La science découvre les vertus prometteuses du fenugrec

Graines de fenugrec

Graines de fenugrec

Petite plante  dont on mange les pousses en salade et on utilise les graines comme épice, le fenugrec est cultivé depuis la nuit des temps en Inde où il est connu sous le nom de mehti. On le cultive également en Chine ainsi que dans le bassin méditerranéen, notamment en Afrique du Nord. Connue aussi sous les noms de « trigonelle fenugrec » (Trigonella foenum-graecum) ou « sénégrain », cette plante herbacée peut atteindre 60 cm de hauteur. Elle appartient à la famille des « fabaceae ». Utilisée comme fourrage en Inde, elle l’est aussi sous nos contrées dans la viticulture et dans l’agriculture biologique où elle est considérée comme un engrais vert. Elle est semée de mars à septembre. Ses feuilles se composent de trois folioles ovales rappelant le trèfle. Le fenugrec donne des fleurs d’un blanc légèrement jaunâtre. Ses fruits  se présentent sous forme de gousses renfermant dix à vingt graines au goût amer et aux formes anguleuses. De couleur brun clair, elles dégagent une forte odeur caractéristique lorsqu’elles sont écrasées. Elles sont utilisées en cuisine mais surtout en médecine. Les graines de fenugrec sont inscrites au codex pharmaceutique en France depuis le XVIIème siècle. Le fenugrec est une épice très riche. En effet, elle contient entre autre du phosphore, du fer, du magnésium, du calcium, du soufre, de l’acide nicotinique, des alcaloïdes, des saponines ainsi que des vitamines (A, B1, C).

Dans les pays du Moyen Orient, les graines sont utilisées pour leurs propriétés galactogènes, à l’origine de leur nom ‘helba’, de la même racine arabe que ‘halib’, lait. Les femmes enceintes y consomment régulièrement cette graine pendant la période d’allaitement. Dans l’Ayurvéda, en plus de l’aide à la lactation chez la femme, le fenugrec est connu pour soutenir l’activité du foie et de la vésicule biliaire, réguler le taux de sucre dans le sang, renforcer le pouvoir digestif et favoriser la santé des processus liés à la reproduction. Il entre également dans la composition de nombreuses préparations capillaires. Les graines peuvent être prises comme tisane pendant le repas, incorporées à la  cuisine comme une simple épice ou encore dans le cadre de préparations. La graine doit être grillée ou ramollie dans l’eau avant toute utilisation. Les feuilles se consomment comme des pousses d’épinard. Dans les pays du bassin méditerranéen, le fenugrec entre dans la fabrication de mélanges d’épices aromatiques comme le fameux « ras-el-hanout » utilisé dans le couscous. Attention toutefois car l’usage du fenugrec reste délicat : en plus de donner une odeur aux urines, il n’est pas dénué d’effets secondaires. Il est connu pour inhiber l’absorption du fer et favoriser les anémies chez les personnes souffrant d’un déficit en fer. Ainsi, il est déconseillé aux femmes enceintes. En outre, il interagit avec un certain nombre de médicaments, notamment les anticoagulants oraux. Consultez votre médecin traitant si vous prenez de telles médications.

Un soutien à l'allaitement

Un soutien à l’allaitement

Ce n’est que récemment que la science moderne s’est intéressée à cette épice devenue  populaire dans les milieux sportifs en raison du fait qu’elle favorise la croissance musculaire, stimule la combustion de la graisse abdominale et bloque la conversion de la testostérone en dihydrotestostérone (DHT), dérivé toxique de la testostérone[1].  Dans une étude contrôlée en double aveugle[2], 49 hommes suivant régulièrement un programme de training du poids ont reçu du fenugrec ou un placebo pendant huit semaines. L’étude a évalué la composition corporelle, la force musculaire, l’endurance musculaire et la santé cardiovasculaire dans les deux groupes. Le groupe ayant reçu du fenugrec a vu une amélioration significative de la force corporelle du haut et du bas du corps par rapport au groupe placebo. Il a également vu une réduction significative de la graisse corporelle. Ces résultats ont été attribués à la régulation des niveaux de testostérone et au blocage de sa conversion en DHT. On sait que ce dérivé favorise les maladies de la prostate ainsi que la calvitie masculine. Les effets du fenugrec sur la libido ont également fait l’objet de recherches[2]. Lors d’une étude clinique réalisée il y a cinq ans, soixante  hommes en bonne santé, âgés de 25 à 52 ans et souffrant de problèmes érectiles, ont reçu du fenugrec ou un placebo pendant six semaines[3]. Le groupe qui a pris le fenugrec a constaté une amélioration significative de la libido, de l’excitation sexuelle et de l’orgasme. Il a également rapporté un effet positif sur la force musculaire, l’énergie et le bien-être général. Précisons que les mécanismes exacts de tels effets sont encore mal connus. Quoiqu’il en soit, le fenugrec semble jouer un rôle régulateur bénéfique quant aux niveaux de testostérone.

Feuilles de fenugrec

Feuilles de fenugrec

Autre propriété de cette plante : le fenugrec est un bon remède contre la congestion lymphatique induite par un foie et une vésicule biliaire devenus paresseux à cause du stress et d’une alimentation industrielle toxique. Certaines préparations destinées à décongestionner la lymphe le mélangent à la betterave rouge. Plusieurs études suggèrent que le fenugrec est l’une des plantes les plus puissantes pour soutenir le foie, la vésicule biliaire et de manière générale la santé digestive. Son mode d’action est simple : le fenugrec prend le cholestérol de la bile et augmente la concentration des acides biliaires par un facteur quatre[4]. L’écoulement de la bile devient alors plus fluide[5]. Elle engloutit les cholestérols toxiques, les toxines environnementales et autres mauvaises graisses qui circulent dans le sang. Elle décompose les bonnes graisses dont nous avons besoin pour le bon fonctionnement du cœur, du cerveau et de la peau et stocke les acides gastriques nécessaires pour une bonne digestion du blé et des produits laitiers. Sans écoulement adéquat de la bile et sans fonctionnement normal du foie, la capacité de ce dernier à décomposer les graisses et à les utiliser afin de fabriquer des hormones comme la testostérone pour renforcer les muscles et brûler la graisse abdominale sera compromise. Ces études préliminaires suggèrent l’existence d’un lien étroit entre un meilleur écoulement de la bile, favorisé par la prise de fenugrec, et la force musculaire, la libido, la fonction sexuelle et les graisses abdominales.

 

Plante complète avec ses racines

Plante complète avec ses racines

Les premières études mesurant les effets du fenugrec sur le taux de sucre dans le sang sont également prometteuses[6]. Lors d’une étude conduite sur des patients diabétiques[7], les chercheurs ont constaté une réduction de 54% du taux de glucose à jeun dans le sang ainsi que des changements positifs touchant à la capacité à réguler les graisses dans le foie. D’autres études en cours montrent qu’il pourrait avoir un préventif sur le cancer du colon, du sein et de la vésicule biliaire. Le fenugrec a également le pouvoir de combattre les infections et inflammations des voies respiratoires, de soigner les blessures cutanées et d’atténuer les douleurs rhumatismales, etc. En pratique, le fenugrec peut être pris par voie orale ou par voie externe. Pour obtenir une infusion à froid, faites macérer durant trois ou quatre heures 500 mg de graines en poudre dans 150 ml d’eau froide. Filtrer et ajouter un peu de miel pour atténuer le goût amer de cette préparation. Prendre plusieurs tasses de 150 ml par jour. Pour le fenugrec en poudre, prendre de 500 mg à 1 g, jusqu’à 6 fois par jour. Il est également possible d’utiliser l’extrait fluide de fenugrec ou encore l’huile essentielle. Les cataplasmes à base de fenugrec sont intéressants en cas de blessures. Ils sont obtenus en mélangeant 50 g de graines en poudre à un litre d’eau chaude. Appliquer la pâte obtenue sur les parties atteintes.

Jo Cohen

 

– Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander à vos amis en cliquant sur le logo de votre réseau social préféré (Facebook, Linkedin, Twitter, Google +).

– Vous pouvez aussi recommander l’ensemble du site à vos proches sur la page La Voie de l’Ayurvéda de Facebook afin de les faire bénéficier de cette précieuse connaissance. Je vous en remercie par avance.

– Vous pouvez laisser un commentaire.

– En vous inscrivant sur la liste La Voie de l’Ayurvéda, vous serez averti par email chaque fois qu’un nouvel article sera publié. En outre, vous recevrez en cadeau un livret de 40 pages expliquant les différentes étapes de la « Minicure Ayurvédique à domicile ».

 

 

 

 

[1]                              “Fenugreek Seed Extract Inhibit Fat Accumulation and Ameliorates Dyslipidemia in High Fat Diet-Induced Obese Rats”, Parveen Kumar,  Uma Bhandari, and Shrirang Jamadagni ; Biomed Res Int. 2014; 2014: 606021 (Published online 2014 Apr 29. doi:  10.1155/2014/606021).

[2]                              “The effects of a commercially available botanical supplement on strength, body composition, power output, and hormonal profiles in resistance-trained males”, Chris Poole, Brandon Bushey, Cliffa Foster, Bill Campbell, Darryn Willoughby, Richard Kreider, Lem Taylor, and Colin Wilborn; Journal of the International Society of Sports Nutrition 2010; 7: 34 (Published online 2010 Oct 27. doi:  10.1186/1550-2783-7-34)

[3]                              “Physiological aspects of male libido enhanced by standardized Trigonella foenum-graecum extract and mineral formulation”. Steels E, Rao A, Vitetta L; Phytotherapy Resolution, 2011 Sep;25(9):1294-300. doi: 10.1002/ptr.3360. Epub 2011 Feb 10.

[4]                              “Dietary fenugreek and onion attenuate cholesterol gallstone formation in lithogenic diet-fed mice”. Reddy RR, Srinivasan K; International Journal of Experimental Pathology, 2011 Oct;92(5):308-19. doi: 10.1111/j.1365-2613.2011.00782.x. Epub 2011 Jul 14.

[5]                              “Effect of dietary fenugreek seeds on biliary proteins that influence nucleation of cholesterol crystals in bile”, Reddy RR, Srinivasan K. Steroids. 2011 Apr;76(5):455-63. doi: 10.1016/j.steroids.2010.12.015. Epub 2011 Jan 6.

[6]                              “Indian herbs and herbal drugs used for the treatment of diabetes”, Modak M. et al, Journal of Clininical Biochemistery and Nutrition. 2007 May;40(3):163-73.

[7]                              “Effect of fenugreek seeds on blood glucose and serum lipids in type I diabetes”, Sharma RD, Raghuram TC, Rao NS. European Journal of Clinical Nutrition. 1990 Apr;44(4):301-6.

 

4 réflexions au sujet de « La science découvre les vertus prometteuses du fenugrec »

  1. JACQUELINE

    Bonsoir JO
    je suis très heureuse de te retrouver après ton retour de Martinique en espérant que tout se soit bien passé pour toi.
    j’ai lu avec attention l’article sur le fenugrec mais je suis indécise car je lis qu’il est bon pour le foie, la digestion, la bile, etc…. mais qu’il faut être prudent en cas de manque de fer, mais on ne sait pas toujours si on est en manque de fer ? alors que faire ? peut on prendre si on a pas de signes de manque de fer ?
    merci pour la réponse
    amicalement
    Jacqueline

    Répondre
  2. Jean Pierre L

    Article très intéressant.
    En outre, le FENUGREC est ASTRINGENT, qui est un goût assez rare ; ce qui participe à l’équilibre des 6 goûts en ayurvéda.
    Pour ma part, je prends au petit déjeuner ma tisane de FENUGREC (bol complet) par cure de 2 mois entrecoupée d’autres tisanes.
    Merci bcp. JP L

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *