Du bon usage des mélanges d’épices en Ayurvéda

L’art des churnas

 

En Ayurvéda, tant la cuisine que la médecine font un usage intensif d’épices, une pratique assez peu répandue sous nos latitudes, du moins à une telle échelle. Lorsque l’alimentation est fraiche et qu’elle comporte les six goûts –doux, amer, astringent, acide, salé et piquant- elle est adaptée à la constitution de la personne et à ses doshas, du moins si elle respecte certaines proportions. Dans ce cas, comme il est expliqué dans la Caraka, point n’est besoin de médecine. C’est sur la base de ce principe fondateur que le Vaydia Adwaït Tripathi a détaillé l’usage des épices en tant que thérapie destinée à prévenir les maladies. Il a expliqué l’usage des épices lors de la journée qu’il a donnée en juin dernier sous le titre de « Home Remedies ». Il a expliqué notamment comment chaque épice devait être utilisée avant tout pour ses vertus thérapeutiques sur les trois doshas, Vata, Pitta et Kapha et sur le feu digestif.

Commençons par le cumin. Cette épice aide à la digestion et entretient le feu digestif. Utilisée dans un mélange, il faut adapter son pourcentage en fonction du problème à traiter et de la personne. La coriandre permet quant à elle de maintenir un bon équilibre métabolique. S’il y a dans une préparation trop de cumin, l’appétit risque d’augmenter. En proportion adéquate, la coriandre va aider à maintenir le métabolisme de sorte que l’excès d’appétit ne se traduise pas par une prise de poids. L’anis, et plus particulièrement la variété indienne connue sous le nom d’Ajwain, augmente le feu digestif grâce à son goût très piquant. Il est recommandé lorsque l’appétit est faible. Les personnes avec une forte dominante Pitta – qui ont donc tendance à beaucoup manger – font beaucoup d’ama. La prise d’Ajwain avec un peu de sel leur permet de réguler les douleurs abdominales et stomacales.

Préparation des épices

En Ayurvéda, une grande importance est accordée à la qualité du feu digestif. Un feu trop fort va brûler l’extérieur de l’aliment, l’intérieur restant alors cru, les deux parties se transformant en ama. Inversement, un feu digestif trop faible ne va pas suffire à cuire l’aliment, d’où encore transformation en ama. Ajwain permet d’équilibrer le feu digestif afin qu’il ne soit ni trop fort ni trop faible. Quant à elle, l’asafœtida est une épice destinée en premier à réduire les gaz et les ballonnements. Avec l’âge, Agni tend à baisser, la personne tend à ne plus mâcher assez bien et ne plus manger équilibré, ce qui augmente la production de gaz et de ballonnements. L’asafœtida permet de réduire les gaz. S’il y encore trop, on peut ajouter un peu de bicarbonate de soude.

Le Vaydia Adwaït Tripathi

L’ensemble des épices évoquées jusque-là se retrouvent dans un mélange (churna) destiné à équilibrer Vata. Les proportions de base sont les suivantes : 40/45 gr de cumin, 20/25 gr de coriandre, 15 gr d’Ajwain, 8 gr d’asafœtida, 2 gr de curcuma et 10/12 gr de sel de l’Himalaya. Si la personne a un feu digestif faible, on augmente l’Ajwain. Si elle a trop de gaz, on augmenter l’asafœtida et si besoin on ajoute un peu de bicarbonate de soude. Le churna est donc plus adapté à l’état réel de la personne. Pour préparer ce churna, il faut griller sans les bruler les épices en graines avant de le réduire en poudre : cumin, coriandre, ajwain. Ajouter en dernier les épices en poudre : curcuma, sel de l’Himalaya et asafœtida. Cette poudre se prend avec un peu d’eau chaude après les repas (une demi-cuiller à café). En cas de douleurs au ventre, on peut prendre un volume d’asafœtida et quatre volumes d’eau tiédie et l’appliquer en massage sur le ventre. Si cela ne suffit pas, faire une décoction à base d’ajwain, de ghee, de curcuma et d’un peu de sel. En boire quelques petites gorgées pour réduire les douleurs digestives et abdominales.

Griller les épices pour Vata

De la même manière, pour pacifier Pitta, le mélange traditionnel comporte du fenouil, de la coriandre, de la cardamome, du cumin doux, du romarin ou du basilic, du curcuma et l’un des sucres suivants : sucre brun, sucre de coco ou sucre indien (jaggery). Ce mélange antiacide diminue les brûlures d’estomac. Les proportions de base sont les suivantes : 40/45 gr de graines de fenouil, 20/25 gr de coriandre, 10 gr de cardamome, 8 gr de romarin ou basilic, 2 gr de curcuma et 15 gr de sucre. Le fenouil favorise la salivation, la production d’enzymes ainsi que le goût. C’est la raison pour laquelle les restaurants indiens en proposent après le repas, surtout si ce dernier avait une dominante piquante.

Le fenouil équilibre le feu digestif trop fort et combat ama. Le coriandre équilibre le métabolisme. La cardamome diminue aussi le feu digestif et équilibre les enzymes. Croquer quelques graines de cardamome est excellent pour maintenir une bonne haleine. Le romarin ou le basilic (de la même famille que le Tulsi) doit être séché et réduit en poudre. Il booste le système immunitaire et renforce les éléments faibles de la physiologie. Ici, nul besoin de griller les épices car le feu de la constitution Pitta suffit largement. On réduit le tout en poudre et on mélange. Faire une préparation fraîche tous les mois. Prendre alors une demi-cuiller à café de ce churna le matin à jeun avec de l’eau tiède. La personne qui a beaucoup de problèmes liés à un déséquilibre Pitta peut en prendre l’estomac vide le matin mais aussi le soir avant de dîner.

Masser le ventre avec de l’asafetida

Pour pacifier Kapha, le mélange approprié contient du gingembre, de la coriandre, de la cannelle, du poivre noir, du poivre long (pippali) et du curcuma. Les proportions sont les suivantes : gingembre en poudre 15/20 gr, coriandre 30/35 gr, cannelle en poudre 15/20 gr, poivre noir 10 gr, poivre long (ou poivre noir s’il n’y a pas de poivre long) 15 gr, curcuma 5gr. Ce churna peut être pris avec un peu de thé vert pour les personnes souffrant de diabète, avec du miel en cas d’articulations douloureuses et avec du lait ou de l’eau chaude en cas de sinusite ou de problème respiratoire.

 

Jo Cohen

 

– Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander à vos amis en cliquant sur le logo de votre réseau social préféré (Facebook, Linkedin, Twitter, Google +).

– Vous pouvez aussi recommander l’ensemble du site à vos proches sur la page La Voie de l’Ayurvéda de Facebook afin de les faire bénéficier de cette précieuse connaissance. Je vous en remercie par avance.

– Vous pouvez laisser un commentaire.

– En vous inscrivant sur la liste La Voie de l’Ayurvéda, vous serez averti par email chaque fois qu’un nouvel article sera publié. En outre, vous recevrez en cadeau un livret de 40 pages expliquant les différentes étapes de la « Minicure Ayurvédique à domicile ».

27 réflexions au sujet de « Du bon usage des mélanges d’épices en Ayurvéda »

  1. JACQUELINE

    Bonjour JO
    Ravie de te retrouver dans cet article
    très intéressant sur les mélanges d’épices
    je prends pour pitta et vata car c’est ma constitution PITTA/VATA

    Belle soirée
    jacqueline

    Répondre
  2. Anne L.

    Bonjour,

    Je suis passionnée d Ayurveda et je découvre avec plaisir les sujets abordés par le Vaidya Adwaït Tripathi. Merci de vous de diffuser ces informations précieuses .

    Pouvez-vous me dire où rencontrer le
    Vaidya Adwaït Tripathi et/ou comment être en contact avec lui ,s’il vous plait ?

    Belle journée.

    Anne

    Répondre
  3. Florence

    Bonjour,

    Merci pour ce nouvel article.

    Une petite question: savez-vous où je pourrais trouver de l’Ajwain en poudre ?
    J’en ai besoin pour un remède prescris par le Vaidya Adwaït Tripathi et impossible d’en trouver en France.
    Merci d’avance pour votre réponse.

    Répondre
  4. Jo COHEN

    En général l’Ajwain est grillé avant d’être réduit en poudre. En faisant ces opérations vous même, vous êtes sure de la qualité de l’épice et donc de son efficacité. Jo

    Répondre
  5. nicole bretagnol

    Merci pour ce partage, et surtout les dosages et suggestions. Les épices sont tellement efficaces pour aider notre processus digestif.

    Répondre
  6. alia

    tres interressant article.je viens de faire une formation en Inde malheureusement un mois est court pour vraiment prendre le maximum.je pense que vous imaginez le bonheur de vous lire.

    Répondre
  7. Antonin

    Bonjour/Bonsoir,

    Merci pour cette article et pour le partages de la science de l’Ayur.
    J’ai une question à propos des variantes des Churnas, comme proposé avec le VATA churna.
    Est-ce qu’il y à autant de variantes que d’ingrédients ?
    Par exemple dans le vata on peut mettre plus d’ajwain si Agni est faible, est-ce qu’il existes ce même genre d’astuce mais pour d’autre problème évidement dans les 3 recettes de churnas que tu as donné ?
    Et si oui est-ce que tu les connais ?

    Merci encore pour ton travail 🙂

    Répondre
  8. Barbry

    Pour éviter récidive de tumeur quelle plante conseillez- vous ?
    Je possède un CD son primordial .son écoute présente t- elle un intérêt ?
    Bien cordialement

    Répondre
  9. Jo COHEN

    Bonjour

    Le mieux serait de consommer régulièrement de l’Amrit Kalash Maharishi (deux préparations aux vertus anti-radicaux libres). Il y a une pâte et des comprimés. On en trouve en Inde, en Angleterre et même sur Amazon. A vous de voir ce qui vous coûtera le moins cher.
    L’écoute des sons primordiaux est toujours bénéfique.
    Cordialement
    Jo

    Répondre
  10. Eugénie

    Bonjour
    Je découvre votre blog et je trouve les articles très intéressants. Je suis à la recherche de bons livres pour m’initier à l’alimentation ayurvédique. Auriez vous des ouvrages à me conseiller ? Merci

    Répondre
  11. geneviève martin

    bonjour Jo,
    l’ajowan est surnommé « l’anis des Indes » plus par confusion avec « ammi des Indes ». On l’appelle aussi « thym indien » ou « cumin royal » qui sont des surnoms plus justes. Botaniquement, l’ajowan est plus proche du cumin mais son gout est celui du thym (en pus piquant). Il est tellement piquant, qu’il est un super désinfectant, antiseptique à large spectre ; il stimule le feu digestif et brûle les toxines, mais il peut aggraver pinta. par contre il va pacifier mata et kapha.

    Répondre
  12. Catherine

    Bonjour Jo,
    Une interrogation par rapport au grillage à sec des épices. La chaleur n’est-elle pas censée dénaturer les propriétés des graines ? Comme pour le miel ?
    Comment procéder au grillage à sec, combien de temps ? Les graines doivent-elles changer de couleur ?
    Comment utiliser les épices si l’on est d’après le questionnaire, vata-kapha ?
    Grand merci pour votre aide !
    Blog très intéressant
    Cordialement
    Catherine

    Répondre
    1. Jo COHEN Auteur de l’article

      Il faut chauffer les épices lentement.
      Le cumin par exemple brûle vite et cela se sent.
      C’est une affaire d’expérience…difficile à expliquer par écrit, la journée Ayurvéda d’Adwaït l’an dernier a permis de toucher ce point pratique.
      Cordialement
      Jo

      Répondre
  13. Catherine

    Bonjour Jo,
    Je m’intéresse au churna kapha : vous ne précisez pas dans votre article ci-dessus si les épices pour renforcer kapha doivent être grillées ou non, ni la posologie.
    Pour le churna Pitta, faut-il utiliser de la cardamone verte ou noire ? De même pour le cumin, il y a du vert ou du noir, lequel faut-il prendre ?
    Merci pour votre aide.
    Cordialement
    Catherine

    Répondre
  14. Catherine

    Bonjour Jo,
    Je passe beaucoup de temps en lecture devant vos articles que j’apprécie beaucoup, ainsi qu’en lecture des pages de la mini-cure. Vous y évoquez la prudence en cas de problème à digérer les graisses. Ce qui est mon cas !!! Quelle peut être alors la conduite à tenir ? Je suis vata ou vata/kapha.
    Pas de thérapeute pour lecture de pouls dans mon secteur.
    Encore bien des encouragements pour vos articles qui sont enrichissants.
    Cordialement
    Catherine

    Répondre
  15. marianne LEPERS

    bonjour, je lis tout cela avec beaucoup d’interet, et je voudrai trouver la meilleure formule pour moi, mai je ne sais comment la prévention en ce qui me concerne est trop tard par rapport à un cancer qui m’a fait supprimer mon rectum et je suis végétarienne (pas de celles qui consomment des graines ou autres, juste les legumes)je ne bois pas de lait, mon corps ne l’accepte plus, juste un peu de fromageet pour finaliser le tout m’a thiroide « déconne »! comment arriver à régler aux mieux ma santé?

    Répondre
    1. Jo COHEN Auteur de l’article

      Bonjour Marianne

      Le mieux dans votre situation serait de consulter un professionnel qui examine votre pouls et vous donne une routine appropriée.

      Prompt rétablissement

      Jo

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *