C’est désormais prouvé, la pleine Lune perturbe le sommeil !

L'Ayurvéda reconnait que la pleine Lune influe sur le sommeil

Longtemps du domaine des croyances populaires, les perturbations de la pleine Lune sur notre sommeil ont fait pour la première fois l’objet d’une étude scientifique objective. Ce sont deux chercheurs suisses, spécialistes de chronobiologie à l’Université de Bâle, qui ont récemment apporté les premières preuves irréfutables des effets de la pleine lune sur le sommeil des humains, effets reconnus depuis la nuit des temps par l’Ayurvéda.

Les études disponibles jusque là se fondaient sur l’analyse de questionnaires remplis par des personnes ressentant les effets de la pleine Lune. Après une nuit de pleine Lune, beaucoup d’entre nous baillent, ont les yeux cernés ou sont de mauvaise humeur. Malgré leur intérêt, ces études étaient jugées « trop subjectives » pour être prises au sérieux par les milieux scientifiques. Ce ne sera plus le cas avec la méthodologie employée par les deux chercheurs suisses.

Dans un article paru dans la revue scientifique Current Biology, ils ont montré que, les nuits de pleine Lune, notre sommeil profond diminuait de 30 % ! Les sujets de l’étude n’étaient pas au courant de son but réel afin d’éviter toute influence subjective. En fait, les chercheurs ont simplement analysé les données polygraphiques de 33 sujets acquises des années auparavant lors d’une autre étude…mais en y ajoutant la phase dans laquelle se trouvait la Lune au moment de leur enregistrement.

Les résultats ? Ils sont nombreux. Les quatre jours qui précèdent ou suivent la pleine lune, la durée totale de la période de sommeil est écourtée de 20 minutes. La phase d’endormissement s’allonge de 5 minutes. La phase de sommeil profond est également réduite de 30 % en moyenne. Caractérisée par des ondes cérébrales lentes, cette phase est essentielle pour la santé de l’organisme. Elle influe entre autre sur la régénération cellulaire, la sécrétion hormonale, la sécrétion de l’hormone de croissance ou encore le processus de mémorisation. L’étude a montré également que le taux de mélatonine avait baissé pendant la pleine lune. Cette hormone est bien connue pour régulariser le sommeil.

Difficile de passer à côté de tant de preuves objectives. Le cycle lunaire influe bien sur le sommeil, un fait que les chercheurs tentent d’expliquer par l’existence d’une horloge interne «circalunaire», responsable des activités biologiques diurnes et nocturnes.

L’Ayurvéda va bien plus loin puisqu’elle considère non seulement que la lune influe sur notre sommeil, mais que, d’une manière générale, les planètes de notre galaxie, à commencer par le soleil, influencent directement notre santé. Ceux d’entre vous qui ont vu le film réalisé par Arte dans les années 90 et intitulé « Ayurvéda » savent que la cause ultime des maladies se trouve dans l’Astrologie Védique[1], également connue sous le nom de Jyotish (lumière en sanscrit). Toutes deux issues du Véda, ces connaissances complémentaires marchent pour ainsi dire main dans la main. Leur fondement commun est que l’individu est cosmique. C’est la révélation ultime du Véda mise en lumière par le sage indien Maharishi Mahesh Yogi. Elle indique qu’il existe une relation étroite entre l’individu et l’univers.

La physiologie est l'expression du Véda

L’expression concrète de cette relation – découverte majeure du Dr Tony Nader (lire à ce sujet l’article Source de l’Ayurvéda, le Véda, c’est quoi au juste ? http://la-voie-de-l-ayurveda.com/source-de-layurveda-le-veda-cest-quoi-au-juste/) sous l’impulsion de Maharishi Mahesh Yogi – est qu’il existe une relation étroite entre les planètes, les signes, les constellations lunaires et les maisons qui fondent l’Astrologie Védique et le cerveau. Celui-ci est une réplique exacte de l’univers. Les neuf planètes prises en compte par l’astrologie védique gouvernent un ensemble d’attributs correspondant à des fonctions localisées dans une zone précise du cerveau. Elles correspondent précisément aux neuf ganglions de la base du cerveau humain.

COUPE FRONTALE DU CERVEAU MONTRANT LE LIEN AVEC LES NEUF PLANETES
Le thalamus correspond au Soleil (1), l’hypothalamus à la Lune (2), le noyau rouge et l’amygdale à Mars (3), le noyau sub-thalamique à Mercure (4), le globus pallidus à Jupiter (5), la substance noire à Vénus (6), le putamen à Saturne (7), la tête du noyau caudé au nœud lunaire nord appelé Rahu (8) et enfin la queue du noyau caudé au nœud lunaire sud appelé Ketu (9).

Les neuf ganglions de la base correspondent aux neuf planètes

Pour en revenir à Lune, on notera que l’Astrologie Védique considère qu’elle gouverne, en plus de l’activité mentale, le système hormonal, les émotions, les fluides corporels ainsi que le sommeil et les rêves. Une lune faible ou affligée dans le thème natal d’une personne favorisera à coup sûr des désordres au niveau hormonal et émotionnel et perturbera le sommeil. Les différentes fonctions physiologiques gouvernées par la lune sont toutes contrôlées par l’hypothalamus.

Surya Soleil Organisation, coordination Thalamus
Chandra Lune Emotions, sentiments Hypothalamus
Mangala Mars Courage Noyau rouge, amygdale
Budha Mercure Discrimination, intelligence Sub-thalamus
Guru Jupiter Foi, croyances, valeurs Globus pallidus
Shukra Vénus Amour, séduction, attraction Substance noire
Shani Saturne Concentration, souffrances Putamen
Rahu Nœud lunaire nord Irritabilité Tête du noyau caudé
Ketu Nœud lunaire sud Détachement Queue du noyau caudé
(Source : Dr. Herbert Johag, à partir des travaux du Dr. Tony Nader)
Ce tableau regroupe pour chaque planète son nom sanscrit, ses principaux attributs et la partie du cerveau qui lui correspond au plan fonctionnel.

 

Jo Cohen


[1] Vous trouverez la séquence du film consacrée à ce point sur YouTube.

Photos :

Pleine lune en une : André Garant

Coupe du cerveau extraite du livre du Dr. Tony Nader

2 réflexions au sujet de « C’est désormais prouvé, la pleine Lune perturbe le sommeil ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *