Ce que dit l’Ayurvéda Maharishi au sujet des varices

Le Vaidya Manohar

Le Vaidya Manohar

En plus d’être un problème d’esthétique, les varices constituent aussi un problème de santé publique, particulièrement en France. Ces dilatations permanentes de veines, qui affligent le plus souvent les membres inférieurs, ne touchent pas loin de 75% des français selon une estimation de la Haute Autorité de Santé. Pas étonnant que certains experts qualifient la France de « pays de variqueux » ! Qu’on en juge : les français consomment cinq fois plus de médicaments contre les varices que les autres pays de l’OCDE et plus que tous les pays d’Europe réunis. Pas loin de 18 millions de nos concitoyens ont recours à des soins médicaux ou chirurgicaux particulièrement coûteux pour la Sécurité Sociale. A eux seuls, les médecins prescrivent plus de 18 millions de préparations veinotoniques par an. La France représente à elle seule 70% du marché mondial des veinotoniques, cinq fois plus que l’Allemagne ou huit fois plus que l’Italie… Parallèlement, des cliniques se consacrent exclusivement au traitement chirurgical des varices, parfois au mépris de toute déontologie ! A titre indicatif, il se pratique chaque année plus de 300.000 actes chirurgicaux censés faire disparaître les veines déformées visibles sous la peau.  Des traitements par sclérothérapie ou laser sont également pratiqués. Précision importante : cette pathologie touche trois fois plus souvent les femmes. Une française sur deux est concernée contre un français sur dix.

Les symptômes de cette maladie chronique de la circulation vont des jambes lourdes et douloureuses jusqu’aux sensations de brûlures. Seul le phlébologue est habilité à effectuer un écho-doppler, examen censé faire un bilan précis de l’état veineux du patient. Au niveau de ses causes, la médecine estime qu’il s’agit d’une « maladie familiale, d’une maladie génétique et d’une maladie héréditaire ». Le mécanisme de cette maladie est mieux cerné. Chargées de ramener le sang chargé de CO2 jusqu’au cœur, les veines sont dotées de valvules qui empêchent le sang de refluer sous l’effet de la pesanteur. En cas de varices, c’est l’étanchéité des valvules des veines superficielles qui n’est plus assurée, d’où stagnation du sang et dilatation des veines. Ce mécanisme pathologique touche les deux veines superficielles principales, la grande et la petite saphène. La grande saphène va de la partie interne de la cheville au pli de l’aine alors que la petite saphène va de la partie externe de la cheville à la face postérieure du genou.

Une femme sur deux est concernée en France

Une femme sur deux est concernée en France

L’arsenal anti-varices de la médecine est très large, allant du bas de contention ou de la simple préparation veinotonique à l’ablation de la veine saphène par laser en passant par la chirurgie ou la sclérothérapie. Chaque solution a ses avantages et ses inconvénients. Ainsi, la sclérothérapie adresse n’importe quel type de varice. Elle consiste à injecter dans la varice un produit afin de rétracter et durcir la veine malade, ce qui la détruit. Quant à elle, la préparation veinotonique est proposée en cas d’’inflammation et de douleurs. La chirurgie  procède par stripping en retirant la veine malade, par cryogénie à l’aide d’une sonde qui « congèle » la varice ou encore par la méthode dite de Chiva. Cette dernière consiste simplement à aplatir la varice. Une autre technique consiste à procéder à la destruction de la veine saphène par rétractation sous l’effet de tirs laser après introduction d’une fibre optique dans la veine. Quelques mois après un tel traitement, la veine disparaît d’elle-même. Un résultat similaire est obtenu par la méthode dite des radiofréquences. Les parois de la veine sont brûlées à une température de120° Celsius par une sonde tous les sept centimètres, d’où rétractation et blocage de la circulation. Les médecins prodiguent en outre des conseils afin d’éviter ou de ne pas aggraver les varices. Ainsi, il est recommandé de ne pas porter des vêtements et des bottes trop serrés, d’éviter les talons trop hauts ou trop plats, les bains chauds, le sauna ou les expositions solaires. N’oublions pas que la chaleur est un facteur connu de dilatation. La station assise et debout prolongée sont également déconseillée. En revanche, l’activité physique régulière est fortement recommandée.

Une large panoplie de traitements

Une large panoplie de traitements

Que dit l’Ayurvéda Maharishi par rapport aux varices ? Elle dit simplement que cette pathologie peut être prévenue si l’on adresse ses véritables causes. Pour le Vaidya Manohar, expert en Ayurvéda Maharishi, il s’agit d’un trouble Vata, causé particulièrement par un déséquilibre du sous dosha Vyana Vata. Ce déséquilibre crée une pression accrue qui affecte les valvules et l’élasticité des veines. Nous savons que Vata gouverne tous les mouvements dans la physiologie, notamment le mouvement du sang dans les artères et dans les veines. Le sous dosha Vyana Vata régit spécifiquement le transport du sang riche en oxygène du cœur vers les cellules au travers des artères ainsi que la circulation du sang riche en CO2 des cellules du corps vers le cœur au travers les veines. Pour ramener le sang vers le cœur, les veines prennent appui sur les muscles environnants ainsi que sur le réseau des valvules. Lorsque Vyana Vata est déséquilibré, la sécheresse et le durcissement entraînent une perte d’élasticité des valvules et des veines. Résultat : la pression augmente et dilate la veine, les valvules ne fonctionnent plus correctement, rendant le travail des muscles pour acheminer le sang vers le cœur beaucoup plus difficile. Au lieu de couler d’une valvule à l’autre, le sang stagne dans les veines superficielles des jambes car elles ont moins de soutien musculaire que les veines profondes.

L'exercice physique favorise la circulation

L’exercice physique favorise la circulation

A ce mécanisme principal, l’Ayurvéda Maharishi estime que se greffe un mécanisme secondaire lié au déséquilibre du sous dosha Ranjaka Pitta relatif à l’accumulation de sang dans les veines. Ce déséquilibre peut favoriser l’apparition d’ulcères dans les veines variqueuses. Chaud et puissant, le dosha Pitta gouverne le fonctionnement hormonal et métabolique. Le sous dosha Ranjaka Pitta, qui réside dans le foie et la rate, gouverne la pureté du sang et sa composition ainsi que la distribution des nutriments aux différentes cellules et aux différents tissus (dhatus). En cas de déséquilibre, le sang perd de sa pureté en se chargeant de toxines digestives. Conclusion ? L’Ayurvéda Maharishi considère les varices comme le résultat d’une mauvaise circulation liée au déséquilibre de Vyana Vata et de complications secondaires résultant des impuretés du sang engendrées par le déséquilibre de Ranjaka Pitta. Bien entendu, toute pression excessive sur les jambes et sur l’abdomen risque d’aggraver les varices. C’est le cas de la station debout, des fluctuations hormonales de la grossesse et de la ménopause, de l’obésité, de la sédentarité, du fait de soulever des objets lourds, de la constipation chronique, de l’excès d’activité physique ou tout simplement du vieillissement.

Les postures inversées équilibrent Vyana Vata

Les postures inversées équilibrent Vyana Vata

Pour le Vaidya Manohar, il ne fait aucun doute que la cause première des varices est à rechercher du côté d’une mauvaise digestion. De nombreux facteurs – tels que le mode de vie, le stress émotionnel ou le choix de mauvais aliments par rapport à la constitution ou par rapport à la saison – peuvent engendrer un déséquilibre des deux sous doshas à l’origine des varices. Chaque fois qu’un dosha est déséquilibré, il va perturber la digestion et favoriser la production d’ama, cette substance toxique à la base de très nombreuses maladies. Pour les personnes susceptibles de souffrir de varices en raison d’antécédents familiaux ou de métiers spécifiques, l’Ayurvéda Maharishi recommande de suivre un régime alimentaire équilibrant Vata et Pitta. Ces personnes doivent être particulièrement vigilantes pendant la saison Vata afin de manger des aliments qui équilibrent la sécheresse et les mouvements irréguliers du dosha Vata.

L'alimentation est un facteur aggravant

L’alimentation est un facteur aggravant

Pendant la saison Vata, il convient de manger des aliments cuits, chauds et onctueux, en y ajoutant par exemple une petite quantité de ghee ou d’huile d’olive. Préférer les aliments doux, comme les céréales, le lassi et les fruits sucrés qui équilibrent Vata et Pitta. Consommer avec modération des aliments aux goûts amers et astringents (légumineuses, légumes) afin de pacifier Pitta. Pareil en ce qui concerne le sel. Les churnas et les tisanes Vata et Pitta en saison sont aussi d’une aide précieuse. L’un des signes le plus clair du déséquilibre Vata est la constipation. A cet effet, il est recommandé de manger suffisamment de fibres (au moins 30 grammes par jour). Éviter aussi les glucides raffinés et la viande rouge, connus pour constiper. En plus des céréales, des légumineuses, des fruits et des légumes, riches en fibres, certains aliments riches en vitamines comme les mûres ou les cerises aident à rétablir la santé des veines. Ainsi, la vitamine A est connue pour accélérer la cicatrisation des ulcères variqueux. On en trouve dans les carottes, les courges, la patate douce et les légumes-feuilles comme le chou. Pour sa part, la vitamine B aide au maintien des vaisseaux sanguins. On la trouve dans tous les fruits de saison, le lassi, les céréales, les lentilles, les légumineuses et les dhals. La vitamine C et les bioflavonoïdes favorisent la circulation, la guérison des plaies ainsi que la capacité des parois veineuses à résister aux dilatations. Il y en a dans tous les agrumes, le melon, le raisin, la grenade, le citron et le citron vert. Notons aussi que la rutine, un des bioflavonoïdes utilisés couramment pour traiter les varices, est présente dans les agrumes, les abricots, les myrtilles, les mûres et les cerises. La vitamine E contribue également à l’amélioration de la circulation. Elle réduit la sensibilité aux varices et soulage la douleur. On en trouve dans les amandes et l’huile d’amande. Le tofu et l’ail sont également conseillés car ils contiennent de la lécithine. Cette dernière contribue à émulsionner les graisses et améliorer la circulation. Enfin, le zinc aide aussi à la guérison en favorisant la formation de collagène. On en trouve dans les graines de courge et dans les fruits frais.

Le problème des varices touche un homme sur dix

Le problème des varices touche un homme sur dix

Le mode de vie intervient autant que l’alimentation dans la prévention et la guérison des varices selon le Vaidya Manohar. Le dosha Vata étant irrégulier, il est conseillé de respecter une routine régulière : planifier les repas à la même heure chaque jour afin de rendre le système digestif plus efficace et plus fort. Pour améliorer la circulation en toutes saisons, un massage quotidien avec des huiles ayurvédiques traitées pour les constitutions Vata ou Pitta aidera à maintenir l’élasticité de la peau[1].  Un tel massage aidera à équilibrer Vyana Vata, purifier les toxines et améliorer la digestion. L’exercice quotidien modéré est indispensable pour améliorer la circulation et réduire les varices. Des postures de yoga inversées telles que la chandelle ou la charrue sont particulièrement utiles pour rétablir une circulation normale du sang des jambes vers le cœur. La pratique de la méditation transcendantale permet de réduire le stress qui aggrave cette pathologie en perturbant la digestion. En plus de toutes ces recommandations, l’Ayurvéda Maharishi conseille de ne pas rester debout ou assis pendant de longues périodes. Si vous le devez pour des raisons professionnelles, prenez l’habitude de déplacer votre poids d’une jambe à l’autre toutes les cinq ou dix minutes. Si vous devez rester assis de longues périodes, il est conseillé de vous lever et de vous étirer ou de faire une courte marche toutes les demi-heures. Ne croisez pas vos jambes en position assise afin d’éviter toute accumulation de sang. Évitez les vêtements qui enserrent fortement votre tour de taille, l’aine ou les jambes.

La charrue est également conseillée

La charrue est également conseillée

Parmi les compléments alimentaires que recommande le Vaidya Manohar, figurent ‘Rejuvenation for Ladies’, son équivalent masculin ‘Rejuvenation for Men’ et ‘Flexcel’[2]. Les deux premiers sont des préparations à base de plantes qui améliorent la circulation et évitent l’accumulation d’impuretés dans les veines. Ils contiennent entre autre les plantes suivantes : Chebulic myrobalan, Myrobalan belleric et Amla, ingrédients de base du Maharishi Triphala, tonique digestif doux et nettoyant, Guggul, plante qui aide à réguler le niveau de cholestérol ainsi que le Curcuma, véritable Rasayana qui aide à détoxifier le foie, améliorer la digestion et soutenir l’immunité naturelle. Quant à Flexcel, c’est un complément alimentaire qui combine 22 plantes ayurvédiques afin de réduire l’inflammation et les ulcères. Il contient entre autre de l’encens indien, du Guggul, de l’Ashwagandha, du Shatavari, du corail et de l’oxyde de fer. Ces préparations sont données à titre indicatif car, en cas de varices visibles, le Vaidya Manohar recommande vivement de consulter un professionnel formé à l’Ayurvéda Maharishi qui conseillera un traitement personnalisé.

Jo Cohen

 

– Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander à vos amis en cliquant sur le logo de votre réseau social préféré (Facebook, Linkedin, Twitter, Google +).

– Vous pouvez aussi recommander l’ensemble du site à vos proches sur la page La Voie de l’Ayurvéda de Facebook afin de les faire bénéficier de cette précieuse connaissance. Je vous en remercie par avance.

– Vous pouvez laisser un commentaire.

– En vous inscrivant sur la liste La Voie de l’Ayurvéda, vous serez averti par email chaque fois qu’un nouvel article sera publié. En outre, vous recevrez en cadeau un livret de 40 pages expliquant les différentes étapes de la « Minicure Ayurvédique à domicile ».

 

 

[1]                               Consulter à ce sujet le site anglais maharishi.co.uk. Certains produits figurent au catalogue du site français http://vm-distribution-france.com/ayurveda-maharishi.

[2]                               Ces préparations spécifiques sont disponibles entre autre sur le site américain d’Amazon. Si vous consultez un professionnel de l’Ayurvéda Maharishi en Europe, il vous prescrira des préparations équivalentes adaptées à l’état de vos varices. Sachez en tous cas que le Maharishi Triphala et le Curcuma sont de bonnes préparations pour améliorer le terrain.

4 réflexions au sujet de « Ce que dit l’Ayurvéda Maharishi au sujet des varices »

  1. Ludovic

    Bonjour Jo
    Article intéressant, c’est fou comme le simple fait de suivre une routine quotidienne permet d’éviter bon nombre de maladie.
    Bon dimanche.

    Répondre
    1. Jo COHEN

      La routine est l’autoroute de la santé car elle nous reconnecte avec les cycles de la nature et permet aux mécanismes d’auto guérison de fonctionner efficacement.
      Jo

      Répondre
  2. JACQUELINE

    Bonjour JO
    un article très intéressant sur un problème qui touche effectivement plus les femmes que les hommes
    Nous avons souvent les jambes lourdes, gonflées en fin de journée
    C’est vrai que la routine quotidienne est efficace pour éviter des maladies ou symptômes et il faut bouger marcher faire du yoga et méditer : en fait des choses simples et pas trop difficiles à suivre

    J’ai souvent les chevilles enflées en cas de forte chaleur : il faut suivre tous les conseils que tu donnes dans cet article ?
    bonne journée
    Jacqueline

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *