Brahmi, le Rasayana qui développe la conscience

Bacopa monnieri

Bacopa monnieri

Tirant son nom des états supérieurs de conscience – notamment la conscience de Brahman – Brahmi est le plus puissant tonique du système nerveux proposé par l’Ayurvéda. L’appellation Brahmi recouvre en fait deux plantes ayurvédiques distinctes, mais aux propriétés voisines : la Centella asiatica, appelée aussi Gotu-kola en Inde, et le Bacopa monnieri. Les deux plantes sont vénérées dans la tradition védique pour leurs effets sur le mental et leur soutien de tout le système nerveux. Elles ont été utilisées des siècles durant pour aider des personnes de tous âges à apprendre et à mémoriser de nouvelles informations. Dans le sud de l’Inde, Brahmi se réfère au Bacopa monnieri tandis que dans le nord de l’Inde, le terme se réfère à la Centella asiatica. De nombreuses préparations portant le nom de Brahmi mélangent à parts égales ces deux plantes connues pour « nourrir » le cerveau. Leur mélange est également utilisé pour restaurer l’équilibre mental et émotionnel. Les deux plantes ont cette capacité étonnante de calmer le mental tout en stimulant en douceur les fonctions cognitives. C’est pourquoi la Caraka Samhita classe Brahmi dans la catégorie des Rasayanas de la conscience qui peuvent être pris tout au long de la vie.

Le Bacopa monnieri est une petite plante grasse vivace de 20 à 25 cm. Il pousse dans les régions marécageuses de l’Inde, du Népal, de la Chine ou encore du Sri Lanka. Il peut être cultivé dans les étangs et les tourbières. Ce sont surtout ses feuilles qui sont utilisées en Ayurvéda. Au plan chimique, il contient entre autre des flavonoïdes, du calcium, du phosphore, du fer ainsi que des bacosides A et B, composés chimiques qui améliorent la transmission des impulsions entre les cellules nerveuses ainsi que la synthèse protéique de l’hippocampe, la région du cerveau associée à la mémoire à long terme. Plusieurs études[1] montrent que les bacosides soutiennent les fonctions cognitives, facilitant du coup l’apprentissage et la mémorisation de nouvelles informations. Les bacosides A et B agissent également sur la transmission nerveuse. Ils possèdent des fonctions antioxydantes, plus particulièrement au niveau du cortex préfrontal et de l’hippocampe. La plante contient également de l’acétylcholine, neurotransmetteur qui intervient dans l’apprentissage et dans la mémorisation[2], de la sérotonine, de l’acide gamma-aminobutyrique (GABA) et des neurotransmetteurs qui favorisent la relaxation[3].

Feuilles et fleurs du Bacopa monnieri

Feuilles et fleurs du Bacopa monnieri

Plante herbacée rampante et semi-aquatique de la famille des Apiaceae, la Centella asiatica affectionne également les régions marécageuses. On la cultive en Inde, en Chine, en Indonésie et en Australie. La Centalle asiatica pousse en à peine trois mois. Elle contient de l’acide asiatique, de l’asiaticoside, des alcaloïdes, principes amers, et des saponines. Elle a également fait l’objet de nombreuses études montrant ses effets bénéfiques sur le ralentissement du vieillissement, la cicatrisation des blessures, les problèmes de peau ou encore les troubles veineux. Dans les forêts de l’Inde, les tigres ont l’habitude de se rouler dans les feuilles de Centella asiatica pour guérir leurs blessures.  La plante a été également utilisée au début du 20ème siècle pour cicatriser les manifestations de la lèpre, notamment à Madagascar. Elle est reconnue comme un régénérateur des cellules nerveuses et du cerveau, améliorant  la concentration et la mémoire de ceux qui la consomment. Elle a une action importante sur la synthèse du collagène et la réparation des tissus. De nombreux laboratoires de cosmétiques l’utilisent pour ses propriétés ‘anti-âge’ directement liées à ses deux principaux constituants : les saponosides (madécassoside, asiaticoside) et les triterpènes (acide asiatique, acide madécassique).

Centella Asiatica

Centella Asiatica

Tant la Bacopa monnieri que la Centella asiatica sont considérées comme des plantes ‘sattviques’. Elles influent directement la qualité de la conscience. Elles ont été utilisées de tous temps pour accompagner la pratique de la méditation car elles augmentent la clarté ainsi que le fonctionnement subtil du mental. Elles continuent utilisées dans certaines vallées de l’Himalaya par les yogis afin d’améliorer la qualité de leurs méditations et d’accélérer ainsi l’illumination. Leurs effets sur les fonctions cognitives sont documentés dans la Caraka Samhita. En plus de fortifier l’esprit, les deux plantes améliorent notamment la qualité du sous-dosha Sadhaka Pitta, étroitement lié à l’intelligence. A ce titre, elles sont souvent prescrites pour un large éventail de déséquilibres mentaux. Elles ont aussi des vertus en tant que tonique cardiaque. Le Bacopa monieri est préféré dans les cas d’aggravation du Vata dosha entrainant des désordres mentaux liés au stress et à l’épuisement alors que la Centella asiatica est préférée en cas de problèmes mentaux ou émotionnels impliquant à la fois Vata et Pitta. Leur impact sur le système nerveux se traduit par une tonification du tissu Majja Dhatu, accompagné d’une détente des tensions dans l’organisme. Leur action est à la fois apaisante et stimulante : la vigilance diurne et la capacité de concentration s’améliorent et réduisent le stress alors que la qualité du repos pendant le sommeil s’améliore aussi. Le Bacopa monieri réduit la tension musculaire et prévient la constipation causée par le stress alors que la Centella asiatica détend le système nerveux central et ralentit les effets de vieillissement.

Les Yogis de l’Himalaya utilisent Brahmi

Les Yogis de l’Himalaya utilisent Brahmi

 

Les deux plantes pacifient Vata, Pitta, et Kapha et rajeunissent le système nerveux. Leur action ne s’arrête pas là. Elles ont aussi une influence sur la lymphe, le sang, les voies urinaires ainsi que l’appareil circulatoire et l’appareil digestif. Leur mélange ouvre et clarifie l’esprit, renforce la mémoire et l’intelligence, aide à la concentration, favorise l’équilibre émotionnel, promeut l’énergie pendant la journée et le repos pendant le sommeil nocturne. Elles soutiennent aussi les cellules sanguines, la peau et les cheveux. La Centella asiatica est douce, amère, astringente. Légère et sèche, son effet post digestif est doux. Le Bacopa Monnieri est surtout amer. De nombreuses études scientifiques ont validé l’efficacité de ces deux plantes. Ainsi, une étude réalisée en 2002 et publiée dans la revue Neuro Psycho Pharmacology[4] a constaté que l’utilisation de du Bacopa monnieri pendant trois mois améliorait de façon positive la mémoire. Lors de cette étude en double aveugle, 76 sujets ont été testés sur la rétention de nouvelles informations.  Le groupe ayant reçu un placebo a oublié les informations plus rapidement que le groupe ayant pris du Bacopa monnieri. Ces effets sur les fonctions cognitives ont été également testés auprès de personnes âgées. Lors d’une étude en double aveugle à l’Institut de recherche Helfgott[5], 24 participants de 65 ans ou plus ont reçu une dose quotidienne de 300mg de Bacopa pendant 12 semaines et 24 n’ont reçu qu’un placebo. Alors que les deux groupes ne montraient aucun signe clinique de déclin cognitif lié à l’âge, celui à qui l’on a donné le Bacopa monnieri a montré une amélioration des scores à des tests de mémoire par rapport au groupe témoin ainsi qu’une élévation significative de l’humeur[6]. Il est également intéressant de noter que lors de cette étude, la fréquence cardiaque a diminué au fil du temps dans le groupe qui a pris du Bacopa monnieri, mais augmenté dans le groupe témoin. Ces études confirment que le Bacopa monnieri améliore les performances cognitives en toute sécurité et sans effets secondaires chez les personnes âgées en bonne santé.

La poudre peut être prise dans l'eau chaude

La poudre peut être prise dans l’eau chaude

 

L’utilisation de ces plantes est relativement simple. Brahmi peut être pris directement sous forme de poudre, de comprimé ou d’extrait liquide. La poudre est la plus économique. Elle peut être prise en infusion chaude ou froide dans de l’eau ou du lait, ou encore avec du ghee, ce qui facilite son absorption par le système nerveux. La dose normale se situe entre un quart et une demi-cuillère à café deux fois par jour. Les comprimés sont plus faciles à prendre, notamment en voyage. Ils sont préférables aux gélules car ils conservent le goût des plantes. Les extraits liquides de Brahmi sont encore plus faciles à assimiler. Autre avantage : leur durée de vie est longue. Signalons que l’Ayurvéda Maharishi propose un mélange sous le nom Herbonic[7], une boisson qui contient entre autre du Brahmi, de l’Ashwaganda ainsi que des amandes, ce qui en fait un tonique pour le physique et le mental facile à prendre, notamment par les enfants. Quant à l’huile de Brahmi, elle est faite avec l’une ou l’autre de ces plantes, parfois les deux. Les usages de l’huile sont multiples. Elle peut être appliquée sur une peau saine ou sur une blessure afin de favoriser une bonne cicatrisation. Elle sert aussi pour  masser le cuir chevelu afin de favoriser la croissance des cheveux. Appliquée sur la tête, elle favorise la profondeur de la méditation. Même si l’usage de ces deux plantes est sans danger, elles peuvent avoir de légers inconvénients en cas de surdosage. En trop grande quantité, le Bacopa monnieri assèche la bouche, attise la soif et engendre des nausées. A doses trop fortes, la Centella asiatica est légèrement narcotique. Elle peut causer des maux de tête, des étourdissements, des vertiges ou des irritations de la peau.

 

Jo Cohen

– Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander à vos amis en cliquant sur le logo de votre réseau social préféré (Facebook, Linkedin, Twitter, Google +).

– Vous pouvez aussi recommander l’ensemble du site à vos proches sur la page La Voie de l’Ayurvéda de Facebook afin de les faire bénéficier de cette précieuse connaissance. Je vous en remercie par avance.

– Vous pouvez laisser un commentaire.

– En vous inscrivant sur la liste La Voie de l’Ayurvéda, vous serez averti par email chaque fois qu’un nouvel article sera publié. En outre, vous recevrez en cadeau un livret de 40 pages expliquant les différentes étapes de la « Minicure Ayurvédique à domicile ».

 

 

 

 

[1]                              Singh HK, Dhawan BN. Neuropsychopharmacological effects of the Ayurvedic nootropic Bacopa monniera Linn. (Brahmi). Indian J Pharmacol 1997;29:S359–S365.

Singh HK, Rastogi RP, Srimal RC, Dhawan BN. Effect of bacosides A and B on avoidance responses in rats. Phytother Res 1988;2:70–5.

 

[2]                      Stough C, Lloyd J, Clarke J, et al. The chronic effects of an extract of Bacopa monniera (Brahmi) on cognitive function in healthy human subjects. Psychopharmacology 2001;156:481–4.

Bhattacharya SK, Kumar A, Ghosal S. Effect of Bacopa monniera on animal models of Alzheimer’s disease and perturbed central cholinergic markers of cognition in rats. In: Siva Sanka DV, ed. Molecular Aspects of Asian Medicine. New York: PJD Publications, 2000.

 

[3]                              Ganguly GK, Malhtora CL. Some neuropharmacological and behavioral effects of an activefraction from Herpestis monniera Linn (Brahmi). Indian J Physiol Pharmacol 1967;11:33–43.

[4]                              Roodenrys S, et al. Chronic effects of Brahmi (Bacopa monnieri) on human memory. Neuropsychopharmacology. 2002 Aug;27(2):279-81.

[5]                              Cet Institut fait partie du Collège national de médecine naturopathique de Portland, dans l’Oregon.

[6]                       Calabrese C, Gregory WL, Leo M, Kraemer D, Bone K, Oken B. Effects of a standardized Bacopa monnieri extract on cognitive performance, anxiety, and depression in the elderly: a randomized, double-blind, placebo-controlled trial. J Altern Complement Med. 2008 Jul;14(6):707-13.

[7]                              On en trouve facilement sur Internet.

16 réflexions au sujet de « Brahmi, le Rasayana qui développe la conscience »

  1. ludovic

    Bonjour Jo
    L’article est très intéressant. Toutefois quel est le dosage adéquate pour ceux qui prennent cette plante sous forme de gélule ou de comprimé ?
    Bon dimanche.

    Répondre
  2. lodier

    tres interessant merci de me dire ou se procurez le brahim afin d etre certaine de ca qualitee merci de votre reponse bien a vous elle doit etre interessante aussi en huile pour le shirodhara dans qu elle proportion bien a vous coleete

    Répondre
    1. Jo COHEN

      Bonjour Colette

      on trouve du Brahmi bio sur de nombreux sites Internet français.
      Faire un shirodhara avec de l’huile de Brahmi est une bonne idée…mais qui risque de coûter cher.
      Reste qu’il faut le faire en accord avec votre centre ayurvédique.
      Le shirodhara simple à l’huile de sésame donne de très bons résultats en termes de transcendance.
      A vous de voir…

      Cordialement

      Jo

      Répondre
  3. JACQUELINE

    Bonjour JO
    Merci pour cet article très intéressant sur le brahmi, je ne connaissais pas toutes ses propriétés
    je vais m’en procurer et en prendre quotidiennement
    il n’y a pas de risque d’en prendre sur une longue période ou faut il faire des arrêts entre les prises ?
    amicalement
    Jacqueline

    Répondre
    1. Jo COHEN

      Bonjour Jacqueline

      Brahmi a de nombreuses autres propriétés que j’ai occultées pour insister sur le complément à la méditation surtout.
      On peut le prendre régulièrement si les doses ne donnent aucun effet secondaire.

      Bon dimanche
      Jo

      Répondre
    1. Jo COHEN

      Bonjour Dayen

      Il n’en manque pas sur Internet, comme sur le site Ayurvana par exemple pour du bio.
      Il faut choisir entre huile, extrait, poudre ou comprimés selon son goût.
      La posologie est généralement indiquée sur le packaging.
      Cordialement
      Jo

      Répondre
    1. Jo COHEN

      Bonjour Claudine

      Les magasins indiens ne vendent que des marques populaires de qualité très moyenne.
      Vous trouverez sur Internet du Brahmi de qualité biologique.
      Allez sur site Ayurvana.fr par exemple
      Bonne journée
      Jo

      Répondre
  4. ANNE LIEGE

    Peux t’on espérer une amélioration des fonctions cognitives chez les malades alzheimer ou parkinsoniens avec le brahmi?

    Répondre
    1. Jo COHEN

      Bonjour Anne

      Tout dépend bien sûr de l’état de la personne atteinte d’Alzheimer.

      En théorie, il devrait y avoir des progrès avec le temps.

      Il est conseillé aussi de donner une cuillère à soupe par jour d’huile de coco biologique.

      Le mieux serait de faire accompagner la personne par un professionnel de l’Ayurvéda dans votre région.

      Cordialement
      Jo

      Répondre
  5. HASSID Michèle

    Bonjour Jo Cohen,

    Je vous remercie beaucoup pour vos articles qui nous font entrevoir la richesse de l’ayurveda et répondent à nos questions de nutrition et d’art de vivre, bien différemment de la science occidentale.
    Est-ce que le brahmi agit sur l’impulsivité, sinon quelle plante serait efficace?
    Je vous remercie d’avance pour votre réponse.
    Michèle.

    Répondre
  6. Ludovic

    Bonjour Jo,
    J’avoue être particulièrement intéressé par l’herbonic. Existe-t-il des contres indications ? Car sur les sites revendeurs, il est indiqué que ce produit est destiné principalement aux enfants, aux sportifs et aux personnes âgées.
    Cordialement,
    Ludovic.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *