Comment aborder l’alimentation selon l’Ayurvéda

 

L’alimentation est l’un des trois piliers de l’Ayurvéda. Le nombre de règles qu’il est recommandé de respecter pour bien manger est si important que bien des occidentaux jettent l’éponge. Pour éviter cet obstacle bien compréhensible, il est bon de garder à l’esprit ce qui est le plus important. En Ayurvéda, il n’y a pas d’interdit au sens strict du terme. Si vous avez envie de manger quoi que soit que vous pensez interdit, mangez en sans vous culpabiliser, mais en petite quantité, juste assez pour satisfaire ce désir. Mieux vaut le stress de braver une règle que le stress de vous priver, au risque d’attiser ce désir jusqu’à l’obsession. Voilà un principe qui vous libère peut être d’un poids. Il montre que malgré d’innombrables règles, l’Ayurvéda reste flexible. Avec le temps, vous vous libèrerez facilement de vos attachements à certaines nourritures ou boissons. Rappelez vous que Rome ne s’est pas faite en un jour !

Autre point crucial, le cadre dans lequel vous mangez est tout aussi important que ce que vous mangez. En clair, mieux vaut manger son repas, quel qu’il soit, dans un lieu calme et apaisé que de manger des mets respectant toutes les règles ayurvédiques dans un lieu bruyant, enfumé ou mal fréquenté. Plus généralement, bien manger selon l’Ayurveda, c’est manger de la nourriture adaptée à votre constitution, dans les bonnes proportions, au bon moment, au bon endroit, en bonne compagnie et dans un bon état d’esprit. Evitez de manger debout, sur un coin de votre bureau, devant la télévision. Idem si vous êtes triste ou énervé.

Par-dessus tout, ne mangez que si vous avez vraiment la sensation de faim. Sinon, sautez un repas ou contentez vous de manger un fruit en attendant que cette sensation revienne au repas suivant. Trop de gens passent à table parce que c’est l’heure, se disant peut être que l’appétit viendra en mangeant. Ce conditionnement – car c’est bien de cela qu’il s’agit- crée au niveau de la digestion le même état que lorsque vous versez dans une casserole d’un riz en cours de cuisson du riz pas encore cuit. Résultat : votre riz ne sera jamais correctement cuit. Imaginez la même situation au niveau de votre tube digestif : le métabolisme est totalement perturbé… si bien que la digestion produit une grande quantité d’ama, source de déséquilibres et de maladies futures. Nous aurons l’occasion de revenir plus en détail sur ce mécanisme. Afin de laisser à la sensation de faim le temps de se manifester au repas suivant, il est conseillé de laisser trois bonnes heures entre votre dîner et votre coucher. Le dîner doit rester léger. Selon l’Ayurvéda, le repas le plus important est celui de midi, au cœur du cycle de Pitta. Au matin, ne prenez votre petit déjeuner que si vous avez vraiment faim, sinon contentez vous d’un fruit, cela vous aidera arriver au repas de midi avec une vraie sensation de faim. Afin que chacun comprenne bien le sens de cette notion subjective, la faim est là lorsque vous êtes prêt à vous contenter d’un quignon de pain.

L’importance relative de chacun des repas commence à être reconnu par la science moderne. Une étude parue dans l’International Journal of Obesity reconnaît que manger le repas principal le soir fait grossir alors que si ce repas principal est pris avant 14 heures, il y a perte de poids. Dans beaucoup de cultures traditionnelles, le dîner consiste souvent en une simple soupe. L’étude en question a porté sur 450 hommes et femmes obèses âgés en moyenne de 42 ans. Ils ont été suivis pendant cinq mois. La moitié du groupe a pris 40% de la ration quotidienne de calories avant 14 heures, l’autre en début de soirée. Pour le reste, les deux groupes dormaient et faisaient de l’exercice dans les mêmes conditions. Après cinq mois de ce régime, le premier groupe a perdu une moyenne de 11kg alors que le second n’a perdu qu’une moyenne de 8,5kg. Selon le Dr Frank Scheer de la Harvard Medical School, qui a collaboré à cette étude, étant donné que le fait de prendre son repas influe sur différentes horloges internes, dîner tard perturbe ces horloges qui existent dans chaque cellule et qui régularisent le métabolisme et la gestion du poids. Il est intéressant de noter que le groupe qui dinait tard le soir avait tendance à sauter le petit déjeuner et ingérer les calories manquantes au cours des autres repas.

Selon l’Ayurvéda, le petit déjeuner doit être suffisamment consistant pour éviter toute fringale avant le déjeuner, lequel doit rester le repas principal de la journée. Quand déjeuner ? : l’Ayurvéda recommande de prendre son repas principal de préférence au cœur des heures Pitta de midi, à condition toutefois que la faim se fasse sentir, celle-ci restant le critère prioritaire. Avec le temps, lorsque les doshas reviendront à l’équilibre, vous aurez faim aux bonnes heures, le feu digestif étant alors en synchronie avec les cycles de la nature. Le feu digestif est à son maximum lorsque le soleil est au milieu du ciel. En été, il est plus faible, ce qui diminue l’appétit, alors qu’il est plus fort au cœur de l’hiver.

Avant de manger, lavez vous les mains et les avant-bras à l’eau froide. Respirer profondément. Soyez conscient de tout ce que vous faites en impliquant tous les sens. Ressentez la bonne odeur du repas. Regardez les couleurs de ce que vous mangez. Touchez les aliments de vos doigts. Soyez assis confortablement assis, tel un roi. Mâchez bien et en prenant votre temps à chaque bouchée. Attendez une bonne dizaine de secondes avant de rendre la prochaine. Prenez quelques gorgées d’eau chaude afin de ramollir la nourriture. Attention à ne pas trop boire. Ressentez pleinement le plaisir de manger. Vous devez rester léger. Si vous êtes léger après le repas et si vous avez bien mâché, vous devez ressentir de la joie.. C’est le critère fondamental à rechercher. Si vous avez trop mangé, vous aurez tendance à vous sentir lourd. La joie vient de la légèreté. Au début, aidez vous de cette règle sans la prendre au pied de la lettre : arrêtez vous de manger lorsque votre estomac est aux trois quarts plein.

Juste après le repas, si les conditions le permettent, allongez-vous sur le côté gauche dix à quinze minutes, histoire de bien commencer la digestion. Sinon, restez assis confortablement dix à quinze minutes.

Une heure après le repas, buvez quelques gorgées d’eau chaude si vous avez soif. Restez à l’écoute des signaux de soif de votre corps et surtout, ne vous forcez pas à « boire jusqu’à deux litres d’eau par jour » parce que la presse relaie le matraquage du lobby de l’industrie agro-alimentaire. Le Vata doit boire suffisamment pour ne pas s’assécher. Le Pitta doit boire plus en été. Le Kapha doit boire peu afin de ne pas déséquilibrer son dosha.

 

Jo Cohen

 

 

Photos : Meal Royalty Free Stock Photography

3 réflexions au sujet de « Comment aborder l’alimentation selon l’Ayurvéda »

  1. Maud

    Merci, pour ces précieuses informations et explications ! Faisant de plus en plus attention a l’alimentation et cherchant des réponses adaptées dans le cadre de « compléments » thérapeutiques, je trouve les réponses de l’Ayurveda très intéressantes et plus qu’éprouvees depuis ses origines!

    Répondre
    1. Jo COHEN Auteur de l’article

      Bonjour Maud

      Merci pour votre témoignage.
      Le but de ce blog est de montrer que l’Ayurvéda est plus qu’une simple médecine à base de plantes et de massages, mais une approche de la vie incluant la prévention grâce à une connaissance complète des lois de la nature.
      Bonne journée à vous
      Jo

      Répondre
  2. VALERIE PERRRONNEAU

    On nous dit tellement tout et son contraire. Ce qui est intéressant dans votre résumé de cette approche ayurvédique, c’est le lien entre la nature, son rythme et celle de l’homme. Une grande science s’inspirant du bon sens aussi. Très Très intéressant. Merci.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *