le front,  gouverne des fonctions cognitives supérieures telles que l’intelligence, le raisonnement moral, les croyances, la stabilité émotionnelle, le développement de la personnalité, la confiance en soi, la créativité, le leadership, les performances académiques, la capacité à décider, etc. Lorsque la cohérence des parties droite et gauche du cortex préfrontal diminue, notamment sous l’effet du stress, on constate alors une baisse du sens de soi, de l’attention, de la motivation, des habitudes favorables à la vie ainsi qu’une croissance de la propension à prendre de mauvaises décisions. Au niveau fonctionnel, les milliards de données qui proviennent des cinq sens arrivent au niveau du thalamus où elles sont filtrées par le cortex préfrontal avant d’être dispatchées pour traitement dans les zones correspondantes de l’audition, de la vision, etc.

Prise d'EEG pendant la méditation

Prise d’EEG pendant la méditation

Revenons à présent à la méditation transcendantale. Nous avons vu lors d’un précédent article que la source fondamentale de la santé se trouvait dans l’expérience de la transcendance que cultive de manière systématique la pratique de cette technique[2]. Les modifications qui interviennent alors dans le cerveau sont engendrées par la plasticité de cet organe, c’est-à-dire la capacité de ce dernier à modifier ses structures en fonction des sollicitations qu’il reçoit. Le premier et le plus évident des bénéfices est la réduction du stress, état de la physiologie caractérisé entre autre par la hausse du cortisol dans le sang. Dans la réaction caractéristique du stress, le cerveau sécrète de l’épinéphrine, une hormone qui ralentit le système digestif, augmente le rythme cardiaque, la fréquence respiratoire, la pression sanguine, le taux de sucre…, autant de facteurs qui préparent à l’action. Cette hormone « débranche » également le cortex préfrontal du cerveau pour activer les zones limbiques où sont logés les mécanismes de survie. En cas de stress léger, ces différents facteurs retrouvent leur niveau normal après quelques nuits de bon sommeil. Il en va autrement en cas de stress profond, cas des situations de ‘burn-out’ ou de stress post-traumatique, souffrance que vivent les militaires de retour d’une guerre ou les victimes d’attentats. Une méta-analyse de plusieurs recherches sur le sujet montre que la méditation transcendantale est la seule à venir à bout d’un tel niveau de stress.

Le stress perturbe le cortex préfrontal

Le stress perturbe le cortex préfrontal

Un effet moins visible du stress est qu’il détruit les interconnexions neuronales, dont on sait que la richesse constitue une garantie du bon fonctionnement du cerveau. Résultat : l’attention se fragmente. L’individu perd sa capacité à se concentrer. Il ne porte l’attention sur ce qu’il fait que de manière partielle. Une grande partie de ses pensées échappent alors à son attention. Sa perception du temps est également fragmentée. Il est à la fois dans le présent, le passé et le futur. Une étude réalisée à l’université de Harvard par le psychologue Matthew Killingworth montre que nous passerions 46,9 % de nos heures éveillées à penser à autre chose qu’à ce que nous faisons. 30 % du temps est passé à rêvasser au cours de toutes nos activités. La vie mentale serait ainsi  marquée du sceau d’un certain degré de « non présence ». Parallèlement à ce constat, les neurosciences nous apprennent que les circuits neuronaux fréquemment utilisés, ceux où les interconnexions neuronales sont riches, se consolident et se développent alors que ceux qui servent peu ou qui sont victimes du stress finissent par s’étioler. Diverses recherches montrent que la méditation transcendantale augmente les connexions entre différentes parties du cerveau, réduisant du coup les effets destructeurs du stress mais aussi l’atrophie cérébrale associée aux maladies dégénératives des personnes vieillissantes.

La pratique diminue le vagabondage mental

La pratique diminue le vagabondage mental

Autre constatation pendant la pratique de la méditation transcendantale, le tracé des EEG montre une forte augmentation de l’amplitude des ondes alpha dans le cortex préfrontal, associé à une forte cohérence entre les hémisphères gauche et droit. Cette puissante amplitude et cette cohérence des ondes alpha traduisent un fort développement de tout le cortex préfrontal et donc des qualités propres au sujet. Ainsi, alors que le niveau moyen de cohérence de la population se situe entre 25 et 30 % les yeux ouverts, il se situe en moyenne entre 60 et 70 % chez les personnes qui pratiquent la méditation transcendantale.  Il évolue entre 90 et 100% pendant la pratique de la technique. Résultat ? Le cerveau fonctionne de manière plus intégrée, constat particulièrement visible dans les ondes alpha au moyen de l’électroencéphalographie. Un examen plus approfondi des EEG montre qu’avec la méditation transcendantale, ce sont surtout les ondes alpha comprises entre 8 et 10 Hz qui se développent. Cette sous-catégorie des ondes alpha, appelée alpha 1, correspond à un état d’éveil avec la physiologie au repos alors que les ondes alpha comprises entre 10 et 12 Hz, appelées alpha 2, correspondent à l’état de récupération d’une personne qui s’affale sur son fauteuil, face à la télévision, après une journée harassante. La somnolence qui caractérise cet état montre que l’éveil est encore fluctuant. Le cerveau est dans un état d’oisiveté, encore marqué par l’expérience d’objets dans la conscience. Les ondes alpha 2 éliminent tout ce qui perturbe la physiologie alors que les ondes alpha 1 développent l’état d’éveil au repos qui caractérise le développement du sujet au travers du cortex préfrontal.

Augmentation des amplitudes alpha

Augmentation des amplitudes alpha et de la cohérence du cortex préfrontal

La cohérence du fonctionnement cérébral spécifique de la méditation transcendantale se développe clairement avec le temps. Après quelques mois de pratique, la cohérence des ondes alpha 1 est surtout perceptible au niveau frontal. Après quelques années, elle s’étend aux lobes pariétaux du cerveau avant de s’appliquer à la zone occipitale. A ce stade de développement, le cerveau fonctionne comme un tout intégré au niveau des ondes alpha dont la cohérence est effective dans toutes les parties du cerveau. Dans les états supérieurs de conscience que développe la méditation transcendantale, on constate qu’avec les années de pratique, la cohérence en question ne se limite plus aux ondes alpha, elle s’étend aux ondes bêta et aux ondes gamma. Lorsque toutes les parties du cerveau du cerveau développent cette cohérence au niveau des ondes alpha, bêta et gamma, le cerveau fonctionne alors de manière réellement globale. Quels en sont les bénéfices ? La tradition védique parle de « conscience d’unité », un état porté au pinacle dans toutes les traditions spirituelles du monde. Cet état a aussi des effets dans la vie quotidienne. Une étude parue dans Creativity Research Journal, les Dr. Fred Travis (USA) et Yvonne Lagrosen (Suède) en donne une petite idée. Elle montre qu’une plus grande créativité va de pair avec un « cerveau plus intégré ».

Le cerveau réagit de manière globale

Le cerveau réagit à une impulsion électrique de manière globale

Conclusion : Même si seule la méditation transcendantale réduit les effets du stress profond de manière spectaculaire, notamment le stress post-traumatique, ce n’est pas rendre justice à cette technique ancestrale que de la confiner au rayon déjà bien encombré de techniques antistress. La cohérence développée jour après jour dans le fonctionnement du cerveau et du système nerveux dans son ensemble développe le plus haut degré de réalisation de l’être humain.

 

Jo Cohen

 

 

NB : Tous ceux qui veulent en savoir plus sur la technique de méditation transcendantale peuvent se référer au site http://meditation-transcendantale.fr

C’est un site complet, extrêmement riche, qui propose, selon votre adresse IP ou votre géolocalisation si vous accédez d’un mobile, le centre de méditation transcendantale le plus proche de chez vous ainsi que les dates auxquelles ont lieu des conférences d’information. Vous pouvez vous y inscrire en ligne par un simple clic.

 

 

– Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander à vos amis en cliquant sur le logo de votre réseau social préféré (Facebook, Linkedin, Twitter, Google +).

– Vous pouvez aussi recommander l’ensemble du site à vos proches sur la page La Voie de l’Ayurvéda de Facebook afin de les faire bénéficier de cette précieuse connaissance. Je vous en remercie par avance.

– Vous pouvez laisser un commentaire.

– En vous inscrivant sur la liste La Voie de l’Ayurvéda, vous serez averti par email chaque fois qu’un nouvel article sera publié. En outre, vous recevrez en cadeau un livret de 40 pages expliquant les différentes étapes de la « Minicure Ayurvédique à domicile ».

 

 

[1]                                            Ondes électroencéphalographiques. Elles sont obtenues en plaçant des électrodes sur le scalp ou cuir chevelu de la boîte crânienne.

[2]                                            C’est le cas pour toutes les techniques de méditation dites à « transcendance automatique ».

2 réflexions au sujet de « Qu’est-ce qui se passe dans le cerveau pendant la pratique de la méditation transcendantale ? »

  1. JACQUELINE

    Bonjour JO
    Merci pour cet article qui approfondit ce que tu nous as déjà présenté sur la méditation transcendantale

    ne penses tu pas que si les humains méditaient au quotidien on verrait pas ces abominations comme ces attentats qui se sont déroulés à Paris vendredi soir et bien sûr toutes ces autres horreurs que l’on voit sur la terre ?
    amicalement
    Jacqueline

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *