Archives par étiquette : méditation transcendantale

La méditation transcendantale active automatiquement le mode ‘repos’ du cerveau

Le cerveau se repose

Le cerveau se repose

Votre cerveau se repose-t-il lorsque vous méditez ? A première vue, la question peut paraître saugrenue. Pourtant, elle est essentielle ainsi que le montre la récente étude publiée dans le Journal Brain & Cognition[1] au début de l’année. Elle montre sans l’ombre d’un doute que la pratique de la méditation transcendantale est facile et sans effort. Elle utilise un mécanisme naturel propre au fonctionnement de l’esprit. En outre, elle est la seule à activer le repos du cerveau en activant « le réseau par défaut », alias Default Mode Network (DMN). Ce point est au cœur de l’étude dont nous allons expliquer un peu plus loin et de manière détaillée les tenants et aboutissants. Nous savons que l’Ayurvéda repose sur trois piliers, l’alimentation, le mode de vie et le repos. Ce dernier pilier inclut le sommeil, mais aussi tout ce qui apporte du repos à l’organisme. C’est la raison pour laquelle l’Ayurvéda Maharishi, la forme la plus avancée de l’Ayurvéda, inclut expressément la pratique de la méditation transcendantale. Cette dernière apporte à l’organisme un repos quatre fois plus profond que le sommeil profond et, ainsi que le montre l’activation du réseau par défaut, un repos comparable au niveau du cerveau. Toutes les autres techniques de méditation désactivent ce réseau par défaut, montrant que le cerveau reste en activité pendant leurs pratiques. Ceci suggère qu’il n’y aurait, en dernière analyse, deux et non trois familles de techniques de méditation : celles basées sur la focalisation de l’attention, quel que soit son intensité, et celles pratiquées sans effort.

Continuer la lecture

Qu’est-ce qui se passe dans le cerveau pendant la pratique de la méditation transcendantale ?

 

Les EEG reflètent l'activité du cerveau

Les EEG reflètent l’activité du cerveau

En tant qu’organe, le cerveau humain comporte environ 200 milliards de cellules, dont 10% de neurones, 4 millions de km d’axones et un milliard de milliards de synapses. Son rôle est d’unifier la diversité du monde extérieur qui le bombarde en permanence de milliards d’informations au travers des cinq sens. Les neurosciences expliquent que le siège de la conscience est dans l’activité non matérielle du cerveau matériel, un peu comme un poste radio qui recevrait ses programmes via les ondes électromagnétiques. Lors du fonctionnement du cerveau, plusieurs gammes d’ondes ont été mises en évidence par la technique des EEG[1] : les ondes delta en dessous de 3,5 Hz, les ondes thêta entre 4 et 8 Hz, les ondes alpha entre 8 et 12 Hz, les ondes bêta de 12 à 25 Hz et enfin les ondes gamma au-dessus de 25 Hz. Ces EEG témoignent d’activités spécifiques dans le reste de la physiologie : les ondes delta sont généralement associées au sommeil profond sans rêves, les ondes thêta à un état de relaxation profonde avec éveil, les ondes alpha caractérisent un état de relaxation, les ondes bêta sont celles de l’activité normale et enfin les ondes gamma témoignent d’une intense activité, souvent associée à la créativité. En d’autres termes, les ondes alpha caractérisent l’observateur, les ondes béta le processus d’observation et les ondes gamma l’objet observé.

Continuer la lecture

La transcendance est le fondement ultime de la santé

 

La transcendance est une expérience universelle

La transcendance est une expérience universelle

La source fondamentale de la santé se trouve dans l’expérience de la transcendance. Cette vérité ultime – longtemps oubliée, vidée de son sens ou dénaturée, y compris dans l’Ayurvéda tel qu’il est parfois enseigné de nos jours – figure pourtant dans le texte fondateur de la Caraka Samhita. Alors que la médecine occidentale considère la conscience comme un épiphénomène de la physiologie, la tradition du Véda considère le corps comme une récréation permanente de la conscience. La conscience précède la matière, de la même manière qu’un plan sert à construire une maison. Cette approche est en accord avec les recherches les plus récente : les atomes du corps physique sont renouvelés en permanence, si bien que l’on peut considérer le corps d’apparence solide comme une rivière d’atomes qui garde une même apparence et qui n’est jamais tout à fait la même à chaque instant.

Continuer la lecture

Ce que vous devez absolument savoir au sujet du goût sucré recommandé par l’Ayurvéda!

Le sucré a envahi notre culture alimentaire

Le sucré a envahi notre culture alimentaire

Le goût sucré est l’un des six goûts qu’il faut satisfaire quotidiennement selon l’Ayurvéda. En dehors de la nature douce d’aliments tels le riz, le blé ou la carotte, l’Ayurvéda Maharishi recommande précisément le sucre candi blanc, le sucre de canne, le sucre de palme, le miel et le sirop d’érable. De son côté, l’occident a multiplié à foison le nombre de substances édulcorantes au goût sucré, parmi lesquelles le sucre raffiné blanc qui se démarque par sa toxicité et la dépendance qu’il crée. Cette toxicité est connue depuis des décennies. Le livre à succès[1] « Sugar Blues, Is sugar killing you sweetly ?» de William Dufty, paru au milieu des années 70 en parlait déjà en long et en large. Entre temps, le problème a pris des proportions proprement alarmantes. Le Dr. David Servan Schreiber rappelait qu’au XIXème siècle, l’homme consommait en moyenne 5 Kg de sucre raffiné par an. Or, depuis la seconde guerre mondiale, cette consommation n’a cessé de progresser dans le monde entier, notamment en France où elle dépasse à présent les 35 Kg par an et par personne, en passe de rattraper le triste record des Etats-Unis avec 75 Kg de sucre raffiné par an et par personne! Or, tous les experts de la génétique affirment que l’organisme humain n’est pas fait pour gérer une telle quantité de sucre. L’un des dangers est bien connu : les cellules cancéreuses se nourrissent de sucre, lequel crée dans l’organisme une situation d’inflammation dont le cancer se sert pour continuer à se développer. Or, du sucre, il y en a dans très nombreux produits, à commencer par le pain blanc, mais aussi dans les viennoiseries, les bonbons, les pâtisseries, les chocolats, la plupart des produits de santé vendus dans les magasins bio et 100 % des produits industriels ! Les aliments transformés contenant du sucre et des graisses indigestes vont surcharger le foie et submerger notre corps de déchets toxiques.

Continuer la lecture