Les vertus du miel issu de l’agriculture biovédique Maharishi

miel1

Depuis la nuit des temps, les vertus du  miel ont été louées aux quatre coins de la planète. La civilisation védique, qui en connaissait tous les bienfaits, le recommandait autant qu’aliment ‘satvique’ que remède à de nombreuses pathologies. Dans la Bible, le miel est mentionné à plusieurs reprises. La Terre Promise de Canaan y est désignée comme une « terre où ruissellent le lait et le miel ». Le Coran est encore plus explicite à ce sujet : « Le miel est un remède pour chaque maladie et le Coran est un remède pour toutes les maladies de l’esprit, … »[1]. Dans la Grèce antique, Hippocrate tenait également le miel en haute estime. « Le père de la médecine disait que l’usage du miel conduisait à la plus extrême vieillesse, et le prescrivait pour combattre la fièvre, les blessures, les ulcères et les plaies purulentes » rapporte le professeur Henri Joyeux dans son ouvrage ‘Les abeilles et le chirurgien’[2]. Au fil des siècles, l’Occident a également développé une connaissance approfondie de son usage thérapeutique[3]. Si l’on en juge par le nombre d’études scientifiques consacrées à son sujet[4], on constate que la médecine moderne n’est pas en reste, loin s’en faut. Elle s’intéresse aussi aux étonnantes propriétés cicatrisantes et antiseptiques de ce produit naturel. Seul hic à cet unanime concert d’éloges : le miel que nos anciens ont porté aux nues n’a peut-être plus rien à voir en termes de qualité avec le miel industriel vendu dans nos supermarchés. Voyons pourquoi ce point est loin d’être anodin.

Depuis plusieurs décennies, les colonies d’abeilles connaissent un peu partout dans le monde des taux de mortalité inédits. Sont pointés du doigt : les pesticides et les insecticides en usage dans l’agriculture moderne ainsi que les parasites. De nombreuses études dénoncent en effet la nocivité des néonicotinoïdes sur les abeilles mellifères, suspectés d’être un élément déterminant dans le déclin des abeilles domestiques, des insectes pollinisateurs et des oiseaux. La revue Nature publiait en avril dernier deux nouvelles études épinglant ces pesticides introduits sur le marché dans le milieu des années 90. De son côté, la Commission européenne estime que près de 10% des quelque 2.000 espèces sauvages d’abeilles européennes seraient elles aussi menacées d’extinction. Les parasites comme le varois ont bien sûr leur part de responsabilité dans cette hécatombe. Les apiculteurs jugent insuffisante la lutte contre l’envahissement du frelon asiatique et s’inquiètent aussi de l’arrivée sur le sol français du Cynips du châtaignier, autre parasite venu de Chine. Les OGM sont également sur la sellette. Partout où ils se développement, l’expérience montre que l’apiculture recule. Pas étonnant dans ces conditions que la France n’ait jamais produit aussi peu de miel ainsi que l’explique un récent article du Huffington Post. La production a été divisée par trois depuis 1995. Pourtant, la demande reste forte et le regain d’intérêt du public pour l’apiculture ne se dément pas. La quantité n’est pas le seul sujet d’inquiétude. La qualité du miel suscite elle aussi bien des interrogations. Une étude américaine du Food Safety News Group estime que plus des trois quarts des miels vendus dans les grandes surfaces américaines n’en sont pas vraiment car ils sont micro-filtrés afin d’en extraire le pollen et pasteurisés à haute température.

Produits de l'apiculture biovédique Maharishi

Produits de l’apiculture biovédique Maharishi

Texte fondateur de l’Ayurvéda, la Caraka Samhita insiste sur le bon usage du miel, car rien n’est plus dommageable pour la santé qu’une mauvaise utilisation de ce nectar, ce qui est le cas lorsqu’il est chauffé. Pasteurisé au-delà de 70° C afin d’éviter qu’il ne cristallise ou ne fermente, le miel de supermarché est totalement indigeste. Ce traitement en fait un produit littéralement mort. Une fois consommé, il produit un ama particulièrement toxique ainsi que l’ont montré de récentes études. Un miel chauffé produit de l’hydroxyméthylfurfural  (HMF), composé organique issu de la déshydratation de certains sucres. Les tests in vitro ainsi que des études sur des populations de rats montrent que le HMF est fortement toxique. Il est soupçonné de favoriser le cancer. Le HMF n’est pas le seul composé en cause. Chauffer du miel augmente aussi le taux de peroxydes, composés également dommageables pour la santé. Ces faits objectifs ne font qu’accréditer le point de vue de la Caraka Samhita qui invite tout un chacun à consommer du miel non chauffé. Si vous souhaitez en mettre dans votre tisane, pas de problème : attendez seulement qu’elle soit bien tiède avant de le faire[5]. En conséquence, ne cuisinez jamais avec du miel. Evitez en outre tous les produits du commerce à base de miel, notamment ceux à destination des enfants (céréales, pain d’épices, etc.).

Préférez les miels sombres

Préférez les miels sombres

Consommé correctement, le miel s’avère être un aliment exceptionnel. Hélas, par ignorance, trop de personnes en occident s’en détournent, le soupçonnant d’augmenter le taux de sucre dans le sang. Il est vrai que le miel contient du glucose, du fructose, du saccharose ainsi que quelques traces de dextrine qui le rendent plus digeste. La présence de dextrine permet au miel d’être directement absorbé par le sang. Les données scientifiques[6] relatives à la consommation de miel chez des patients souffrant d’hyperglycémie, de cholestérol ou de problèmes circulatoires montrent que le miel est bénéfique dans ces trois cas, à condition de ne manger qu’une cuillère à café par jour. C’est la dose conseillée dans le traité du Sushrut Samhita (Sutrasthanam XLV.56). Le fameux Chyawanprash, Rasayana connu pour équilibrer le taux de sucre dans le sang, en contient. Il aide les nutriments des 40 plantes de cette préparation à pénétrer plus profondément dans les cellules. Notez au passage que le miel est souvent recommandé par les médecins ayurvédiques comme adjuvant de certaines préparations. En tant qu’aliment, le miel combat la fatigue. Le glucose qu’il contient restaure l’oxygène que la fatigue transforme en acide lactique. Les toutes dernières recherches montrent que le pollen du miel contient 22 acides aminés, 28 minéraux, 11 enzymes, 14 acides gras et 11 hydrates de carbone. Malheureusement, la plupart de ces éléments nutritifs sont perdus quand il est chauffé. Si le miel est l’une des meilleures sources d’énergie, c’est parce qu’il pénètre directement dans la circulation sanguine en raison de sa teneur en dextrine. Cette énergie est donc quasi instantanée. Le miel est facilement digéré et assimilé. Il ne provoque pas de flatulences.

Un aliment sattvique

Un aliment sattvique

Afin de restaurer la qualité ultime du miel et rendre plus efficace son usage thérapeutique,  l’Ayurvéda Maharishi a développé un miel de très haute qualité dont les étonnantes propriétés ont déjà fait l’objet d’études extrêmement poussées. Vous allez-rétorquer, à juste titre, que l’on trouve du miel de qualité « bio » dans toutes les boutiques diététiques. Exact. Ces miels « bio » répondent à des cahiers des charges précis, mais par certains côtés insuffisants. Le contrôle de leur qualité est souvent confié à des organismes qui n’ont pas les moyens de le faire sérieusement, surtout dans certains pays producteurs de miels. On trouve plusieurs variétés de miels « bio ». Les plus courants et les moins chers sont les miels toutes fleurs. Viennent ensuite les miels mono-floraux (lavande, thym, etc.). Ils sont beaucoup plus chers car ils nécessitent plus de déplacement des ruches. On trouve enfin les miels de montagne, probablement les plus purs en termes de pollution, mais aussi les plus chers (pin, sapin, etc.). Une étude conduite à l’Université de l’Illinois à Urbanba (Champaign, Etats-Unis) en 1999 a montré que plus les miels étaient sombres, plus ils augmentaient le taux d’antioxydants dans le sang, ce qui en fait de meilleurs miels en termes de santé. L’apiculture biovédique Maharishi a décidé d’aller encore plus loin dans cette direction. Comment ? En définissant des conditions encore plus restrictives pour qu’un miel puisse mériter le qualificatif de biovédique. Ainsi, les abeilles butinant à moins de 2 km autour de leurs ruches, tous les terrains qui les entourent dans un rayon de 5 Km doivent être cultivés en biovédique (voir à ce sujet http://la-voie-de-l-ayurveda.com/lagriculture-biovdique-maharishi-explique-par-patrick-nicolas) ou en « bio » avec la certification la plus exigeante lorsqu’il y en a plusieurs. Autre condition importante : la cire utilisée dans les ruches doit être également de qualité « bio ». Pour cela, elle doit être testée afin de s’assurer qu’elle ne contient aucun résidu de médicaments donnés aux abeilles et aucun produit chimique d’origine agricole. Le miel lui-même doit être testé pour être certain qu’il ne contient plus aucun résidu de pesticide ou autre polluant. Le miel biovédique commercialisé sous la marque Maharishi Honey[7] répond à toutes ces exigences. Il provient d’abeilles sauvages qui butinent pendant les douze mois de l’année dans des forêts tropicales vierges riches en variétés de plantes à fleurs. La cire et le miel produits par les Maharishi Vedic Farms[8] sont envoyés dans un laboratoire spécialisé indépendant en Allemagne afin de valider qu’ils respectent ces strictes normes biologiques.

Le miel biovédique donne de meilleurs résultats que le manuka

Le miel biovédique donne de meilleurs résultats que le miel de manuka

Entre le miel de supermarché, le miel bio et le miel biovédique produit dans des fermes pratiquant l’agriculture biovédique Maharishi, les différences sont importantes. Plusieurs recherches scientifiques[9] montrent clairement la différence entre les effets du miel traité et ceux du miel bio. Le miel traité est le moins efficace pour inhiber la croissance bactérienne ainsi que la production de biofilm de ‘streptocoque mutans’, bactérie courante lié à la mauvaise santé bucco-dentaire et cardiovasculaire. Une étude réalisée en Hollande a montré que des bactéries multi-résistantes aux antibiotiques modernes, telles que l’Escherichia coli ou Staphylococcus aureus, étaient détruites par simple ajout de 10 à 20% de miel à leur milieu de culture. Le caractère antiseptique du miel résulte de deux types de protéines: les inhibines qui inhibent la prolifération des bactéries et les défensines qui renforcent l’immunité. D’autre part, son PH inhibe la croissance des bactéries. Entre un miel traité et un miel bio non traité, la proportion d’antioxydants favorables à la santé peut varier dans un rapport de plus de 1 à 20. La variété du miel compte aussi. Les miels les plus sombres contiennent plus d’antioxydants. C’est le cas du miel de sarrasin du Canada ou encore du miel de manuka[10] qui a fait l’objet de nombreuses études cliniques montrant qu’il permet de réduire sensiblement la durée de cicatrisation. Parmi les meilleurs miels vendus dans les magasins spécialisés, le miel de manuka est sans doute celui qui a le plus puissant pouvoir antibactérien.

Le miel de manuka

Le miel de manuka

C’est à ce miel de manuka que le miel biovédique Maharishi Honey a été comparé dans le cadre d’une recherche[11] conduite sur l’activité antibactérienne contre le Staphylocoque aureus IFO 12732 au Food Research Laboratory de la Tokyo Food Sanitation Association, un laboratoire spécialisé dans ce genre d’analyse. Avec une solution diluée vingt fois, le pouvoir antibactérien de deux miels biovédiques a été comparé à celui du miel bio de manuka. Après une heure, la solution à base du miel Maharishi Honey Madhu Taste 2 montre qu’il reste 120 bactéries. Celle à base de la variété Madhu Taste 3 montre qu’il ne reste que dix bactéries. La solution de miel de manuka en compte alors 1200. Après trois heures, les chiffres sont respectivement de 3, 3 et 92 bactéries. Après 24 heures, les trois solutions sont débarrassées de toute trace de bactérie. Le miel biovédique Maharishi Honey montre ainsi une activité antibactérienne beaucoup plus intense que celle du miel de manuka, un facteur décisif pour une guérison plus rapide en cas de maladie bactérienne. La composition du ce miel a été analysée à la Society for Goetheistic Reseach à Bonn. L’examen microscopique montre des structures fines et égales d’une qualité jamais observée jusque là dans ce laboratoire allemand. La composition de ce miel[12] montre qu’il contient plusieurs vitamines et minéraux[13], 21 acides aminés ainsi que plusieurs antioxydants[14]. Autant de qualités font du miel biovédique un véritable Rasayana pour améliorer la santé et augmenter la longévité.

Le miel doit être consommé froid

Le miel doit être consommé froid

Comment expliquer les résultats exceptionnels du miel biovédique Maharishi? Quatre facteurs semblent conjuguer leur effets en parfaite synergie. L’osmolarité élevée de ce miel tue les bactéries et les champignons en retirant l’eau de leurs cellules. Avec un pH de l’ordre de quatre, son acidité inhibe la croissance de la plupart des bactéries. Il produit en outre des quantités infimes de H2O2 sur une période de temps prolongée, une libération lente qui en fait une substance idéale pour le traitement des plaies. ​​Certains nectars contiennent en outre des substances qui augmentent le pouvoir antibactérien. Les flavonoïdes, substances bénéfiques produites par les plantes, sont également présentes. Elles contribuent aux propriétés antibactériennes uniques de ce miel. Ce ne sont là bien sûr que l’une des nombreuses propriétés du miel biovédique. Il est le résultat de la connaissance de la source de toutes les lois de la nature, notamment les douze qualités des rayons du soleil associées aux douze mois de l’année. L’Ayurvéda Maharishi relie ces douze qualités du soleil aux douze nerfs crâniens du cerveau qui contrôlent les cinq sens de la physiologie humaine, la vision, le goût, le toucher, l’odorat et l’ouïe. Les qualités nutritives spécifiques du Soleil durant ces différents mois de l’année influencent naturellement les mécanismes de production du miel par les abeilles, ce qui donne des qualités spécifiques selon le moment de la récolte. Ainsi, un miel biovédique produit sous l’influence du Soleil entre les mois d’août et de septembre nourrit le nerf optique, relié au sens de la vue. De même, le miel produit entre les mois de septembre et d’octobre nourrit le nerf facial relié au goût. Ainsi, chaque partie de la physiologie humaine peut bénéficier des qualités nutritives que le soleil imprime au miel biovédique.

Le miel biovédique a les vertus d'un Rasayana

Le miel biovédique a les vertus d’un Rasayana

Au plan thérapeutique, l’Ayurvéda Maharishi considère le miel comme une aubaine pour tous ceux dont la digestion faible car tous les organes de la physiologie réagissent alors favorablement lorsqu’ils en prennent. Le miel participe à la santé de l’estomac. Il le tonifie, contribue à une bonne digestion et prévient les maladies de l’estomac. Il diminue la surproduction d’acide chlorhydrique, empêchant des symptômes tels que nausées, vomissements et brûlures d’estomac. Si des matières putréfiées ou non digérées sont présentes dans le tube digestif, le miel agit alors comme un laxatif et un émétique qui va nettoyer le tube digestif de tels déchets. En fait, le miel est considéré comme un médicament pour tous les types de maladies. Il est recommandé par exemple en cas d’artériosclérose ou de cœur faible, notamment en cas de douleur cardiaque et palpitations. La prise le matin à jeun d’une cuillère à café de miel frais mélangé au jus d’un demi-citron dans de l’eau tiède est bénéfique pour traiter la constipation, l’hyperacidité ainsi que l’obésité sans perte d’énergie. Cette même préparation convient le soir au moment du coucher. Un peu de miel dans de l’eau tiède est un bon somnifère pour les enfants.

La récolte du miel

La récolte du miel

 

Le miel est favorable à la production d’hémoglobine grâce au fer, au cuivre et au manganèse qu’il contient. A ce titre, il est recommandé dans le traitement de l’anémie : il maintient le bon équilibre de l’hémoglobine et des globules rouges. La Caraka Samhita affirme que le miel est très bénéfique aussi pour la santé pulmonaire : si un pot de miel est tenu sous le nez d’un patient souffrant d’asthme, il commence à respirer plus facilement et plus profondément s’il inhale l’air qui entre en contact avec le miel. Cet effet, qui dure une à deux heures, est le résultat d’un mélange d’alcools et d’huiles essentielles qui peut être inhalé ou pris dans du lait ou de l’eau. Le miel qui a plus d’un an d’âge donne de meilleurs résultats encore contre les maladies respiratoires. En cas de toux irritante, le miel agit comme un agent émollient. Il apaise la muqueuse enflammée de l’appareil respiratoire supérieur et soulage la toux ainsi que les symptômes associés tels que la difficulté à avaler. C’est pourquoi il est utilisé dans divers mélanges ayurvédiques contre la toux. Les gargarismes au miel sont également utiles dans de tels cas. Son usage dans les maladies de peau est également documenté, notamment en cas de blessure[15], de brulure ou de furoncle.

La cire doit être biologique

La cire doit être biologique

Le rôle du miel dans l’insomnie se fonde sur son action hypnotique. Il suffit de deux cuillères à café de miel dans une grande tasse d’eau avant d’aller au lit. En cas de maladies bucco-dentaires, le miel est essentiel pour garder une bouche saine. Appliqué quotidiennement sur les dents et les gencives, il nettoie et donne de l’éclat aux dents. Il empêche le dépôt de tartre ainsi que la chute précoce des dents. Il empêche la croissance de micro-organismes nuisibles et maintient les gencives en bonne santé en augmentant leur vascularisation. En cas d’ulcère dans la cavité buccale, le miel contribue à une guérison rapide et empêche la formation de mauvaises odeurs liées à une infection ou à la formation de pus. Se gargariser avec de l’eau de miel s’avère très utile en cas de gingivite due à une inflammation des gencives. L’Ayurvéda Maharishi utilise aussi le miel pour diverses affections oculaires. Appliqué quotidiennement sur les yeux, il améliore la vue. Il est très utile aussi pour traiter les démangeaisons de l’œil, le trachome, la conjonctivite ainsi que d’autres maladies oculaires. Son application interne et externe régulière permettra d’éviter le glaucome, du moins à un stade initial.

Jo Cohen

 

– Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander à vos amis en cliquant sur le logo de votre réseau social préféré (Facebook, Linkedin, Twitter, Google +).

– Vous pouvez aussi recommander l’ensemble du site à vos proches sur la page La Voie de l’Ayurvéda de Facebook afin de les faire bénéficier de cette précieuse connaissance. Je vous en remercie par avance.

– Vous pouvez laisser un commentaire.

– En vous inscrivant sur la liste La Voie de l’Ayurvéda, vous serez averti par email chaque fois qu’un nouvel article sera publié. En outre, vous recevrez en cadeau un livret de 40 pages expliquant les différentes étapes de la « Minicure Ayurvédique à domicile ».

 

 

 

 

 

[1]                              Propos rapporté par l’Imam Bukhari.

[2]                      Les abeilles et le chirurgien’, Professeur Henri Joyeux, Éditions du Rocher.

[3]                              Je renvoie le lecteur intéressé à l’abondante littérature que l’on trouve à ce sujet en faisant une simple recherche sur Internet.

[4]                              Plus de 4000 études scientifiques ont été faites sur le miel.
[5]                              Entre 40 et 50°C maximum.

[6]                      Journal of Medicinal Food. 2013 Dec;16(12):1063-78. doi: 10.1089/jmf.2012.0285.

 

[7]                              Ce miel est vendu sur Internet sur le site http://www.maharishihoney.com/

[8]                              Ces fermes situées au cœur de forêts vierges non polluées appliquent toutes les technologies védiques restaurées par le sage indien Maharishi Mahesh Yogi.

[9]                      Applied Environmental  Microbiology 2012 Jan;78(2):536-40. doi: 10.1128/AEM.05538-11. Epub 2011 Oct 28. PMID: 22038612

[10]                             Issu d’un arbuste de Nouvelle Zélande, le miel de manuka dispose d’un large spectre d’action.

[11]                             Cette étude comparative a été effectuée le 16 septembre 2013 à la « Food Research Laboratory , Tokyo Food Sanitation Association » sous le n° 01911.
[12]                             Maharishi Honey a fait l’objet d’examens au W.E.J. Laboratory, Hamburg, Allemagne(test Report 268305C/120, 12.11.02), l’un des meilleurs laboratoires independents en matière d’analyses chemiques et biologiques. Il a été également testé à l’Institut für Honig-Analytik du Dr. C. Lullmann, Quality Services International GmbH à Bremen (Sample number 42952, 25 October 2002).

[13]                             B1, B2, B6, C1,Calcium, Cuivre, Chrome, Fer, Magnésium, Manganèse, Sélénium, Silice, Phosphore, Potassium, Sodium, Zinc

[14]                             Les propriétés antioxydantes du miel Maharishi Honey ont été analysées au Brunswick Labs de Warcham (Massachussets, USA).

[15]                             Le miel est utilisé actuellement dans plus de 20 centres hospitaliers français selon le Pr Henri Joyeux.

 

8 réflexions au sujet de « Les vertus du miel issu de l’agriculture biovédique Maharishi »

  1. Ludovic

    Bonjour Jo
    Ce miel à t-il était préparé d’une façon qui lui permet d’être consommer n’importe où et n’importe quand ? Ou bien vaut-il mieux le consommer seulement si on habite vedic-city ?
    Amicalement.

    Répondre
  2. JACQUELINE

    Bonjour JO
    très intéressant cet article sur le miel :
    j’ai plusieurs questions :
    comment appliquer le miel pour les yeux, améliorer la vue : faut il en mettre un peu dans l’oeil ? comment dois je faire ?
    l’ayurveda dit qu’il faut le consommer toujours froid ou le mettre dans une tisane tiède ? donc il ne faut pas le mettre par ex dans le thé que l’on vient de se préparer car il est bouillant ?
    mon mari mange du pain d’épices le matin pour déjeuner, dans l’article il est dit qu’il ne faut pas manger du pain d’épices car le miel est chauffé ?
    je te remercie d’avance pour tes réponses qui vont m’éclairer
    je suis très contente de te retrouver dans tes articles après les vacances
    amicalement
    Jacqueline

    Répondre
    1. Jo COHEN

      Bonjour Jacqueline

      Pour le miel et la vue, prendre du miel liquide et le laisser quelques minutes sur les yeux avant de dormir, sinon laver les yeux après à l’eau légèrement froide.
      Pas de miel dans du thé chaud, cela va de soi.
      Bannir le pain d’épice car le miel chauffé est un poison.

      J’espère que tu as passé de bonnes vacances.
      Cordialement
      Jo

      Répondre
      1. JACQUELINE

        Merci JO pour les réponses claires au sujet du miel
        j’ai passé de bonnes vacances et j’espère qu’il en est de même pour toi
        amicalement
        Jacqueline

        Répondre
  3. JACQUELINE

    JO
    je suis allée sur le site que tu dis : les pots de miel biovédique sont des pots de 50 grammes ?
    c’est bien cela, ce sont de petites contenances
    merci pour la réponse
    Jacqueline

    Répondre
      1. Jo COHEN

        C’est en effet une petite quantité, à prendre donc comme un rasayana, c’est à dire une petite cc par jour. On peut en consommer un peu plus sans risque de prendre du poids ou augmenter son taux de sucre dans le sang. Rester tout de même raisonnable. Jo

        Répondre
  4. Erik

    Bonjour JO et bon retour de vacances donc ….

    une question subsidiaire a laquelle tu réponds en partie dans l’article mais pour que ce soit vraiment clair (au moins pour moi – sourire -), ce miel (ou le miel bio de super qualité le cas échéant) ne faut pas grossir , même en en prenant régulièrement ?
    moi qu en prenait régulièrement , j’avais baissé ma consommation (une CS /jour environ) de peur justement d’avoir des soucis dans le temps , visiblement ce n’est pas le cas !

    merci encore et à trés bientot

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *