Les toxines et la  détoxification vues par l’Ayurvéda Maharishi

La "détox" est au cœur de l'Ayurvéda Maharishi

La « détox » est au cœur de l’Ayurvéda Maharishi

L’Ayurvéda Maharishi distingue principalement trois types de toxines dont il faut débarrasser la physiologie par des mécanismes appropriés de détoxification s’inscrivant dans une séquence correcte. La plus courante des toxines s’appelle ama, produit collant issu d’une digestion incomplète, ce qui arrive lorsque le feu digestif est faible ou encore lorsque l’estomac est trop plein. Si ama n’est pas éliminé rapidement, il finit par quitter le tube digestif et circuler dans d’autres parties du corps. A ce stade, ama peut aggraver les doshas et les sous-doshas, provoquant un déséquilibre dans telle ou telle zone du corps. Si la cause première n’est pas rapidement traitée, ama va continuer de s’accumuler dans une zone de la physiologie et se mélanger avec les sous-doshas, les tissus (dhatus)  ou encore les déchets comme l’urine par exemple (malas). Lorsqu’il se mélange avec ces parties de la physiologie, ama se transforme en amavisha, un produit considéré par les praticiens de l’Ayurvéda Maharishi comme le second type de toxine. Le troisième type de toxine regroupe toutes substances toxiques liées à l’environnement. Elles proviennent du monde extérieur. Ce sont les pesticides et les engrais chimiques que l’on trouve dans l’alimentation moderne, auxquels s’ajoutent une longue liste de conservateurs, d’additifs ou d’aliments génétiquement modifiés. Les aliments qui ont « tourné » et regorgent de bactéries nocives tombent aussi dans cette catégorie. Parmi d’autres substances toxiques de cette troisième catégorie, appelées garavisha, on trouve l’arsenic, le plomb, l’amiante, les produits chimiques contenus dans les détergents et les produits ménagers, les poisons, les polluants de l’air et de l’eau, les produits chimiques et synthétiques contenus dans les vêtements et enfin les drogues dites récréatives.

Un vaidya formé à l’Ayurvéda Maharishi sait s’il y a des toxines dans la physiologie de son patient grâce à la lecture du pouls. Si le pouls devient lent et léthargique, c’est le signe d’une présence en quantité importante de toxines dans le corps. C’est pourquoi l’Ayurvéda Maharishi recommande de faire un check-up avec un vaidya à chaque changement de saison, et ce afin de d’éliminer les toxines qui se sont accumulées depuis la saison précédente. Le vaidya peut déterminer le type de toxine accumulée ainsi que sa localisation dans le corps. Ce point est très important car la détoxification se fera en fonction du type de toxine et de sa localisation. En règle générale, toute sensation de lourdeur dans le corps – articulations raides, langue chargée au réveil, odeur corporelle désagréable, somnolence après le repas, esprit brumeux – est le signe  de la présence d’ama. Les problèmes de santé relevant d’une simple accumulation d’ama sont nombreux : diarrhée, constipation, douleurs articulaires, tristesse, apathie, faible immunité, rhumes fréquents, grippe, etc. Ces problèmes résultent du fait qu’ama obstrue les voies de circulation dans la physiologie. En effet, ama peut empêcher les nutriments de se diriger vers les cellules, les organes et le cerveau. Il peut également obstruer les canaux qui transportent les déchets des cellules et des tissus, entraînant une accumulation toxique.

Des programmes de détox

Des programmes de détox

Lorsqu’ama est installé dans une zone du corps depuis une longue période, il perturbe les sous-doshas de cette zone. Si la personne ne met pas un terme à l’origine de ce déséquilibre, ama se transforme en amavisha et provoque la maladie. Si ama s’installe par exemple dans la poitrine, le sous-dosha Shleshaka Kapha perturbé se mélange avec ama, provoquant un type d’amavisha appelé shleshma. La toxine Shleshma est épaisse et de couleur jaune. Si elle se dépose dans les poumons, ces derniers deviennent un terrain fertile pour une infection bronchique. Une fois shleshma installé dans le corps, les symptômes de la maladie se manifestent. Ils peuvent également se produire lorsque amavisha se mélange avec les dhatus (tissus de l’organisme). Les symptômes varient en fonction du dhatu en cause. Par exemple, lorsqu’amavisha se mélange avec le liquide nutritif  (Rasa Dhatu), des symptômes de diarrhée, de perte d’appétit ou un sentiment de « surchauffe » se manifestent. Lorsque amavisha se mélange avec le plasma sanguin (Rakta Dhatu), il crée différents types de maladies de peau, psoriasis, eczéma ou acné sévère. En théorie, amavisha peut mélanger avec les cinq autres tissus (dhatus) et les sept déchets (malas), ce qui crée des symptômes différents selon le tissu ou le déchet avec lequel il se mélange. Si cet état de déséquilibre n’est pas corrigé, amavisha peut provoquer avec le temps des maladies graves : dysfonction rénale, hyperactivité du foie, etc. Selon l’endroit du corps où il se loge, l’amavisha tendra à créer des effets au plan mental, émotionnel ou physique. Ainsi, une maladie cardiaque résulte du blocage de l’artère coronaire par amavisha. Alors que les symptômes causés par ama sont plus généraux, les symptômes causés par amavisha sont plus spécifiques et plus sévères. Tous deux peuvent engendrer des problèmes d’immunité, ce qui est aussi le cas avec garavisha.

Detox and loosing weight related concepts

Les signes de garavisha varient quant à eux en fonction du type de toxines logées dans le corps. Les symptômes possibles sont nombreux : manque de goût dans la bouche, étourdissements, éruptions cutanées, chaleur corporelle excessive, palpitations cardiaques, taches sombres sur la peau, fatigue et lourdeurs dans le corps, etc. Il est très difficile d’identifier la toxine spécifique à l’origine des symptômes constatés, car il y a des milliers de produits chimiques et de toxines environnementales auxquels une personne peut être exposée. On trouve souvent des niveaux élevés de mercure et de plomb. Dans ce cas, un vaidya formé à l’Ayurvéda Maharishi sera amené à prescrire un test sanguin afin de recommander un traitement sûr et naturel pour éliminer tout métal lourd de la physiologie. L’idéal serait bien sûr est d’éviter l’exposition à un maximum de toutes ces toxines environnementales.

La marche

La marche

Ainsi, vous pouvez tester votre eau de boisson pour savoir si elle contient des pesticides, des produits chimiques ou du plomb. On trouve des pesticides dans la plupart des eaux souterraines des zones agricoles et du plomb dans les vieilles conduites d’eau de bâtiments anciens. Vous pouvez installer dans votre cuisine un filtre par osmose inverse afin d’éliminer la plupart de ces toxines de l’eau de votre robinet. Vous pouvez aussi boire de l’eau de source en bouteille. Sachez que le chlore est couramment utilisé pour purifier l’eau potable alors que sa toxicité pour l’organisme, particulièrement la peau, est connue de longue date. Pour cela, vous pouvez équiper votre pomme de douche d’un purificateur à base de carbone, peu coûteux, ou investir carrément dans un filtre à charbon afin de purifier l’eau dans toute votre maison. Au sujet du mercure, nous savons qu’il se concentre dans les poissons et dans les plombages encore utilisés par les dentistes français. Si vous soupçonnez un niveau élevé de mercure dans votre corps, évitez de manger du poisson, et faites remplacer vos plombages métalliques par des plombages à base de céramique. Dans un même ordre d’idée, méfiez-vous aussi des aliments importés car on y trouve des niveaux élevés de DDT et de produits chimiques qui ne sont toujours pas interdits dans certains pays (Mexique, Amérique Latine, etc.). Consommez de préférence des aliments biologiques. Si vous devez parfois acheter des fruits et légumes non biologiques, laissez-les tremper une nuit dans de l’eau avec un peu d’argile. Mangez de préférence des aliments naturels plutôt que des aliments transformés. C’est un autre moyen d’éviter les toxines environnementales. Les aliments transformés, en conserve et emballés, contiennent des conservateurs, des additifs alimentaires, des colorants alimentaires ainsi que d’autres toxines. Vous pouvez éliminer de nombreuses toxines environnementales en utilisant des articles ménagers non toxiques biodégradables. Placez des plantes purificatrices dans votre maison : le Tulasi (basilic sacré), les plantes-araignées et le philodendron. Ces plantes sont connues pour absorber les toxines et purifier l’air. Assurez-vous aussi que votre lave-linge et sèche-linge sont correctement ventilés, et ce afin que les émanations toxiques ne soient pas recyclées dans votre maison. Pensez à un purificateur d’air intérieur si la pollution de l’air est un problème dans votre région. Rappelez-vous que les toxines environnementales affectent instantanément le Pitta dosha, ces précautions sont donc une priorité pour les personnes de constitution Pitta.

Le rôle clé du foie

Pour éviter l’accumulation d’ama, il faut changer toutes les habitudes alimentaires et le mode de vie qui perturbent la digestion. Si vous mangez des aliments trop lourds à digérer – cas des aliments frits, des fromages à pâte dure, des viandes, des restes, des aliments transformés et des desserts riches – ils vont surcharger votre digestion et créer de l’ama. Les aliments et les boissons froids – crème glacée, eau glacée et aliments sortis directement du réfrigérateur – sont également difficiles à digérer, car les températures froides éteignent le feu digestif. La quantité et le type de nourriture que vous pourrez facilement digérer dépendra de votre capacité digestive. Elle peut être faible, forte ou irrégulière en fonction de votre constitution et de vos déséquilibres. Si votre digestion est faible, si  vous mangez trop ou si votre nourriture est trop lourde pour votre feu digestif, vous allez produire de l’ama. Si votre feu digestif est puissant, vous pourrez manger plus sans produire d’ama. Si votre digestion est irrégulière, votre appétit fluctuant, vous devrez ajuster la quantité de nourriture que vous mangez ainsi que vos habitudes alimentaires en fonction de votre feu digestif. N’oubliez pas que la digestion fluctue également en fonction des saisons, vous devrez donc régler votre régime alimentaire et votre mode de vie en fonction des changements de temps,

Utiliser les épices

Utiliser les épices

Prendre soin de la digestion est donc vital. Rappelez-vous que la digestion peut également être affaiblie par de mauvaises habitudes. Exemples : ne pas manger à la même heure chaque jour, ne pas manger le repas principal à midi, sauter des repas ou manger entre les repas peuvent déséquilibrer la digestion. Une routine quotidienne irrégulière peut aussi perturber votre digestion et favoriser ama. Ama pourrait résulter d’un changement temporaire du régime alimentaire. Ainsi, si vous partez en vacances et mangez beaucoup, vous allez accumuler une petite quantité d’ama qui pourra être dissoute lorsque vous reprendrez votre routine normale. Si ce n’est pas le cas,  si vous continuez à manger de mauvais aliments et gardez une routine quotidienne irrégulière, ama va continuer à s’accumuler jusqu’au stade d’amavisha qui conduit aux maladies. Autre facteur à considérer, le stress -mental, émotionnel et physique- est une autre cause de digestion incomplète et de production d’ama. C’est pourquoi il est conseillé de ne pas manger lorsque vous êtes bouleversé. Avec le temps, ces mauvaises habitudes conduisent à la production d’amavisha.

Purifier l'eau

Purifier l’eau

En cas d’accumulation d’ama, il est possible d’éliminer ces toxines en renforçant le feu digestif, agni, grâce à un régime composé d’aliments complets fraîchement cuisinés, chauds, légers, faciles à digérer, adaptés à votre constitution et à la saison. Ce régime comporte des légumes biologiques frais, des fruits doux et juteux, des graines entières (quinoa, couscous, seigle, orge, amarante, millet et riz) et sans oublier des protéines telles que mung dhal, très digeste sous forme de soupe. Le lassi favorise aussi la digestion : mettre dans un mixeur une partie de yaourt maison fraîchement fabriqué et quatre parties d’eau avec du sel ou du miel selon votre goût.  Cette boisson contient des bactéries qui facilitent la digestion en nourrissant le microbiot intestinal. Les légumes verts à feuilles tels que les blettes ou le chou frisé sont particulièrement recommandés pour améliorer l’élimination. Les légumes et les graines doivent être cuits avec des épices adaptées à votre constitution et à la saison. On peut faire soi-même un mélange détoxifiant à base de curcuma, de coriandre et de fenouil. Le curcuma est une excellente épice pour débarrasser le corps d’ama, amavisha et garavisha, mais il doit toujours être pris en mélange avec d’autres épices. Évitez bien sûr tous les aliments qui favorisent ama et  boire quelques gorgées d’eau chaude tout au long de la journée. Vous pouvez y ajouter quelques rondelles de gingembre frais.

Purifier l'air

Purifier l’air

Le point le plus important est de prendre votre repas principal le midi, lorsque le soleil est au plus haut et le feu digestif à son maximum. Attendez que le repas précédent soit totalement  digéré avant de manger. Si vous mangez trop le soir, ou si mangez des aliments lourds, vous allez créer ama. La règle d’or est de manger léger le soir avant d’aller vous coucher. Il est également important de manger les trois repas à la même heure chaque jour. Votre corps s’habitue à une routine régulière. Résultat : les sucs digestifs sont alors produits à l’heure du repas. Si vous mangez à des heures différentes chaque jour, votre digestion sera perturbée. Allez dormir avant 22 heures sinon vous risquez d’avoir à nouveau faim vers minuit et aurez envie de manger, ce qui  créerait beaucoup d’ama. Se réveiller avant 6 heures est recommandé pour éviter aux canaux de votre corps de se boucher avec ama. L’exercice physique quotidien adapté à votre constitution va stimuler la digestion et aider à nettoyer le corps de toutes les toxines. Il est également important de gérer votre stress en pratiquant le programme de méditation transcendantale pour éliminer le stress mental, émotionnel et physique.

Purifier l'air

Purifier l’air

L’Ayurvéda Maharishi propose une large gamme de préparations à base de plantes, spécialement conçues pour la détoxification. Pour tous les types de toxines, le premier traitement consiste à améliorer l’élimination. Le Maharishi Triphala est la meilleure formule pour favoriser la régularité des selles. Selon les cas, prendre deux à cinq comprimés de Maharishi Triphala avant d’aller au lit aidera à la purification. Pour sa part, un produit comme Livomap  est efficace pour éliminer les toxines du foie, du sang et des glandes sudoripares. Rappelons que le foie est l’organe le plus important du point de vue de de la désintoxication. D’autres préparations prescrites par les professionnels de l’Ayurvéda Maharishi soutiennent l’élimination par les voies urinaires en équilibrant la lubrification (Shleshaka Kapha) et l’énergie vers le bas dans le corps (Apana Vata). Parmi les herbes les plus utilisées à cet effet, on trouve les pétales de rose, la racine de réglisse, de Turpeth ou encore le Guducci (Tinospora cordifolia) qui toutes favorisent l’élimination des toxines par la lubrification du tube digestif et le soutien du processus d’élimination par l’urine et les selles. Pour amavisha et garavisha, il faut s’adresser à un professionnel qui seul pourra prescrire un régime alimentaire et une routine adaptés à la localisation des toxines. Cette détoxification d’amavisha et de garavisha nécessite un grand soin car ce type de toxines est très réactif, ce qui risque d’enflammer les canaux ou les tissus. A titre indicatif, rappelons que les feuilles de coriandre sont un bon moyen pour amorcer la purification du mercure et d’autres toxines garavisha du corps. Le Panchakarma Maharishi Panchakarma est un programme de détoxification qui inclut des massages, des nettoyages internes et des bains de vapeur, très efficaces pour débarrasser simultanément le corps des trois types de toxines. Ce programme est effectué sous le contrôle d’un vaidya qui peut évaluer avec précision  si amavisha ou garavisha sont mélangés à un organe, un tissu ou un canal, combinaison qui peut devenir cancérigène ou être à l’origine d’une maladie chronique.

Le Panchakarma Maharishi

Le Panchakarma Maharishi

Ainsi que nous l’avons vu, ama peut résulter aussi d’un problème émotionnel associé à un déséquilibre du Pitta dosha, d’où des toxines de type ama ou amavisha reliées à Pitta. Les personnes avec un fort Pitta ont généralement un bon feu digestif (agni). Sous un puissant stress émotionnel, le dosha Pitta va rapidement se déséquilibrer, ce qui va créer une sorte d’ama réactif. Le stress mental crée plus d’ama, parce qu’il déséquilibre aussi Vata. La digestion devient alors inégale, renforçant la production d’ama. Les problèmes mentaux et émotionnels peuvent être causés par des toxines. Lorsque l’un des trois type de toxines – ama, amavisha, garavisha – obstrue les canaux de communication mentale, le cœur et l’esprit ne fonctionnent plus en coordination l’un avec l’autre. Cela crée des déséquilibres mentaux et émotionnels. Des toxines dans les canaux mentaux peuvent provoquer un manque de confiance, de la confusion mentale, de la colère, de la difficulté à prendre des décisions, un changement constant des décisions prises, du désespoir ainsi que des changements dans la personnalité.

Baies d'Amla du Maharishi Triphala

Baies d’Amla du Maharishi Triphala

Si vous ne suivez pas le régime alimentaire de la saison Vata, votre corps aura tendance à accumuler plus de toxines. Les canaux se boucheront, et, en raison des températures froides, ama et amavisha auront tendance à se coincer en «gelée» dans les parois des canaux. A la fin de l’hiver suivant, amavisha et ama commenceront à fondre, inondant les canaux de  toxines qui s’écouleront vers les sinus, les poumons ou les articulations – partout où il y aura un espace vide. Du coup, l’immunité diminuera, ouvrant la voie aux maladies.  Les toxines fondant naturellement au printemps, c’est la meilleure saison pour détoxifier car le corps est déjà en mode « élimination des toxines ». Avant de détoxifier au printemps, il est recommandé de prendre pendant quelques mois des préparations comme Detox, Maharishi Triphala et Livomap. Si vous projettez de faire un Panchakarma Maharishi, idéal à faire au printemps, ces préparations ne sont pas nécessaires car une pré-cure est prévue dans le Panchakarma Maharishi. Idem pour les toxines environnementales, le printemps est le meilleur moment pour les retirer de canaux, des organes et des tissus.

Le Panchakarma se fait au printemps

Le Panchakarma se fait au printemps de préférence

La détoxification commence par le nettoyage du foie qui envoie les toxines à éliminer dans le gros intestin. C’est pourquoi il est important de compléter tout nettoyage du foie par un nettoyage de l’intestin. L’Ayurvéda Maharishi ne recommande jamais de désintoxication partielle. Toutes les recommandations – y compris le régime alimentaire, le mode de vie, le Panchakarma Maharishi et les produits de désintoxication à base de plantes – s’inscrivent dans un programme en trois étapes : le renforcement de la digestion, le nettoyage du foie, et le nettoyage de l’intestin. Si l’une de ces étapes est oubliée, les toxines ne seront pas complètement éliminées, ce qui se traduira par de nouveaux déséquilibres. Se rappeler que la première étape consiste à renforcer la digestion. Un régime réduisant ama et des habitudes alimentaires spécifiques sont recommandés pour renforcer le feu digestif (agni) et empêcher ama, amavisha ou garavisha de se mélanger avec le liquide nutritif et le plasma sanguin. Lors de cette étape, le foie ne sera pas surchargé afin qu’il puisse remplir sa fonction de filtrage des toxines. La seconde étape consistera à nettoyer le foie, idéalement à chaque printemps.  La troisième étape sera un programme de désintoxication comportant le nettoyage du côlon. Si vous faites ce travail de désintoxication régulièrement, vous constaterez avec le temps que les toxines s’accumuleront moins dans votre corps et que vous pourrez ainsi profiter de plus d’énergie, de  clarté d’esprit, de plus de légèreté et de joie.

 

Jo Cohen

 

– Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander à vos amis en cliquant sur le logo de votre réseau social préféré (Facebook, Linkedin, Twitter, Google +).

– Vous pouvez aussi recommander l’ensemble du site à vos proches sur la page La Voie de l’Ayurvéda de Facebook afin de les faire bénéficier de cette précieuse connaissance. Je vous en remercie par avance.

– Vous pouvez laisser un commentaire.

– En vous inscrivant sur la liste La Voie de l’Ayurvéda, vous serez averti par email chaque fois qu’un nouvel article sera publié. En outre, vous recevrez en cadeau un livret de 40 pages expliquant les différentes étapes de la « Minicure Ayurvédique à domicile ».

 

 

 

 

 

 

 

12 réflexions au sujet de « Les toxines et la  détoxification vues par l’Ayurvéda Maharishi »

  1. Erik

    Tout est dit et encore une fois, (Triphala étant vraiment la base meme si je ne savais pas qu’il existait aussi en maharishi !), merci Jo !
    faites attention à votre foie…surtout pour ceux qui ont tendance à boire le « fameux » bon verre de rouge ….

    Répondre
    1. JACQUELINE

      Bonjour JO
      Merci pour cet article très intéressant, complet avec plein d’informations et conseils.

      Et souvent on ne se rend pas compte que ama peut vraiment affaiblir notre corps notre système immunitaire, et entrainer fatigue, lourdeur, stress, etc………….

      si on veut savoir d’où vient ama, il faut vraiment connaitre un praticien qui saura et qui donnera le bon traitement, et je ne saurais pas où m’adresser ?
      merci pour ta réponse JO
      amicalement
      Jacqueline

      Répondre
    1. Jo COHEN Auteur de l’article

      Bonsoir
      Vous pouvez vous adresser à Dominique Touillet au CRFM (coordonnées sur le Web).
      Le vaidya Adwait Tripathi passe deux fois en France chaque année.
      Prochain passage prévu en décembre
      Cordialement
      Jo

      Répondre
  2. chauviere

    merci jo,

    très beau commentaire ; oui tout est dit dans les manifestations physiques et psychiques , car personnellement je sorts d’un cancer de 12cm dans le rectum ;

    1ère chose : il faut être très fort psychologiquement

    pourriez vous m’indiquer un vaidya formé à l’ayurveda maharashi dans le sud ouest

    cordialement

    marcelle

    Répondre
    1. Jo COHEN Auteur de l’article

      Bonjour Marcelle

      Je n’en connais pas dans votre région.
      Ce que je vous conseille alors, serait de venir à Paris quand Adwait Tripathy sera là (il vient en juin et décembre) et de vous faire accompagner par un praticien de la région pour le reste.
      Vous en trouverez sur le site Ayurvéda en France
      Cordialement
      Jo

      Répondre
  3. Larcher

    Bonjour,

    J’ai lu et relu et partagé cet article avec des ami(e)s .
    Merci infiniment .
    Il est comme de nbreux autres d’une aide précieuse, sur le chemin de la guérison et d’une nouvelle conscience
    Pouvez=vous m’orienter vers des praticiens de l’AYURVEDA MAHARISHI , à Paris ?
    OU, avez-vous déjà les dates et lieux de la venue de Adwait Tripathy ?
    Vers quelles structures sérieuse, puis-je m’adresser, pour suivre des soins de Panchakarma au Kérala ? Car comme vous pouvez le savoir de nombreuses propositions sur le net….Je suis un peu perdue !
    Merci de votre réponse, et bonne journée.

    Répondre
    1. Jo COHEN Auteur de l’article

      Bonjour Doriane

      Merci de vos gentils mots.
      Adwait Tripathy passe à Paris au mois de décembre.
      Il organise des cures en Inde dans Himalaya.
      Si vous préférez le Kerala, allez dans les cliniques de la famille Moos (voir Internet).
      Cordialement
      Jo

      Répondre
  4. pujol michèle

    bonjour, je suis abasourdie par tout ce que je lis! C’est absolument super intéressant et passionnant, mais où trouver tous les produits dont vous parlez, notamment dans l’article sur la détox ??

    Si vous pouvez me renseigner, merci

    Répondre
    1. Jo COHEN Auteur de l’article

      Bonjour

      Pour l’essentiel, le Maharishi Triphala et le Livomap, on les trouve partout sur Internet. A vous de choisir le site qui convient en fonction des frais de livraison et de la quantité de produits que vous voulez acheter.

      Cordialement
      Jo

      Répondre
  5. pujol michèle

    bonjour! J’ai un problème au sujet du triphala.. J’en prends, en gélules , depuis 5 jours ( 4 par jour, en 2 fois )…..et je suis inquiète : RIEN NE SE PASSE!, au contraire.. je suis constipée , état que je ne connais pas habituellement, au contraire, dans ce domaine, je suis très régulière, depuis toujours, dès le matin, après le petit déjeuner.. Là, plus rien! En fait, j’ai pris le triphala parce que j’ai des problèmes estomac ( brûlures e remontées acides ), et je pense des soucis de foie.. je mange souvent dans la journée, beaucoup de sucres, et beaucoup n’importe quoi…tout cela, suite à arrêt tabac… ce que je voudrais vraiment savoir, c’est si je continue , ou pas , le triphala , qui , contrairement à ce que je croyais, n’a pas l’air de jouer son rôle de nettoyeur

    Merci, beaucoup pour votre réponse , il me semble que je vais finir par prendre laxatif, ce qui n’était pas dans mon intention

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *