S’hydrater correctement est une véritable thérapie selon l’Ayurvéda

 

S'hydrater correctement selon l'Ayurvéda

S’hydrater correctement selon l’Ayurvéda

Pour s’hydrater correctement, l’Ayurvéda considère à la fois la qualité de l’eau, sa température et la façon dont elle est bue. En occident, les recommandations du corps médical se limitent à conseiller de boire jusqu’à 2 litres d’eau par jour, nous  laissant le choix d’arbitrer entre l’eau « potable » qui coule de nos robinets, plus ou moins fortement javellisée, et les nombreuses eaux minérales dont la composition physico-chimique[1] figure sur la bouteille. Elle comptabilise toutes les boissons (thés, tisanes, etc.) ainsi que l’eau contenue dans les légumes. En revanche, aucune précision n’est donnée sur la façon dont ces boissons doivent être bues et encore moins sur leur température. Cela représente finalement assez peu d’exigences alors que la science nous apprend que le corps d’un adulte est constitué à 70% d’eau[2] !

Cette position n’est pas étrangère à  l’idée qui prédomine dans les milieux médicaux selon laquelle l’eau serait un simple agent passif chargé d’assurer le transport des substances diluées dans notre organisme. Pourtant, les travaux à l’Inserm du chercheur Jacques Beneveniste, confirmés récemment par ceux du professeur Luc Montagné -sommité mondiale à qui l’on doit la découverte du virus du SIDA – montrant que l’eau a une mémoire, notamment celle des émotions.

La qualité de l'eau est essentielle

La qualité de l’eau est essentielle

La relation entre liquide et émotions, reconnue par la tradition védique, commence seulement à être étudiée par la science. Le japonais Masuru Emoto, docteur en médecine alternative à  l’IHM General Research Institute au Japon, a fait un travail de pionnier dans ce domaine. Le chercheur a constaté que la géométrie des cristaux diffère selon les émotions exprimées à proximité de l’eau. Ainsi, de l’eau soumise à des émotions positives se comporte de façon différente d’une eau provenant du même échantillon, mais soumise à des émotions négatives : les cristaux de glace forment des figures géométriques régulières et harmonieuses dans le premier cas et des figures géométriques déstructurées dans le second. L’eau reflète ainsi les énergies positives ou négatives auxquelles elle a été soumise.

Rien ne remplace l'eau

Rien ne remplace l’eau

D’autres travaux dans le milieu médical montrent le rôle précis de l’eau dans le métabolisme. Ainsi, le Dr Fareydoon Batmanghelidj, praticien américain d’origine iranienne a montré que les boissons industrielles, thé, café ou même tisane ne peuvent hydrater convenablement le corps. Leur eau est évacuée directement par le système rénal sans transiter par le milieu cellulaire, d’où une déshydratation progressive des cellules obligées de gérer la pénurie et de rationner selon un programme prédéterminé. Protéines et enzymes transportées évoluent ainsi dans un milieu plus visqueux, d’où perte d’efficacité et sécrétion d’histamine réduisant le bien être. Si la carence en eau devient chronique, la maladie finit par s’installer : rhumatismes, allergies, stress, dépression, hypertension, cholestérol, etc. Le médecin américain a obtenu de nombreuses guérisons en prescrivant à ses patients de boire de l’eau !

 

Les fluides corporels subissent aussi les marées

Les fluides corporels subissent aussi les marées

Contrairement a une idée reçue, l’eau ne circule pas dans notre corps sous la simple loi de la gravité. Même si la plupart des scientifiques attribuent ce fait à une pure coïncidence, le phénomène des marées touche aussi notre physiologie. Les recherches les plus récentes montrent que les cycles du flux et du reflux de la lymphe, du sang et des fluides cérébro-spinaux sont directement influencés par la Lune. Ceci n’a rien d’étonnant puisque l’homme est constitué à 70% d’eau. Comme la Terre, l’homme réagit à l’influence de la Lune, ce qui crée ces étonnantes marées intérieures. Cette influence s’exerce au travers d’électrolytes qui conditionnent la répartition de l’eau dans l’organisme. Gouvernés par l’hypophyse et les glandes surrénales, ces électrolytes subissent de plus fortes variations à la nouvelle et à la pleine Lune.

La relation de l’eau et de la Lune ne s’arrête pas là. La présence d’eau sur la Lune fait depuis peu l’objet d’études scientifiques.  L’astronomie reconnaît en effet qu’elle contient de l’eau depuis que la sonde Lunar Prospector a détecté la présence de glace au fond de plusieurs cratères. Il ne s’agit pas d’une banquise, mais d’eau congelée, mélangée au régolithe qui recouvre le sol. Selon les scientifiques, l’eau en question proviendrait de la chute de météorites et de comètes tombées il y a quelques millions ou milliards d’années.

La Lune contient de l'eau

La Lune contient de l’eau

Ces différentes facettes de l’eau sont connues depuis la nuit des temps dans la tradition védique. Celle-ci affirme que la Lune influence l’eau et les milieux liquides et qu’elle peut guérir, une idée aussi ancienne que le monde. Le thermalisme, encore prisé en France, ou encore la pratique de l’immersion dans des eaux sacrées comme à Lourdes en témoignent. La tradition védique affirme que la Lune influence les éléments liquides, le mental, la mémoire et les émotions. C’est pourquoi la qualité de l’eau, et pas seulement au plan physico-chimique, est essentielle selon l’Ayurvéda. Si l’eau est indispensable à la vie, son degré de pureté et les éléments qu’elle contient, visibles ou non, sont essentiels. Les eaux disponibles au robinet ou dans le commerce ne répondant à aucun de ces critères subtils, chacun pourra exposer son eau de boisson à des influences positives selon ses croyances : mantras, clair de Lune, Soleil, musique harmonieuse, ragas du Gandharva Véda, prières, pyramides, etc.

Comment cette eau doit-elle être bue ? Le matin au réveil, il est recommandé de boire un ou deux grands verres d’eau à température ambiante. Cette pratique – appelée ushna apana cikitsa, littéralement l’eau qui soigne le bas du corps – recommande de boire de l’eau aussi pure que possible au réveil. La quantité d’eau à boire dépend bien entendu de la constitution. Les constitutions Kapha devraient boire moins, de même que ceux qui ont les reins fragiles. Les constitutions Vata et Pitta peuvent boire plus. A chacun de trouver la quantité qui lui convient. Dans tous les cas, il faut attendre au moins une heure avant d’absorber toute nourriture solide. Le mieux serait de manger seulement après avoir uriné l’eau absorbée. Cette pratique favorise le transit intestinal. Dans certaines familles indiennes, l’eau trempe toute la nuit dans un bol de cuivre où trempent un bijou en or, un en argent et un ou deux clous en fer. C’est une option possible pour ceux dont le sang manque de certains éléments.

L'eau représente 70 % du corps (image fullspike.com)

L’eau représente 70 % du corps (image fullspike.com)

Le reste de la journée, il est conseillé de boire de l’eau chaude par petites gorgées une heure après tout repas. Les constitutions Pitta doivent boire à température ambiante, surtout en été. Il faut boire selon sa soif, si possible en étant assis. Si votre organisme est correctement hydraté, votre urine doit être claire, de couleur paille. En outre, vous ne devez ressentir aucune sécheresse au niveau des lèvres, de la cavité buccale, des yeux ainsi que de la cavité nasale.

Jo Cohen

– Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander à vos amis en cliquant sur le logo de votre réseau social préféré (Facebook, Linkedin, Twitter, Google +).

– Vous pouvez aussi recommander l’ensemble du site à vos proches sur la page La Voie de l’Ayurvéda de Facebook afin de les faire bénéficier de cette précieuse connaissance. Je vous en remercie par avance.

– Vous pouvez laisser un commentaire.

– En vous inscrivant sur la liste La Voie de l’Ayurvéda, vous serez averti par email chaque fois qu’un nouvel article sera publié. En outre, vous recevrez en cadeau un livret expliquant comment conduire une Minicure Ayurvédique à domicile. 


[1] pH, résistivité et sels minéraux en mg/l. L’hydrologue Louis Claude Vincent, inventeur de la Bio-électronique Vincent, recommandait des eaux à pH légèrement inférieur à 7 et peu minéralisées.

[2] Le corps d’un bébé contient 85 % d’eau et celui du vieillard 60 %.

6 réflexions au sujet de « S’hydrater correctement est une véritable thérapie selon l’Ayurvéda »

  1. Thom

    Il est recommandé de boire de l’eau de bonne qualité, et l’eau du robinet n’est peut-être pas de bonne qualité.
    Je pense qu’il faut réfléchir de manière globale :
    je bois de l’eau du robinet, par souci d’économie, et aussi par respect pour la terre : je me refuse à acheter de l’eau en bouteilles plastiques en grande quantité, seulement de temps à autre.
    Réfléchit-t-on à toutes ces bouteilles plastiques dans les poubelles qui polluent notre Terre? Elles sont recyclées ? Allons donc ! le recyclage est aussi source de pollution comme la majeure partie des activités industrielles. Ma bonne santé doit être en harmonie avec celle de la terre, pas contre elle.
    cordialement

    Répondre
    1. Jo COHEN

      Bonjour Thom

      Tes remarques sont pertinentes. De l’eau en bouteille, souvent polluée (Dixit Que Choisir) ou de l’eau du robinet « purifiée » sept fois comme en région parisienne, c’est choisir entre la peste et le choléra. Il n’y a que des solutions individuelles. On peut imaginer un purificateur installé sur un robinet de la cuisine et ensuite cette eau peut être activée par de la musique de Mozart ou des chants védiques, chacun selon ses croyances.
      Allez, encore un verre et…santé!
      Jo

      Répondre
  2. terranova

    Bonjour,
    j’aurais une question, l’on ma dit qu’en Inde avec la méthode LAYURVEDA et potion le ronflement s’est arrêté.
    une personne que j’ai vu un jour et que je ne revoit plus malheureusement à essayé et sa à marche depuis, il ne ronfle plus.
    merci de me donner le nom de cette potion, si vous connaissez, bien entendu.
    Bien Cordialement.
    Patricia

    Répondre
    1. Jo COHEN

      Bonjour

      Je ne connais pas la préparation spécifique que vous évoquez.
      Le ronflement peut avoir de multiples causes. En Ayurvéda, on estime que le déséquilibre Kapha est l’une des causes les plus courantes. Il faut donc en premier lieu que la personne perde du poids pour que l’intensité du problème diminue. Consultez l’article écrit à ce sujet sur le blog. On peut accompagner cette perte de poids par la prise régulière de Maharishi Triphala, préparation qui va nettoyer la physiologie en douceur.
      Cordialement
      Jo

      Répondre
  3. Marie

    Bonjour,

    Votre article est très intéressant. Je souffre de déshydratation très rapidement si je ne bois pas 3 L d’eau minimum chaque jour. Ce qui implique maux de tête, vision troublée, fatigue… Savez vous d’où cela peut venir? Des analyses sanguines montrent que je n’ai pas de carences en minéraux ni de problèmes de diabète.

    Merci d’avance !

    Répondre
    1. Jo COHEN

      Bonjour Vanille

      Vous semblez souffrir d’un déséquilibre Vata Pitta manifeste au niveau de la tête.
      Consultez un spécialiste ayurvéda près de chez vous pour vous faire aider.

      Bonne journée
      Jo

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *