La musique, un baume pour le cœur et la santé

La musique influe sur le coeur et la santé

Les résultats de recherches scientifiques présentées lors du dernier congrès de l’European Society of Cardiology qui s’est tenu à Amsterdam montrent que la musique améliore de manière significative le rétablissement de patients souffrant de maladies cardiaques. L’écoute d’une musique que les patients aiment à raison d’une demi-heure par jour suffit à libérer au niveau de leur cerveau les endorphines capables d’améliorer leurs fonctions endothéliales et par la même leur santé vasculaire. En clair : la musique renforce le cœur et améliore les conditions de rétablissement de patients souffrant de maladies cardiaques. Conduite par le professeur Delijanin Ilic de l’Institut de Cardiologie de l’Université de Nis (Serbie), cette recherche a porté pendant trois semaines sur trois groupes de 74 sujets. Le premier suivait uniquement un programme quotidien d’exercice. Le second avait en outre l’écoute pendant 30 minutes par jour de leur musique préférée. Le troisième n’avait que l’écoute d’une musique préférée. Le groupe qui n’a écouté que la musique a amélioré sa capacité cardiaque de 19%. Le groupe n’ayant eu que le programme d’exercice a amélioré sa capacité cardiaque de 29 %. Le groupe ayant pratiqué l’exercice et écouté la musique a amélioré ses résultats de 39 %. Le professeur Delijanin Ilic a précisé que d’autres études montraient que certains types de musiques étaient moins favorables à l’activité cardiaque car elles augmentaient le niveau de cortisol, signe de stress, bloquant ainsi la libération d’endorphines favorables. Autre précision de taille : la « bonne » musique a les mêmes effets bénéfiques sur l’activité cardiaque de personnes en bonne santé. Ce point de vue est partagé par l’Ayurvéda, et plus précisément l’Ayurvéda Maharishi.

Le pouvoir thérapeutique de la musique a été reconnu de tous temps et dans toutes les traditions du monde. Les Egyptiens considéraient la maladie comme un déséquilibre vibratoire que la musique pouvait corriger. Les Grecs enseignaient la musique en tant que matière médicale. Pythagore alla jusqu’à inventer des suites sonores afin de guérir les maladies du corps et de l’âme. Ce n’est que récemment que la recherche scientifique a montré que la musique pouvait réduire certains problèmes psychiques (dépression, autisme, schizophrénie) ou neurologiques (maladie de Parkinson). La revue Nature a publié en 1993 une étude montrant que le QI des enfants était amélioré par la simple écoute d’une sonate de Mozart.

Pour sa part, l’Ayurvéda Maharishi utilise tout morceau de musique du Gandharva Véda, appelé ragas (la racine sanscrite « ras » signifie humeur), comme une thérapie à part entière. La connaissance de cette musique issue directement de la nature a été préservée par la tradition orale au sein de familles indiennes où l’on devient musicien de père en fils. Les textes du Gandharva Veda, codifiés plus tardivement, sont qualifiés d’Upavéda, sorte de texte auxiliaire rattaché au Sama Véda, l’un des quatre grands textes des Védas avec le Rik Véda, le Yajur Véda et l’Atharva Véda.

Le Gandharva Véda a d'importants  effets sur la santé

Selon les cycles Vata, Pitta et Kapha de la journée, certaines notes et certains rythmes sont favorisés. Les ragas du matin dynamisent. Ceux de la fin de matinée apportent de la joie. Ceux de l’après-midi développent la créativité. Ceux du soir relaxent et apaisent. Cette notion d’une musique attachée à certains horaires de la journée n’est pas si choquante qu’il y parait à première vue. Imaginez-vous en train d’écouter les nocturnes de Chopin en plein soleil de midi. L’effet sera totalement différent que si vous les écoutiez dans le silence de la nuit. Quels que soient les goûts musicaux de celui qui les écoute, les ragas du Gandharva Véda ont une influence bénéfique sur sa conscience, son comportement, sa physiologie et son environnement. Les effets bénéfiques de cette musique neutralisent le stress, même en l’absence de toute personne pour l’écouter !

Plusieurs recherches ont été faites sur les effets spécifiques de la musique du Gandharva Véda montrant sa capacité à intégrer les fonctions du cerveau. Le potentiel électrique de l’activité du cerveau avant et pendant l’écoute ont été analysés pour les fréquences Alpha, Béta, Delta et Thêta. L’étude conduite par Rasmussen, Orme-Johnson et Wallace a montré un accroissement du potentiel dans les ondes Alpha, Béta et Thêta, synonymes de relaxation et de bien-être. L’écoute du Gandharva Véda mobilise le cortex auditif, le cortex frontal, le cortex cérébral et le cortex moteur. L’hypothalamus, qui gouverne les émotions, est également sollicité. Cette musique peut donc être utilisée à la fois pour réduire le stress et pour améliorer l’humeur et l’état émotionnel de celui qui l’écoute.

Effets du Gandharva Véda sur le cerveau

De manière générale, comment toute musique agit-elle ? Maharishi explique que chaque environnement est fait de vibrations qui entrent en résonance les unes avec les autres. Ainsi, en faisant vibrer les circuits neuronaux les plus complexes de notre cerveau, la musique influence notre état d’esprit, mais aussi notre rythme respiratoire, notre rythme cardiaque, nos fonctions motrices, etc.

Une autre recherche sur cette musique traditionnelle de l’Inde, conduite dans les années 60 par le Dr. Singh, chercheur à l’Université d’Annamalai (Inde), a montré que ces ragas avaient des effets très positifs à toutes les étapes du développement de plantes ou de légumes : les moissons étaient plus abondantes de 25 à 60 %. Son étude a montré en outre que la musique occidentale avait des effets variables selon le type de musique. Le rock a des effets néfastes sur le développement des plantes, résultat confirmé par l’étude du professeur Tomkins sur le maïs, les courgettes et les soucis. Le rock a provoqué dans un premier temps une croissance démesurée de plantes avec des feuilles excessivement petites. Un arrêt de leur croissance a été constaté dans un second temps. Les fleurs de soucis étaient mortes sous l’effet du rock…alors que des soucis bercés aux harmonies de Mozart fleurissaient tout à fait normalement à quelques mètres dans une autre parcelle. Dans une autre étude, il est apparu que le rock perturbait sérieusement le fonctionnement neurologique des souris qui y étaient soumises.

Des effets positifs sur la santé et les émotions

La musique adoucit les mœurs dit le dicton. On devrait ajouter qu’elle renforce le cœur et protège la santé. Une étude plus spécifique sur les effets du Gandharva Véda sur le système cardiovasculaire a été conduite par deux chercheurs indiens, Sanjoy Bandopadhyay et D.K.Bhattacharya. Leur constat : les ragas à base de sitar améliorent nettement l’ECG (électrocardiogramme), un résultat concordant avec celui de l’étude citée au début de cet article. Moralité ? Maestro, m….

Jo Cohen

Crédits photos : photo de Une par ‘najbo’, Photo du sitariste par ‘attack the darkness’

PS : Vous trouverez sur Youtube et DailyMotion plusieurs ragas issus de la tradition du Gandharva Véda.

3 réflexions au sujet de « La musique, un baume pour le cœur et la santé »

  1. Ludovic

    Bonjour Jo
    Si il n’y à personne pour écouter les sons védiques comment peut-on savoir que cette musique diminue le stress ?
    Amitiés.

    Répondre
    1. Jo COHEN Auteur de l’article

      Bonjour Ludovic
      La tradition védique explique que les sons védiques diminuent le stress qui s’accumule dans l’environnement à cause du stress généré par les êtres humains.
      Pour la musique du Gandharva Véda, elle est composée de sons de la nature, et renforce donc l’harmonie du lieu en fonction du cycle de la journée.
      Amitiés
      Jo

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *