Guduchi, la plante qui confère « l’immortalité » selon l’Ayurvéda

Indra jettant l'Amrit

Amrit, le nectar des Dieux (Photo Sanatan  Society)

De son nom latin Tinospora cordifolia, le Guducchi – terme qui signifie « celui qui protège » – est un puissant Rasayana. Il passe pour la plante la plus divine de la pharmacopée de l’Ayurvéda qui  l’appelle aussi Amrit, terme sanscrit synonyme de nectar d’immortalité, préparation censée donner l’immortalité à tous ceux qui en consomment. Dans l’épopée du Râmâyana, le prince Rama demande au à la déité Indra de ressusciter tous les singes et les ours morts au combat contre le démon Ravana. Indra réalise alors le vœu du prince Rama en jetant sur les cadavres entassés sur le champ de bataille quelques gouttes d’Amrit, préparation à base de Guduchi. Parmi les nombreuses plantes contenues dans l’Amrit Kalash Maharishi (voir à ce sujet  ) figure en bonne place le Guduchi. L’usage de cette plante est bien documenté dans la Caraka Samhita comme dans la littérature ayurvédique moderne, ce qui a facilité le travail les scientifiques qui ont validé la plupart des effets connus du Guduchi.

Les racines, les tiges et les feuilles de cette plante grimpante tropicale, originaire de l’Inde[1], sont utilisées à des fins thérapeutiques. Elle pousse souvent de manière sauvage, et nécessite en tous cas peu de travaux de culture. Elle a la capacité de vivre de l’air et de croître sans sol et sans eau, un peu comme de grands yogis capables de vivre sans nourriture et sans eau, subsistant uniquement grâce l’énergie du Prana de l’air. C’est pourquoi on trouve souvent du Guduchi dans les forêts sèches de l’Inde où il pousse sur de grands arbres, en particulier le Neem et le manguier. La plante est connue entre autre pour ses puissants effets antioxydants qui protègent le foie et les reins d’un large éventail de toxines, y compris des métaux lourds, des toxines environnementales et des polluants. Elle favorise la production de puissants enzymes qui protègent le foie, comme le superoxyde dismutase (SOD), la catalase et le glutathion peroxydase. Ces trois enzymes perdent leurs effets protecteurs en présence d’alcool.

Les feuilles en cœur du Guduchi

Les feuilles en cœur du Guduchi

Un nombre croissant d’études confirment le rôle adaptogène du Guduchi. La plante augmente la résistance du corps au stress, à l’anxiété et à de nombreuses maladies. Ainsi, elle est couramment utilisée contre les allergies et les symptômes du rhume des foins, l’arthrite et l’inflammation, les troubles cutanés chroniques telles que le psoriasis ou l’eczéma, la goutte, les rhumatismes, l’hépatite ou encore la jaunisse. Il renforce par ailleurs le système immunitaire, prévient les rhumes et la grippe et réduit les effets secondaires de la chimiothérapie. La Caraka Samhita mentionne de nombreuses préparations à base de Guduchi. On en trouve dans la préparation connue sous le nom de Chyawanprach. Il est aussi l’ingrédient clé de pâtes censées traiter les troubles opiniâtres de la peau. Selon l’Ayurvéda, le Guduchi a un goût amer et astringent. Bien qu’il soit traditionnellement utilisé pour traiter l’accumulation de Pitta, il équilibre également les excès du Kapha dosha. En revanche, il augmente le Vata, du moins à court terme. Son effet post-digestif  étant doux, à long terme, il tend à diminuer Vata. C’est pourquoi les textes ayurvédiques estiment que le Guduchi équilibre les trois doshas.

Poudre de Guduchi

Poudre de Guduchi

Le plus souvent, le Guduchi est présenté sous forme de poudre. Une cuillère à café deux fois par jour est la dose recommandée pour renforcer le système immunitaire. En tant que Rasayana favorable au rajeunissement, il peut être pris sur une base continue, notamment en cas de problème de santé persistants (cancer). Dans ce cas, il est toutefois conseillé de prendre simultanément du Triphala car le Guduchi tend à créer un peu de constipation chez les personnes ayant les intestins paresseux. Au début d’un rhume ou d’une grippe, il suffit de prendre d’en prendre pendant quelques jours pour combattre l’infection. Cette poudre combinée avec du Shatavari ou de l’Ashwagandha permet d’obtenir un tonique général. Elle peut être également mélangée à du  jus d’Aloé Vera afin de favoriser la désintoxication. Le Guduchi peut être également utilisé sous forme de pâte que l’on applique directement sur les irritations cutanées chroniques, telles que l’eczéma ou le psoriasis.

Feuille de Guduchi

Feuille de Guduchi

Le Guduchi est très apprécié pour ses effets détoxifiants. Sa capacité à détoxifier le corps tout en le rajeunissant lui permet de stimuler l’efficacité d’autres préparations ayurvédiques.  Il est utilisé en cas de troubles de la peau, d’arthrite, de troubles du foie, de goutte, etc.  Stimulant du système immunitaire, il a des propriétés antirhumatismales. Il soutient le foie et les reins, la digestion, l’équilibre de la flore intestinale et favorise un teint lumineux. Le Guduchi apporte de la nourriture aux sept tissus (dhatus) du corps, ce qui en fait un puissant tonique nutritif. Il renforce en outre le feu digestif, construit les sept tissus de la physiologie et rajeunit l’esprit. Il est également bon pour les yeux. Il a la capacité à désintoxiquer le dhatu le plus profond, celui de Shukra, le tissu reproducteur. Il rajeunit le corps dans son entier en éliminant les radicaux libres. Le Guduchi est également en mesure de favoriser la production d’Ojas, à la fois en terme de qualité et de quantité, ce qui explique son action sur le système immunitaire. Il est décrit comme « pathyam », en quelques mots, ce qui met l’individu sur le chemin de la santé en accord avec sa physiologie. Il est systématiquement prescrit en cas de convalescence.

Rama affrontant Ravana

Rama affrontant Ravana

Le Guduchi est également prescrit dans le traitement de la fièvre. Non seulement il réduit la fièvre, il s’attaque en outre aux infections virales telles que le virus Eptstein-Barre, responsable de la mononucléose infectieuse ou encore le SIDA. En tant que Rasayana, le Guduchi améliore également les niveaux d’énergie, en particulier dans le contexte de syndrome  de fatigue chronique[2]. Publiée dans le Journal of Ethnopharmacology, une étude s’est intéressée à un traitement médical datant du 6ème siècle après Jésus Christ et dont les détails ont été conservés dans un traité élaboré par des moines bouddhistes. Cette étude visait à identifier la plante connue sous le nom de Soma, abondamment citée dans le traité du Rig Veda. L’étude en question conclut que Soma est probablement une combinaison de Guduchi et d’extrait de tryptamine, substance hallucinogène naturelle extraite de certaines plantes[3].

Fabrication de l'Amrit

Fabrication de l’Amrit (source : Sanatan Society)

Une autre étude publiée dans le Journal of Ethnopharmacology conclut  que le Guduchi a des effets immuno-modulateurs, ce qui confirme le point de vue de l’Ayurvéda qui considère cette plante comme un Rasayana et un booster de l’immunité[4]. Une autre étude a comparé les effets anti-stress du Guduchi et du Gotu Kola[5] par rapport aux benzodiazépines de l’industrie pharmaceutique. Le Guduchi et le Gotu Kola ont montré « une importante activité anti-stress » comparée à celle des benzodiazépines[6]. Les propriétés anti-tumorales du  Guduchi ont été démontrées quant à elles dans une étude parue dans Immuniopharmacology and Immunotoxicology : un simple extrait d’alcool de Guduchi a pour effet d’activer en effet les macrophages associés aux tumeurs (globules blancs qui se nourrissent des cellules cancéreuses)[7].

Amrit Kalash Maharishi

Amrit Kalash Maharishi

Les chercheurs ont également conclu que le Guduchi possédait des propriétés gastroprotectives. L’epoxy clérodane diterpène, un des nombreux composés du Guduchi, a été isolé et donné à des rats présentant un ulcère gastrique. Le composé a réduit l’ulcère gastrique « en renforçant les éléments défensifs et en diminuant les éléments offensifs »[8].  Les effets positifs du Guduchi sur la santé émotionnelle et psychologique ont également fait l’objet d’études. Dans l’une d’entre elles, des rats ont reçu une tablette de « Rasayana Ghana », composée de Guduchi, d’Amalaki et de Gokshura. La tablette a montré des effets anti-anxiolytiques et antidépressifs sur les rats[9].

 

Jo Cohen

 

– Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander à vos amis en cliquant sur le logo de votre réseau social préféré (Facebook, Linkedin, Twitter, Google +).

– Vous pouvez aussi recommander l’ensemble du site à vos proches sur la page La Voie de l’Ayurvéda de Facebook afin de les faire bénéficier de cette précieuse connaissance. Je vous en remercie par avance.

– Vous pouvez laisser un commentaire.

– En vous inscrivant sur la liste La Voie de l’Ayurvéda, vous serez averti par email chaque fois qu’un nouvel article sera publié. En outre, vous recevrez en cadeau un livret de 40 pages expliquant les différentes étapes de la « Minicure Ayurvédique à domicile ».

 

[1]                              On trouve également du Guduchi au Sri Lanka.

[2]                              Dr David Frawley, Yoga &Ayurveda: Self-Healing and Self-Realization, (Twin Lakes, WI: Lotus Press, 1999), pp 196-197).

[3]                              Leonti M, Casu L., « Soma, la nourriture des Immortels selon le Bower Manuscrit (Cachemire, 6e siècle après Jésus-Christ), » Journal of ethnopharmacologie, 155 (Août 2014): 373-86.

[4]                              Kapil, A., Sharma, S., « Composés immunostimulants de Tinospora cordifolia, » Journal of Ethnopharmacology, 58 (Octobre 1997): 89-95.

[5]                              Le Gotu Kola est le nom commun de la plante appelée Brahmi.

[6]                              «Activité Antistress du Tinospora cordifolia et Centella asiatica » Sarma, D.N.K., Khosa, R.L., Chansauria, J.P.N., Sahai, M., Phytotherapy Research, 10 Décembre 1996: 181-183.

[7]                              Singh, Nisha; Singh, Mahendra Sukh; Srivastava, Pratima, « Immunomodulatory and Antitumor Actions of Medicinal Plant Tinospora cordifolia Are Mediated Through Activation of Tumor‐Associated Macrophages, »,Immunopharmacology and Immunotoxicology, 26 (February 2004): 145-62

[8]                              Antonisamy P., Dhanasekaran M., Ignacimuthu S., Duraipandiyan V., Balthazar J.D., Agastian P., Kim J.H., « Gastroprotective effect of epoxy clerodane diterpene isolated from Tinospora cordifolia Miers (Guduchi) on indomethacin-induced gastric ulcer in rats, » Phytomedicine, 21 (June 2014): 966-9.

[9]                              Deole Y.S., Chavan S.S., Ashok B.K., Ravishankar B., Thakar A.B., Chandola H.M., « Evaluation of anti-depressant and anxiolytic activity of Rasayana Ghana Tablet (A compound Ayurvedic formulation) in albino mice, » AYU An International Quarterly Journal of Research in Ayurveda, 32 (July 2011): 375-9.

11 réflexions au sujet de « Guduchi, la plante qui confère « l’immortalité » selon l’Ayurvéda »

  1. JACQUELINE

    Bonjour JO
    Merci pour cet article qui nous fait découvrir une plante qui possède de nombreuses propriétés agissant
    sur le corps et sur l’esprit
    on pourrait prévenir tellement de symptômes et donc de maladies si l’ayurveda et d’autres médecines anciennes, thérapies naturelles étaient reconnues à leur juste titre.
    Mais que diraient les lobbies des laboratoires et entreprises qui préfèrent produite et vendre des médicaments qui ont de nombreux effets indésirables sur le corps des personnes qui les ingèrent.
    vaste débat
    amitié
    Jacqueline

    Répondre
    1. Jo COHEN Auteur de l’article

      Bonjour Hubert
      De très nombreuses préparations en contiennent, notamment celles qui portent le mot Amrit.
      Je conseille notamment l’Amrit Kalash Maharishi dont les propriétés ont fait l’objet de nombreuses études aux Etats-Unis.
      Bonne journée
      Jo

      Répondre
  2. ludovic

    Bonjour
    Le guduchi peut-il être utiliser pour chasser ama dans les tissus profonds ? Ou bien le vipaka doux risque au contraire d’accentuer la présence d’un ama déjà présent ?
    Merci d’avance.

    Répondre
    1. Lascombes

      Comme mentionne dans cet article, Le Guduchi soutient egalement la digestion et il est tridoshique c.a.d qui convient et ameliore les fonctions des 3doshas. Cependant, dans le cas d’un ama « profond » il vaut mieux d’abord prendre du triphala ( association de Amla, Haritaki et Vibhitaki) qui a pour but justement de detoxifier l’organisme en profondeur en tant que « Virechana »

      Répondre
  3. zephir

    Bonjour, j’ai beaucoup de remonter gastrique, je prends de l’esomeprazole depuis un certain temps et je le supporte plus et je voudrais savoir d’où vient le fond du problème, et si vous avez un traitement naturel, car je sais que se médicaments à dès effets secondaires, et nuisible à la longue, merci si vous pouvez m’aider

    Répondre
    1. Jo COHEN Auteur de l’article

      Bonjour

      Seul un professionnel peut vous dire l’origine du problème.
      Essayez de suivre un régime qui pacifie Pitta car votre nourriture semble trop acide.
      Essayez en outre de prendre de l’AMLANT, en vente sur Internet.
      Jo

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *