A propos des effets secondaires du régime sans gluten

Sans gluten, un marché en plein développement

La plupart des médias français affirment haut et fort que le régime sans gluten serait un simple effet de mode destiné à vendre plus cher des aliments préparés sans gluten. Les estimations montrent qu’il n’en rien. Un sondage réalisé en 2014 par l’institut BVA pour le compte de la marque Maïzena[1] estimait à 7 millions le nombre de français concernés à des degrés divers par l’alimentation sans gluten. Parmi eux, un million sont de vrais intolérants au gluten et deux millions vivent avec au moins une personne intolérante au gluten. Pour sa part, la revue 60 Millions de Consommateurs a publié début 2016 un dossier complet sur le sans gluten. Suite aux réactions suscitées par le sujet, la revue a apporté plusieurs précisions intéressantes par la voix du Professeur Bruno Bonaz, gastro-entérologue au CHU de Grenoble.

Ce spécialiste estime que 1% de la population française souffrirait de la maladie cœliaque, la « vraie » maladie du gluten, alors qu’un nombre croissant de personnes ne supporteraient plus le gluten mais ne souffriraient pas de la maladie cœliaque, ce qui représente au total 7% de la population française. Les personnes sensibles au gluten mais non atteintes de la maladie cœliaque souffriraient en fait du syndrome de l’intestin irritable, une réaction que certains attribuent aux fructanes du blé, du seigle et de l’orge. Précisons que les fructanes sont des homopolymères de fructose liés au résidu fructosyle ou glucosyle d’une molécule de saccharose. Ils sont synthétisés soit par les plantes, soit par les micro-organismes à partir du saccharose. Les fructanes constituent, au même titre que l’amidon, une réserve de carbone pour l’organisme qui les accumule. Il devient courant de rencontrer des personnes pratiquant l’Ayurvéda et suivant un régime sans gluten. Qu’en pense la science moderne ?

Pain sans gluten

Les premières recherches montrent que le régime sans gluten augmente les mauvaises bactéries et réduit les bactéries bénéfiques de l’intestin. En effet, dans une étude publiée en 2010 dans la revue américaine spécialisée Gut Microbes[2], dix hommes d’une trentaine d’années en bonne santé ont été soumis à un régime sans gluten pendant un mois. L’analyse de leurs selles et de leur apport alimentaire indiquait clairement que le nombre de bactéries intestinales saines avait diminué, mais aussi que le nombre de bactéries malsaines a augmenté. Les chercheurs en ont conclu qu’un régime sans gluten pouvait altérer la flore intestinale et compromettre ainsi le système immunitaire.

Farines sans gluten

Dans une autre étude impliquant neuf individus en bonne santé[3], cinq individus ont reçu trois grammes de gluten de blé concentré par jour pendant seulement six jours, et quatre individus ont reçu un régime sans gluten. Le groupe gluten a vu une augmentation significative de l’activité des cellules NK[4], les cellules tueuses qui forment la première ligne de notre système de défense. L’activité des cellules tueuses est également un mécanisme important chez les individus atteints de maladies auto-immunes et de cancer. Le groupe qui a suivi un régime sans gluten n’a vu aucune augmentation positive de l’activité des cellules tueuses. Bien qu’il existe de nombreuses études montrant qu’un régime alimentaire riche en blé entier baissait le taux de cholestérol, la fibre de blé a toujours été considérée comme responsable de ce bénéfice en termes de santé. Cependant, une autre étude[5] a montré que les personnes ayant pris un régime riche en fibres et en gluten ont vu leurs niveaux de triglycérides baisser par rapport à des personnes ayant suivi un régime plus riche en fibres. Résultat ? C’est le gluten, et non la fibre de blé, qui serait responsable de la baisse du cholestérol et de ses bénéfices sur la santé cardiaque.

Pâtisserie sans gluten

D’autres études ont montré que le régime sans gluten augmentait les niveaux de mercure. En effet, une étude récente[6] a comparé les taux de mercure dans trois groupes : les patients cœliaques suivant un régime sans gluten, les patients cœliaques n’ayant pas commencé un régime sans gluten et les patients non atteint de la maladie cœliaque. Le groupe de patients cœliaques qui avait démarré  un régime sans gluten avait quatre fois plus de mercure dans le sang par rapport aux deux autres groupes. Ainsi, retirer le gluten de son régime alimentaire n’est pas sans conséquences.

Maharishi Raktda

Dans une autre étude publiée l’an dernier dans le New England Journal of Medicine et portant sur plus de 10.000 adultes répartis dans 14 pays en Europe, Scandinavie et Australie, les chercheurs ont comparé les enfants ayant grandi dans des fermes aux enfants ayant grandi dans des banlieues ou dans des villes. Ils ont constaté que les enfants qui grandissaient dans les fermes étaient 54 % moins susceptibles de développer de l’asthme ou du rhume des foins par rapport à d’autres groupes, 57% pour cent moins susceptibles d’avoir des allergies nasales et 50% moins susceptibles d’avoir de l’asthme. Les chercheurs ont constaté que les enfants élevés à la ferme ont été exposés à plus de poussière, d’acariens et d’irritants respiratoires. Ils avaient plus de globules blancs que les enfants élevés à la ville, ce qui suggère que le système immunitaire répond effectivement à la stimulation. En supprimant tous les stimuli digestifs de notre alimentation, notamment les aliments plus difficiles à digérer, nous supprimons un stimulus du système immunitaire que nous avons développé pendant des millions d’années. Pour les patients atteints de la maladie cœliaque, le régime sans gluten est synonyme de carences nutritionnelles. De nombreuses études[7] ont démontré que les produits diététiques sans gluten sont de mauvaises sources de minéraux (notamment le fer), de vitamines (comme le folate, la niacine thiamine et la riboflavine) et de fibre.

Le Tulsi renforce l’immunité

L’Ayurvéda permet de corriger tout ou partie des effets secondaires liés au régime sans gluten chez les patients atteints de la maladie cœliaque. De nombreuses personnes se sentent mieux en consommant des probiotiques destinés à ré-équilibrer la flore intestinale, même si leurs effets n’ont jamais été validés scientifiquement. A chacun de tester. Du point de vue de l’Ayurvéda, il est recommandé de prendre du fer assimilable biologiquement (Maharishi Raktda), du Maharishi Triphala qui agit en tant que nettoyeur de l’intestin ainsi que du Tulsi bio en gélules. Cette plante est un stimulateur du système immunitaire. On peut penser aussi à prendre du Neem bio en gélules. Cette plante nourrit la flore intestinale. Veiller à la santé de son intestin passe aussi par l’automassage du ventre avec de l’huile de sésame bio. Pour éliminer le mercure, il est conseillé de faire régulièrement un panchakarma dans un centre spécialisé. Après un certain temps, il conviendra de vérifier si l’intolérance au gluten persiste avec la même acuité…notamment en introduisant dans le régime alimentaire des produits à base de blé biologique.

Jo Cohen

 

– Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander à vos amis en cliquant sur le logo de votre réseau social préféré (Facebook, Linkedin, Twitter, Google +).

– Vous pouvez aussi recommander l’ensemble du site à vos proches sur la page La Voie de l’Ayurvéda de Facebook afin de les faire bénéficier de cette précieuse connaissance. Je vous en remercie par avance.

– Vous pouvez laisser un commentaire.

– En vous inscrivant sur la liste La Voie de l’Ayurvéda, vous serez averti par email chaque fois qu’un nouvel article sera publié. En outre, vous recevrez en cadeau un livret de 40 pages expliquant les différentes étapes de la « Minicure Ayurvédique à domicile ».

 

 

 

[1]                              Maïzena produit entre autre la farine de maïs qui entre dans la composition de nombreux aliments sans gluten.

[2]                              “Effects of a gluten-free diet on gut microbiota and immune function in healthy adult humans”Yolanda Sanz, Gut Microbes. 2010 May-Jun; 1(3): 135–137, Published online 2010 Mar 16. doi:  10.4161/gmic.1.3.11868

[3]                              “Effect of wheat gluten hydrolysate on the immune system in healthy human subjects”, Horiguchi N, Horiguchi H, Suzuki Y, Biosciences Biotechnologies and Biochemistery. 2005 Dec;69(12):2445-9.

[4]                              Natural Killers.

[5]                              “Effect of wheat bran on serum lipids: influence of particle size and wheat protein” Jenkins DJ, Kendall CW, Vuksan V, Augustin LS, Mehling C, Parker T, Vidgen E, Lee B, Faulkner D, Seyler H, Josse R, Leiter LA, Connelly PW, Fulgoni V 3rd. Journal of American College of Nutrition. 1999 Apr;18(2):159-65.

[6]                              “Increased Mercury Levels in Patients with Celiac Disease following a Gluten-Free Regimen”, Elli L, Rossi V, Conte D, Ronchi A, Tomba C, Passoni M, Bardella MT, Roncoroni L, Guzzi G. Gastroenterology Research Practice. 2015;2015:953042. doi: 10.1155/2015/953042. Epub 2015 Feb 23.

[7]                              “The Gluten-Free Diet: Safety and Nutritional Quality”Letizia Saturni, Gianna Ferretti, and Tiziana Bacchetti. Nutrients. 2010 Jan; 2(1): 16–34. Published online 2010 Jan 14. doi:  10.3390/nu20100016

 

17 réflexions au sujet de « A propos des effets secondaires du régime sans gluten »

  1. Aude

    Merci pour cet article qui ouvre de nouvelles perspectives.
    Je le partage de ce pas
    Je vous souhaite tout plein de merveilleux présents

    Répondre
  2. JACQUELINE GRENIER

    Bonjour Jo
    merci pour cet article très intéressant sur le régime sans gluten.
    Quand on a pas d’intolérance au gluten on peut continuer de manger des céréales qui en contiennent avec modération
    l’ayurveda ne l’interdit pas ?
    merci pour ta réponse
    Jacqueline
    et bonne semaine

    Répondre
    1. Jo COHEN Auteur de l’article

      Bonjour Jacqueline

      L’Ayurvéda n’interdit rien.
      On peut prendre du blé en fonction de sa constitution.
      Une personne trop Kapha devrait préférer l’orge ou le seigle (qui contiennent aussi du gluten mais sont asséchantes).
      Belle journée
      Jo

      Répondre
  3. Deconche

    Bonjour ,
    Que dire des gens qui retrouvent le plein d énergie en supprimant le gluten ? Je suis sans gluten depuis plusieurs annees et je n ai pas vu d amélioration ,je pensais que mon nez allait arrêter de couler aussi par diminution des colles intestinales dues au gluten mais ça n à rien donné non plus . Les hygiénistes et certains naturopathes préconisent l arrêt du gluten voir de toutes les céréales qui seraient plutôt faites pour les oiseaux .Et le candida albican ne se nourrit il pas avec les déchets laissé par le gluten ? Le blé pose aussi beaucoup de problèmes dus à toute les manipulations génétiques qu il a subi,Merci pour cette article très intéressant comme toujours . Stéphanie

    Répondre
    1. Jo COHEN

      Stéphanie, les symptômes que vous citez montrent qu’il faut consulter un professionnel de l’Ayurvéda pour équilibrer vos doshas. Les naturopathes éliminent de plus en plus céréales, soit disant bonnes pour les oiseaux, et le lait, par pure ignorance. Si votre intestin est sensible, prenez des farines de blé bio et rehaussez votre immunité comme indiqué dans l’article.
      Merci de votre témoignage.
      Jo

      Répondre
    1. Jo COHEN Auteur de l’article

      Bonjour Gilles

      Le bien être, ici la fin des désagréments (ballonnements, douleurs, etc.) n’est pas le critère ultime de la santé ainsi que le montrent les études que j’ai citées.

      Cordialement
      Jo

      Répondre
  4. alvarez-monteserin

    Bonsoir, et merci pour cet article qui me montre à quel point je suis face à un sujet délicat.
    Je suis intolerante au gluten et mon fils aussi . Les symptômes sont irritabilité extrême fatigue somnolence, déprime etc…
    Je voulais savoir les quantités de gélules de plantes à prendre pour un adulte et pour un enfant et combien de jours les prendre pour que l’effet se fasse sentir.

    Répondre
    1. Jo COHEN Auteur de l’article

      Bonjour

      Maharishi Raktda : 2/J pour un adulte et 1 pour un enfant.
      Maharishi Triphala : 2 après repas de midi et deux le soir pour un adulte, moitié pour un enfant.
      Tulsi et Neem : 2 gélules par jour adulte et une pour un enfant.
      Partez sur ces bases et ajustez selon les résultats.
      Jo

      Répondre
  5. delf

    Bonjour
    Je suis très surprise de cet article.
    Suivant les connaissances apprises par thérapeutes, médecins, lectures etc… le gluten qui forme cette colle au niveau de l’intestin est un ralentisseur dans la digestion et entraîne ballonnements et tous les désagréments, intoxique le corps …. la molécule du blé est actuellement tellement transformée qu’elle agresse les parois de l’intestin et la rend poreuse … poreuse à la mauvaise alimentation et répercussion pernicieuse sur le fonctionnement de l’organisme …
    Suivant votre article, le gluten est nécessaire …
    J’avoue que c’est perturbant …
    Pouvez-vous apporter votre lumière ?
    Merci

    Répondre
    1. Jo COHEN Auteur de l’article

      Bonsoir

      Le problème des farines actuelles est qu’elles sont faites à partir de blés à forte teneur en gluten.
      Du gluten, il en faut certainement un peu. En excès, certaines personnes à l’intestin fragile réagissent fortement par des ballonnements, douleurs, etc.
      Si elles suppriment le gluten, les désagréments cessent, mais au détriment de leur immunité comme le montrent les études.
      C’est pourquoi l’Ayurvéda peut aider à renforcer l’immunité, et permettre de consommer à nouveau des produits à base de blé selon l’état de chacun.
      Les naturopathes qui prescrivent le sans gluten doivent être informés des effets secondaires de ce régime, même si les premiers résultats peuvent être spectaculaires.
      Cordialement
      Jo
      Jo

      Répondre
  6. Joël Gord

    Bonjour à tous.
    Merci, Jo, d’apporter un peu de modération dans notre humanité schizophrène et qui semble avoir bani de sa voie le bon sens.
    Si l’on en crois la biologie scientifique occidentale, l’intolérance vraie au gluten (maladie coeliaque) est rare. Et qui plus est, elle est médiée génétiquement: si je ne possède pas, de naissance, tel allèle (caractère spécifique) sur mon ADN, alors je ne PEUX PAS être porteur de maladie coeliaque! Ouf! C’est donc une maladie assez rare, qui ne peut pas justifier tous ces régimes sans gluten, imposés par de nombreux « gourous » (au sens occidental, péjoratif, du terme). Celà, en terrorisant tellement de gens, aujourd’hui.
    Par contre, il y a, probablement beaucoup plus de personnes qui souffrent d’inconfort digestif et autres conséquences, du fait d’un apport massif de gluten par l’alimentation « occidentale »: ces personnes-là ne justifient probablement pas d’un régime « gluten-free » (surtout s’il a des effets néfastes, tels que ceux décrits plus haut), mais seulement de modération dans cette consommation. Car, du gluten, on en met partout, y compris le boulanger qui en rajoute volontiers dans sa pâte à pain, pourtant faite de farine qui en est déjà surabondante. Car le gluten, c’est ce qui permet à la pâte du pain, des gâteaux et viennoiseries, etc… de lever bien, en faisant cette multitude de petites bulles du bon pain (croyons-nous). Faut-il préciser que du gluten est rajouté dans toutes ces préparations industrielles que je ne peux me résoudre à nommer nourriture. Et puis, les variétés culturales des céréales occidentales, que nos ancêtres consommaient (avec frugalité comme tout) depuis des milliers d’années, sans problèmes de santé ni d’inconfort, semble-t-il, ces céréales ont été traffiquées, par sélection successives, très scientifiquement, (et déjà peut-être par manipulations génétiques). De façon accélérée en un siècle et quelque, et plus encore depuis l’agro-industrie qui s’est épanouie depuis 1950-1960. Voyez pour celà l’excellent livre du docteur Jean Seignalet qui date de plusieurs décennies: « L’alimentation ou la 3ème médecine ». Donc, choisissez votre nourriture, posez des questions à votre boulanger et boycottez si nécessaire.
    Quant à l’ayurveda, dont je ne suis pas assez savant, ne croyez-vous pas, Jo, que le curcuma (Haridra) aurait un grand intérêt, aussi bien pour les vrais coeliaques, avec ou sans régime stricte, aussi bien que pour tous ceux qui expriment des troubles divers et variés du fait du gluten, si on peut le prouver par le bien-être récupéré après régime-test d’éviction, ou même sans celà? Car les plaintes retrouvées font furieusement penser à l’intestin irritable, comme aussi au fameux « leaky gut syndrome », l’intestin-passoir qui ne sait plus que laisser rentrer, ou à l’inverse refouler, dans ou hors de l’organisme Cet état me paraît immensément fréquent, du fait de la mal-bouffe, des assauts insensés d’antibiotiques dès le plus jeune âge, des stress chroniques de tous types (pollution, mental, refus des émotions, etc…). Alors, quid du curcuma, en plus des probiotiques et surtout aussi des prébiotiques (nourritures préférées de nos bactéries intestinales qui nous aiment et nous protègent: inuline, oligosaccharides, que l’on retrouve notamment dans la chicorée faite de racine d’endive, les scorsonères et salsifis… )?

    Répondre
    1. Jo COHEN Auteur de l’article

      Bonsoir Joel

      Merci pour tes explications détaillées…mais aussi d’avoir rappelé le travail du Dr. Seignalet à ce sujet.
      Pour le curcuma, c’est 100% d’accord. Je ne l’ai pas cité car ses effets sont tellement positifs que l’on devrait l’inclure dans notre cuisine et ne plus se préoccuper de le citer à chaque occasion.
      Mais tu as raison car pour un nouveau lecteur, c’est probablement une découverte.

      Cordialement
      Jo

      Répondre
    2. JACQUELINE

      Merci Joel pour ton éclairage également à propos de cet article
      comme dans beaucoup de choses il faut rester objectif et ne pas généraliser comme ça tel régime ou autre.
      Dans le temps nos grands parents mangeaient du pain qui était fabriqué autrement que maintenant, et se portaient bien.

      Belle fin de semaine
      Jacqueline

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *