Les vertus du Tulasi, le « basilic sacré » de l’Inde

Une plante sacrée

Une plante sacrée

Il n’est pas de plante plus commune en Inde que le Tulasi[1], également appelé Surasah, son deuxième nom en sanscrit. De son nom latin ocimum sanctum, cette plante trône dans tous les  foyers indiens depuis la nuit des temps. Omniprésente dans tous les traités ayurvédiques, elle se présente sous forme d’un arbuste pouvant atteindre un mètre de hauteur. Sa taille normale se situe entre 30 et 60 cm. Parmi les nombreuses variétés de Tulasi connues, les plus courantes sont le Krishna Tulasi, le Rama Tulasi et le Vana Tulasi. La tradition védique prête au Tulasi d’authentiques vertus divines[2]. La plante y a le statut d’une déité féminine, certains y voyant une incarnation de la déesse Lakshmi, d’autres celle de Sita ou encore celle Vrinda. Le Tulasi est décrit dans le traité des Puranas comme « la plus sacrée des plantes sur terre », ce qui explique ses nombreux usages dans la sphère spirituelle. En Inde, avant toute crémation, une feuille fraîche de Tulasi est mise dans la bouche des morts afin de faciliter leur passage vers un « au-delà paradisiaque ». Certains colliers destinés à éveiller la conscience des vivants – baptisés du terme générique de « rudraksha », sortes de rosaires de méditation – sont faits à partir des branches de l’arbuste. Son parfum est également utilisé pour purifier l’atmosphère des temples.

Au plan thérapeutique, on ne compte pas les multiples décoctions qui utilisent ses feuilles et ses racines afin de combattre une large variété de maladies métaboliques, immunitaires et respiratoires. L’un des constituants actifs les plus connus du Tulasi est l’eugénol, une huile volatile utilisée en pharmacie pour ses propriétés antiseptiques et analgésiques. De récentes études suggèrent que l’eugénol prend en charge une multitude de systèmes dans la physiologie, y compris le système immunitaire, cardiovasculaire, reproducteur, gastrique, urinaire ainsi que le système nerveux central. Il a été démontré que la plante a un effet protecteur sur le foie, le cœur et le sang. Elle lutte contre les invasions de microbes étrangers[3]. Le Tulasi possède d’autres huiles très volatiles. Hélas, elles se dissipent si la plante est séchée, utilisée sous forme de thé ou mise en poudre dans une gélule. Afin de bénéficier des effets de ces puissantes huiles, l’idéal serait de consommer le Tulasi dans les heures qui suivent sa récolte. C’est probablement pour cette raison que les familles indiennes font pousser du Tulasi dans un coin de leur jardin. Notons que l’on trouve sur certains sites spécialisés[4] de l’huile essentielle de Tulasi ayant conservé le spectre complet des constituants botaniques de la plante. Dans ce cas, l’huile essentielle a des propriétés antibactériennes, antifongiques et antivirales intéressantes en cas de tuberculose ou de paludisme. L’huile a en effet une activité larvicide contre les moustiques, propriété intéressante au moment où le virus Zika qui fait la Une de la presse se développe dans de nombreux pays.

Rudraksha à base de Tulasi

Rudraksha à base de Tulasi

Le Tulasi comporte de nombreux composés actifs parmi lesquels le plus connu est  sans doute l’acide ursolique. Ses effets anabolisants ont fait l’objet de récentes recherches à l’Université d’Etat de l’Iowa. Des tests réalisés sur des rats ont démontré que l’administration de l’acide ursolique entrainait une réduction de l’atrophie musculaire. Cet acide est couramment utilisé dans l’industrie cosmétique pour sa capacité à soutenir une peau saine, élastique et jeune, résultats si efficaces que cet usage a fait l’objet d’un dépôt de brevet[5]. L’acide ursolique permet de lutter contre l’acné. Il améliore la santé de la partie interne de la peau, des voies intestinales et respiratoires. Une étude a montré que le Tulasi améliorait la santé du microbiot bénéfique de l’intestin lorsqu’il était exposé à des bactéries nocives[6]. La plante contient également de l’apigénine, composé qui a la propriété de « casser » l’immortalité des cellules cancéreuses ainsi que l’a montré une récente recherche conduite à l’Université de l’Ohio et dont les résultats ont été publiés dans les Proceedings of the National Academy of Sciences. L’apigénine modifie en effet le processus de régulation génétique des cellules cancéreuses, les rendant à nouveau sensibles au processus de mort cellulaire. Autre constituant du Tulasi, la lutéoline : ce composé de la famille des flavones a des propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires. En outre, il aide au métabolisme des glucides et agit en tant que régulateur du système immunitaire.

Un arbuste de 30 à 60 cm en moyenne

Un arbuste de 30 à 60 cm en moyenne

Du point de vue de l’Ayurvéda, le Tulasi a un goût amer, piquant et astringent, il convient donc aux cas de désordres des doshas Vata et Kapha. Capable de réduire l’excès de Kapha tout en soutenant le système immunitaire, il convient en cas de maladies respiratoires comme l’ont montré plusieurs recherches[7]. Plus précisément, il aide les voies respiratoires à expectorer l’excès de mucus en direction du tube digestif. Le Tulasi équilibre aussi le dosha Vata. Pris en excès, il a tendance à augmenter le dosha Pitta. Toutes les constitutions peuvent utiliser le Tulasi en toute saison, mais en tenant compte de ses qualités. Son large spectre d’utilisation en fait une plante adaptogène à conseiller en cas de stress. Une étude réalisée au Central Drug Research Institute de Lucknow, en Inde, a montré que la poudre extraite de la racine de Tulasi aidait à maintenir des niveaux normaux de cortisol, l’hormone généralement associée au stress. La feuille de Tulasi a également de puissants effets adaptogènes. Elle calme les nerfs, régule la circulation du sang et combat les radicaux libres. En Inde, les professionnels qui ont des jobs particulièrement stressants mâchent jusqu’à une douzaine de feuilles de Tulasi dans la journée !

Décoction de feuilles de Tulasi

Décoction de feuilles de Tulasi

Le Tulasi convient aussi dans les situations de stress physiologique dû à des efforts prolongés, à des polluants chimiques[8] (métaux lourds notamment), à des froids et des bruits excessifs ou encore à des radicaux libres. La plante favorise par ailleurs la normalisation du taux de glucose dans le sang, de la pression artérielle ainsi que du taux de lipides[9]. L’effet anti-diabétique du Tulasi a été démontré dans le cadre d’une étude en double aveugle avec placebo auprès d’un groupe de 40 volontaires souffrant de diabète de type II. Pendant deux semaines, les sujets ont reçu 2,5 g de poudre de feuilles de Tulasi contre un placebo pour le groupe témoin. Les résultats montrent une réduction de 17,6% de la glycémie à jeun ainsi qu’une baisse de 7,3% de glucose sanguin post-prandial par rapport aux résultats du groupe témoin. En cas d’affection dans la sphère cardio-vasculaire, le Tulasi a un effet positif sur la pression artérielle. Son utilisation régulière prévient les crises cardiaques. Pour cela, préparez un tonique cardiaque en mélangeant 1 g de Tulasi en poudre avec une cuillerée de ghee et un peu de sucre. Prendre un cuillère à café de cette pâte matin et soir.  La consommation de thé aux feuilles de Tulasi feuilles aide aussi à maintenir une bonne pression artérielle. Le Tulasi a également un effet bénéfique sur la mémoire et les fonctions cognitives.

Ingrédient de la médecine familiale

Ingrédient de la médecine familiale

 

Avec de si nombreuses propriétés, il n’est pas étonnant que le Tulasi figure en bonne place dans la médecine familiale de la plupart des foyers indiens. Ses usages sont nombreux. Citons- en quelques-uns en vrac. Ainsi, le jus des feuilles ou la décoction de feuilles cuites avec deux rondelles de gingembre frais sont donnés deux ou trois fois par jour en cas de bronchite chez l’enfant. Le Tulasi convient également pour les maux de tête, les convulsions, les crampes et le choléra. En cas de fièvre, il est recommandé de faire une décoction de feuilles de Tulasi avec de la cardamome en poudre. En prendre quelques doigts toutes les trois heures.  La consommation sous forme de thé prévient la toux, les rhumes et autres maladies associées au dosha Kapha. L’effet diurétique du Tulasi en fait un traitement naturel en cas de calcul rénal. Prendre chaque jour pendant plusieurs mois un jus de feuilles avec du miel. Cette préparation réduit le taux d’acide urique dans le sang, cause première des calculs en cas de taux élevé. Autres usages intéressants. Le fait de mâcher les feuilles de Tulasi peut s’avérer d’une aide précieuse pour ceux qui veulent arrêter de fumer. Mixée avec de l’huile de moutarde, la poudre peut être utilisée comme dentifrice ainsi que pour renforcer les gencives. Une décoction de la plante soulage les maux de dents. Deux gouttes de jus de feuilles au moment du coucher est un bon remède contre la fatigue oculaire ou la mauvaise vision nocturne.

Une déité féminine

Une déité féminine

On trouve facilement sur Internet du Tulasi de qualité biologique ainsi que de l’huile essentielle. Il est proposé sous forme de poudre, d’extraits, de pâte, d’infusions et de gélules. Ceux d’entre vous qui ont la main verte peuvent planter du Tulasi dans leur jardin ou sur un coin de leur balcon. Se souvenir que la plante a besoin de soleil et de beaucoup d’eau.

 

Jo Cohen

 

 

– Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander à vos amis en cliquant sur le logo de votre réseau social préféré (Facebook, Linkedin, Twitter, Google +).

– Vous pouvez aussi recommander l’ensemble du site à vos proches sur la page La Voie de l’Ayurvéda de Facebook afin de les faire bénéficier de cette précieuse connaissance. Je vous en remercie par avance.

– Vous pouvez laisser un commentaire.

– En vous inscrivant sur la liste La Voie de l’Ayurvéda, vous serez averti par email chaque fois qu’un nouvel article sera publié. En outre, vous recevrez en cadeau un livret de 40 pages expliquant les différentes étapes de la « Minicure Ayurvédique à domicile ».

 

 

 

[1]                              Tulsi est son nom en Hindi.

[2]                              De nombreuses cérémonies à caractère religieux sont consacrées au Tulasi.

[3]                      “Ocimum sanctum L (Holy Basil or Tulsi) and its phytochemicals in the prevention and treatment of cancer” Baliga MS, Jimmy R, Thilakchand KR, Sunitha V, Bhat NR, Saldanha E, Rao S, Rao P, Arora R, Palatty PL. Nutrition& Cancer. 2013; 65 Suppl 1:26-35. doi: 10.1080/01635581.2013.785010.

[4]                              C’est le cas du site français http://myrtea.com.

[5]                              http://google.com/patents/EP1210075A1?cl=en

[6]                      “Therapeutic uses of Ocimum sanctum Linn (Tulsi) with a note on eugenol and its pharmacological actions: a short review”. Prakash P, Gupta N. Indian Journal of Physiology & Pharmacology. 2005 Apr;49(2):125-31.

[7]                      “Induction of resistance to respiratory tract infection with Klebsiella pneumoniae in mice fed on a diet supplemented with tulsi (Ocimum sanctum) and clove (Syzgium aromaticum) oils”. Saini A, Sharma S, Chhibber S; Journal of Microbiology, Immunology & Infections. 2009 Apr; 42(2):107-13.

[8]                      “Tulsi – Ocimum sanctum: A herb for all reasons” Marc Maurice Cohen ; Journal of  Ayurveda & Integrative  Medicine. 2014 Oct-Dec; 5(4): 251–259. doi:  10.4103/0975-9476.146554

[9]                              “Use of an Extract of Indian Sacred Plant Ocimum sanctum as an Anticariogenic Agent: An in vitro Study” PubMed Central Bhat, Sham S; Salman, Afreen; Chandra, Jagadish

11 réflexions au sujet de « Les vertus du Tulasi, le « basilic sacré » de l’Inde »

  1. JACQUELINE

    Bonjour JO
    Je ne connaissais pas du tout toutes les vertus et propriétés thérapeutiques du tulasi
    je vais faire l’essai j’ai vu sur un site où je commande de temps en temps poudre de tulsi (basilic sacré)
    est ce tulsi et tulasi c’est pareil ?
    merci pour la réponse et bon dimanche
    et encore merci pour tous tes articles qui nous apprennent beaucoup
    Jacqueline

    Répondre
  2. Guillaume

    Tulsi ou Tulasi c’est pareil!
    Je fus très surpris du culte offert aux plants de tulasi dans le nord de l’Inde alors que je le buvais en infusion dans le sud. Ça m’avait grandement surpris!
    Je le connais en tisane et c’est très agréable !

    Répondre
  3. Marishka

    Bonsoir Jo,
    Bon je viens de jeter un oeil sur la « minicure » !
    Pour tout dire, ça me semble assez affolant…
    Déjà le temps de pouvoir mettre la main sur tous ces ingrédients bizarres…
    Ensuite, rien qu à l idée de devoir ingérer du beurre fondu en se pinçant le nez (ça sent si mauvais que ça ?) tous les matins… donc le goût… on n en parle même pas. (Oui le fameux « ghee » : au fait ça se prononce comment : -Ji -Gui ? Et surtout -où diable ça se trouve ? Ainsi que peut-être certains autres ingrédients spécifiques… Boutiques spécialisées ? Alimentation indienne peut-être ? Autres ?
    *Sachant que je suis dans le Rhône, pas à Lyon mais possible d y aller facilement
    Enfin, ya pas d urgence… Le temps de me faire à l idée et de me préparer psychologiquement…
    Puis le temps de rassembler les ingrédients : ensuite, il suffit de se lancer je suppose.
    Bon, au final, je suis sûre que mon système lymphatique sera ravi de ma décision… Reste à passer à l acte… Quelques petits conseils peut-être ?

    Répondre
    1. Jo COHEN

      Bonjour Marishka

      Vous trouverez les produits mentionnés sur le site Ayur Vana qui a des plantes de qualité biologique.

      Bon courage pour la suite…et tenez nous au courant de votre expérience.

      Cordialement

      Jo

      Répondre
      1. Marishka

        Merci !
        Il me paraît + sage d attendre le printemps… ou l été…
        Ca me laissera le temps d apprendre à faire un bon « khicheri », si j y arrive…
        Au fait, avez vous eu des retours, genre témoignages de ceux qui se sont lancés et ont testé votre mini-cure ? Si oui, c est visible où ? (histoire d éviter les erreurs de débutant, de se rassurer et de recueillir éventuellement quelques bons conseils).
        Merci à vous,
        Marishka

        Répondre
  4. Ping : AYURVEDA – Bleu Violet Reiki

  5. aurelie

    bonjour

    comment trouver des feuilles fraiches si on ne peut pas les faire pousser ? je suis tres malade, j en ai acheté en tisane et poudre…mais je lis que j effet n est pas le même du tout…

    merci de votre aide

    Répondre
  6. saint blancard

    bonjour ,j »ai un plant de basilic sacré dans un pot ,2fois par jour je fait une decoction avec du rooibos ou du gingembre a partir de demain je vais faire du jus .LE Tulsi pousse aussi en bouturage je l’ai fait .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *