Méditez, il n’y a rien de mieux pour votre santé physique et mentale

La méditation est une clé de la santé

La méditation est une clé de la santé

Reconnu par l’Organisation Mondiale de la Santé, l’Ayurvéda est un système de santé à part entière dont « le fondement ultime est la conscience » avance le Dr Hari Sharma, chercheur mondialement connu pour ses travaux sur l’Ayurvéda Maharishi au département de pathologie de l’Université d’Etat de l’Ohio. Alors que la médecine moderne considère que nous sommes avant tout un corps matériel, la conscience n’arrivant qu’en second, l’Ayurvéda Maharishi estime pour sa part que nous sommes d’abord une conscience et que le corps physique qui arrive en second est l’expression du Véda et de la littérature védique (voir à ce sujet http://la-voie-de-l-ayurveda.com/science-et-veda-confirment-notre-statut-cosmique/). Voilà pourquoi, en termes de santé, l’Ayurvéda Maharishi donne la priorité au développement des états de conscience supérieurs grâce à l’expérience de la méditation transcendantale. Méditer est la première action concrète pour favoriser une bonne santé et prévenir la maladie. S’appuyant sur la recherche scientifique et sur l’interprétation du Véda cognisée par le sage indien Maharishi Mahesh Yogi, l’Ayurvéda Maharishi offre un système intégré de connaissance qui montre la voie à l’Ayurvéda traditionnel de l’Inde, trop souvent coupé de la source de la conscience et réduit au rang de simple médecine douce, ce qui est loin de rendre justice à cette connaissance. La primauté de la conscience en matière de santé – qui justifie la longueur de cet article – est en accord avec les études des cas de rémissions spontanées de maladies graves[1]. Ces rémissions sont systématiquement précédées d’une ou plusieurs expériences d’expansion de la conscience pendant lesquelles l’individu se sent en unité totale et profonde avec tout l’univers.

Méditer, d’accord. Mais, direz-vous, il y a plusieurs types de méditation. Comment s’y retrouver ? En s’appuyant là encore sur la recherche scientifique. En effet, début 2013 a eu lieu dans le cadre de la New York Academy of Sciences une conférence destinée à favoriser les échanges sur les effets produits par différentes techniques de méditation. Elle a réuni des chercheurs de plusieurs universités américaines ayant travaillé récemment sur le sujet. De nombreuses formes de méditation ont été abordées : la méditation transcendantale, la méditation de la pleine conscience, le Zazen, le Qi Gong, etc. Les trois types de méditations identifiées au cours de cette conférence se différencient aussi bien par leurs procédures que par le mode de fonctionnement du cerveau qu’elles induisent. Ce sont la « méditation avec attention focalisée », la « méditation avec attention ouverte » et la « méditation avec transcendance automatique ». La méditation de la compassion, qui appartient à la catégorie « méditation avec attention focalisée », développe le « système émotionnel » dans le cerveau et toute la vie affective de la personne devient plus riche et plus complète. La méditation Vipassana, qui est une « méditation avec attention ouverte », développe la pleine conscience des situations et accroît le bien-être mental et physique. La méditation transcendantale, qui est une « méditation de transcendance automatique », ne développe pas de compétence particulière. Elle développe une cohérence globale des ondes alpha, les différentes parties du cerveau fonctionnant alors ensemble comme un tout. D’autres techniques de méditation à base de mantra conduisent à cette expérience intérieure de transcendance où le temps semble s’arrêter et où l’on perd la notion d’espace. C’est aussi le cas de la branche du Qi Gong toujours enseignée en Chine. J’ai personnellement pratiqué pendant des années la méditation Vipassana (dont les américains ont extrait la version « laïque » connue sous le nom de méditation de la pleine conscience) avant de pratiquer la méditation transcendantale. Je sais par mon expérience personnelle que ces pratiques qui ont toutes leur intérêt, développent des aspects différents de la conscience. A chacun de choisir la technique qui lui convient selon ses objectifs.

Le moine bouddhiste Mathieu Ricard a participé aux recherches sur la méditation

Le moine bouddhiste Mathieu Ricard a participé aux recherches sur la méditation

Au niveau de la neurophysiologie, la conférence de New York a montré que les techniques de méditation, notamment la méditation bouddhiste, augmentent la connexion entre différentes parties du cerveau[2], réduisant du coup l’atrophie cérébrale associée aux maladies dégénératives des personnes vieillissantes. La matière blanche du cerveau de personnes qui méditaient présente plus de faisceaux de fibres nerveuses reliant les différentes parties du cerveau, notamment dans le corps calleux qui relie les hémisphères droit et gauche, le tractus pyramidal qui lie le cerveau à la moelle épinière et enfin dans le faisceau uniforme liant le lobe frontal au système limbique, le siège des émotions[3]. Parmi d’autres résultats, la recherche a constaté un haut niveau d’activité dans les parties du cerveau qui contribuent à former les émotions positives (enthousiasme, maîtrise de soi, joie) assorti d’une activité moindre dans les parties reliées aux émotions négatives, notamment la zone en rapport avec la peur et la colère. Des changements physiologiques plus spécifiques ont été montrés lors de la pratique de la méditation transcendantale au niveau du taux de respiration, de la conductance de la peau et des tracés EEG qui perdurent, du moins pour les sujets avancés, pendant qu’ils dorment ou pendant l’activité.

Le Dr. Fred Travis

Le Dr. Fred Travis, spécialiste de neurophysiologie

Le terme transcendantal associé à la méditation du même nom mérite une explication. L’expérience de la transcendance est une expérience naturelle qui peut arriver à chacun de manière fortuite. De nombreux poètes ont rapporté dans leurs vers des expériences de transcendance, Victor Hugo, Lamartine, etc., et même Jean-Paul Sartre. Nous avons tous en mémoire le vers « Oh temps, suspens ton vol » dans lequel Lamartine rapporte en termes simples son expérience de la transcendance. Elle n’a rien de sensationnel, c’est une expérience naturelle. Transcender signifie aller au delà… en l’occurrence au-delà de la pensée. Pourquoi méditer alors, me direz-vous ? Simplement parce que la méditation transcendantale permet de faire cette expérience de manière systématique. Avec le programme de méditation transcendantale, c’est la totalité de la conscience, la totalité de la personne, qui, par la pratique du silence intérieur et de la transcendance, est ainsi animée. Les expériences de transcendance permettent de mieux comprendre les recherches récentes sur les états supérieurs de conscience publiées dans le numéro de janvier 2014 des Annales de l’Académie des Sciences de New York. Le Dr Fred Travis, PhD., directeur du Center for Brain, Consciousness and Cognition à l’Université Maharishi de Management à Fairfield (Iowa, USA), explique que la méditation transcendantale conduit à des expériences non-duelles de transcendance marquées par un sentiment de conscience de soi sans contenu. L’analyse des descriptions de cette expérience sur 52 sujets montre que l’esprit s’établit sans effort vers l’intérieur pour aller au-delà de la pensée. Trois aspects se retrouvent dans ces expériences: l’absence de temps, d’espace, et de sens du corps.

Le Dr. Nancy Lonsdorf, spécialiste d'Ayurvéda Maharishi

Le Dr. Nancy Lonsdorf, spécialiste d’Ayurvéda Maharishi

La recherche a finalement reconnu que les différentes techniques de méditation produisent des effets différents, notamment dans le domaine de la santé. En effet, le Dr. Nancy Lonsdorf, spécialiste de l’Ayurvéda Maharishi – dont nous reprenons quelques unes des analyses dans cet article – rappelle qu’il y a plus de 25 ans que les premières études sur les résultats physiologiques de la méditation transcendantale pratiquée par des occidentaux ont été publiées : « dans leur sillage, beaucoup émirent l’hypothèse que toutes les autres techniques de méditation produiraient des effets identiques à ceux observés avec la méditation transcendantale ». Cette manière d’envisager les choses fut largement acceptée par tous pendant de nombreuses années, bien que l’hypothèse n’ait jamais été vérifiée par des études comparatives précise encore le Dr. Nancy Lonsdorf. Les changements physiologiques durant la pratique et ou les bienfaits dans la vie quotidienne sont différents d’une méditation à l’autre. Ainsi, une étude publiée en novembre 1996 par la revue Hypertension de l’American Heart Association (AHA) montre que la méditation transcendantale a des effets comparables à ceux des médicaments prescrits pour réduire la tension[4]. A ce jour, cette technique reste la seule recommandée par l’AHA car elle seule a pu démontrer par des études fiables qu’elle avait des effets cliniques efficaces contre l’hypertension.

Dépenses de santé et méditation

Dépenses de santé et méditation en fonction des années

Le groupe de recherche de l’AHA a publié le 22 avril 2013 une déclaration scientifique au sujet du traitement de l’hypertension artérielle[5] par la méditation. Trois sous-groupes de techniques ont été constitués : les méditations avec attention focalisée, la méditation transcendantale et les méditations contemplatives (méditation Zen, Vipassana et méditation de la pleine conscience). Pour l’AHA, l’ensemble des données scientifiques montrent que la méditation transcendantale diminue bien l’hypertension artérielle. Les données relatives aux autres techniques ont été jugées « peu tangibles ». Le groupe de l’AHA a donc placé la méditation transcendantale en classe IIB. En clair : cette technique peut être envisagée en pratique clinique pour baisser la tension artérielle. Toutes les autres techniques de méditation ont été placées en classe IIIC. En clair : elles ne présentent aucun bénéfice tangible par rapport à l’hypertension artérielle.

Le docteur français Patrick Constancis

Le docteur français Patrick Constancis

Les bienfaits de la méditation sur la santé sont très nombreux. Pour plus de détails, nous renvoyons le lecteur à la vidéo sur YouTube du chirurgien français Patrick Constancis. La démonstration la plus parlante des bienfaits de la méditation transcendantale en matière de santé résulte de l’analyse des données collectées par les compagnies d’assurances précise le Dr. Nancy Lonsdorf. La première étude, publiée dans Psychosomatic Medicine en 1987, enregistra les dépenses de santé de 2000 américains qui pratiquaient la méditation transcendantale et les compara à ceux d’un groupe témoin apparié en âge, niveau d’éducation, profession ainsi que d’autres variables. Le résultat fut net : le groupe des méditants allait 56% de fois moins souvent à l’hôpital et 50% de fois moins chez le médecin que le groupe témoin. « Une étude approfondie démontra que cet effet n’était pas le résultat d’une meilleure santé du groupe des méditants avant qu’ils apprennent la technique » précise au passage le Dr. Nancy Lonsdorf. Cette étude, publiée par l’American Journal of Health Promotion en 1996, compara le coût des soins de santé de 677 personnes inscrites aux caisses d’assurance santé de l’état du Québec pendant les trois années avant et trois années après avoir appris la méditation transcendantale. Elle démontre que les dépenses pour soins de santé avant d’apprendre la méditation transcendantale sont les mêmes que les dépenses pour soins de santé faites par d’autres personnes. Après l’apprentissage de la méditation transcendantale, les dépenses pour soins de santé se mettent à diminuer très nettement, en moyenne 5 à 7% chaque année. La diminution est plus importante chez les personnes qui avaient précédemment dépensé le plus. Pour ces utilisateurs intensifs de soins, la méditation transcendantale diminue les dépenses de 18% chaque année, avec une diminution totale des dépenses de 54% à la fin des trois années de l’étude.

La méditation influence le cerveau

La méditation influence le cerveau

Les effets de la méditation sur le bien être mental sont très documentées, notamment dans la lutte contre le stress et le développement de la personnalité. Une étude du type méta-analyse[6] compare l’importance de l’effet produit par les diverses méditations pour ce qui est de « la réalisation de soi », une mesure de la maturité psychologique, de la santé, et du développement décrite par le célèbre psychologue américain Abraham Maslow, indiquant un état élevé de développement personnel. Cette méta-analyse montre que la technique de méditation transcendantale est deux fois plus efficace que les autres pour améliorer les résultats des tests de réalisation de soi après quelques mois de pratique.

Conclusion : méditer est essentiel pour développer la santé. De nombreuses techniques sont proposées avec des effets positifs pour les plus connues d’entre elles. A plus long terme, toutefois, la méditation transcendantale a ma préférence. Elle se détache du lot à la fois par les résultats qu’elle induit en termes de santé et par les expériences intérieures qu’elle permet à chacun de développer avec les années.

Jo Cohen

 

Lien pour voir la présentation du Dr. Patrick Constancis :

 

– Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander à vos amis en cliquant sur le logo de votre réseau social préféré (Facebook, Linkedin, Twitter, Google +).

– Vous pouvez aussi recommander l’ensemble du site à vos proches sur la page La Voie de l’Ayurvéda de Facebook afin de les faire bénéficier de cette précieuse connaissance. Je vous en remercie par avance.

– Vous pouvez laisser un commentaire.

– En vous inscrivant sur la liste La Voie de l’Ayurvéda, vous serez averti par email chaque fois qu’un nouvel article sera publié. En outre, vous recevrez en cadeau un livret de 40 pages expliquant les différentes étapes de la « Minicure Ayurvédique à domicile ».

 

 

 

 

 

[1]                               Plusieurs milliers de cas ont été documentés dans les universités du monde entier. Nous renvoyons spécialement le lecteur intéressé aux travaux du Professeur japonais Ikimi.

[2]                               ‘Long-Term Meditators Self-Induce High-Amplitude Gamma Synchrony During Mental Practice’, Antoine Lutz,  Lawrence L. Greischar ,  Nancy B. Rawlings , Matthieu Ricard  and Richard J. Davidson, Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America.

[3]                               Luders E, Clark K et al. Enhanced brain connectivity in long-term meditation practitioners. Neuroimage. 2011 June 6

[4]                               L’étude, qui attribuait à 127 patients noirs américains de manière aléatoire la méditation transcendantale, la relaxation musculaire progressive ou un régime et des exercices standards prescrits d’ordinaire pour l’hypertension, trouva que la méditation transcendantale était deux fois plus efficace que la relaxation musculaire progressive pour réduire l’hypertension. Cette nouvelle preuve incita le National Institute of Health  à subventionner à hauteur de plusieurs millions de dollars deux nouvelles études pour approfondir le sujet, dont les résultats seront publiés dans les années qui viennent.

[5]                               American Journal of Hypertension 21 (3): 310-6, 2008. Anderson J.W., et al. Blood pressure response to Transcendental Meditation: a meta-analysis.

[6]                               C’est le moyen le plus rigoureux de vérifier un corps de recherches en termes quantitatifs.

3 réflexions au sujet de « Méditez, il n’y a rien de mieux pour votre santé physique et mentale »

  1. Duval

    J’apprécie beaucoup vos lettres. Quand j’étais plus jeune, j’ai été très malade pendant de nombreuses années et je considère, comme vous, que c’est la méditation qui m’a guérie! Votre lettre d’aujourd’hui: des propos clairs, distinction entre les différentes méditations avec regard non-partisan sur ces autres approches.Merci.
    J’ai aussi beaucoup apprécié votre lettre sur l’astrologie; elle m’a donné le goût de replonger dans la profondeur de cette science et cet art.
    Je recommande vos lettres à des connaissances et amis en leur envoyant vos coordonnées. Vos informations sont invitantes à découvrir l’Ayurdéva…Merci beaucoup.

    Répondre
    1. Jo COHEN Auteur de l’article

      Bonsoir Éliane,

      Merci pour votre commentaire. Votre expérience confirme le pouvoir exceptionnel de la méditation en termes de santé, ce que les générations précédentes de méditants savaient par expérience…même s’ils n’avaient pas comme nous l’éclairage objectif des recherches scientifiques. Arrivera un moment dans l’évolution de l’humanité où les thérapies seront pour l’essentiel à base de mantras et de sons védiques.

      Bonne soirée à vous

      Jo

      Répondre
  2. JACQUELINE

    Bonjour JO
    j’ai beaucoup apprécié cet article sur la méditation.
    Je voulais vous demander : quelle est la pratique de la méditation transcendantale ?
    comment dois je faire pour la pratiquer le mieux possible ?
    merci de me dire simplement et clairement la pratique de cette méditation que je ne connais pas.
    amicalement
    Jacqueline

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *